Hollande va nommer le préfet de Paris à la tête du gendarme de l'énergie

 |   |  329  mots
Jean-François Carenco a été directeur de cabinet de Jean-Louis Borloo à deux reprises, au ministère de l'Emploi et à l'Ecologie.
Jean-François Carenco a été directeur de cabinet de Jean-Louis Borloo à deux reprises, au ministère de l'Emploi et à l'Ecologie. (Crédits : DR)
Jean-François Carenco, le préfet d'Ile-de-France, est le candidat choisi par l'Elysée pour présider le collège de la Commission de régulation de l'énergie (CRE). La nomination de ce proche de Valls devra être confirmée par les commissions du Sénat et de l'Assemblée.

Dans un tweet, samedi, l'Elysée a annoncé que François Hollande envisage de nommer Jean-François Carenco, actuel préfet de Paris et de la région Ile-de-France, "en qualité de président du collège de la Commission de régulation de l'énergie" (CRE). La rumeur de sa nomination circulait depuis quelques jours, alors que le second mandat de Philippe de Ladoucette, 68 ans, à la tête de la CRE depuis dix ans, arrive à échéance. Cette autorité administrative indépendante a pour mission de veiller au bon fonctionnement des marchés de l'électricité et du gaz en France.

Un bref communiqué précise que

"Le Présidents du Sénat et le Président de l'Assemblée nationale sont saisis de ce projet de nomination, afin que la commission intéressée de chacune des assemblées se prononce dans les conditions prévues par le cinquième alinéa de l'article 13 de la Constitution."

Proche de Valls, un temps pressenti à la SNCF

Diplômé de HEC, ancien élève de l'ENA, Jean-François Carenco, âgé de 64 ans, a été à deux reprises directeur de cabinet de Jean-Louis Borloo, au ministère de l'Emploi (2004), puis conseiller spécial à l'Economie (2006), et ensuite au ministère de l'Ecologie et de l'Energie (2008).

Il a fait l'essentiel de sa carrière dans la préfecture. A la tête de la région Rhône-Alpes  de 2010 à 2015, il est ensuite nommé préfet d'Ile-de-France où il s'occupera notamment du dossier du Grand Paris. Connu pour son franc-parler inhabituel, il est réputé entretenir de très bonnes relations avec Manuel Valls. Il aurait été pressenti à la tête de la SNCF pour remplacer Guillaume Pépy, si celui-ci avait été amené à démissionner.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2017 à 12:09 :
D'où vient dette manie de rebaptiser organismes et institutions de noms pompeux et souvent sans rapport avec l'activité du dit organisme:
l'ASN >>> le gendarme du nucléaire
la CRE >>> le gendarme de l'énergie

à quand le gendarme des toilettes publiques ??
a écrit le 30/01/2017 à 19:18 :
Les préfets en sont jamais aussi bons que dans les matières où ils ne connaissent rien. De ce point de vue, le préfet JFC devrait exceller. Il serait effectivement plus approprié de nommer un ingénieur à ce poste. Un ingénieur socialiste bien sûr.
a écrit le 30/01/2017 à 18:48 :
Les préfets en sont jamais aussi bons que dans les matières où ils ne connaissent rien. De ce point de vue, le préfet JFC devrait exceller. Il serait effectivement plus approprié de nommer un ingénieur à ce poste. Un ingénieur socialiste bien sûr.
a écrit le 29/01/2017 à 19:33 :
Espérons que cette nomination d'un homme de raison puisse calmer les ardeurs popul-aires/-istes d'Hidalgo en matière de pollution : brouillard = pic de pollution, diesel = carton rouge, etc.
a écrit le 29/01/2017 à 17:33 :
Bien sur que le CRE est utile et même indispensable, ne serais que parce que c’est une autorité indépendante, en mesure de contredire parfois des politiques. Mais si ça peut éviter de grosses erreurs et dieu sait si quelque uns sont doués pour cela (à voir les rapports de l’autre autorité indépendante, tout aussi utile : la cour des comptes).

Il suffit d’aller sur le site du CRE pour voir ce qu’ils gèrent « Les gestionnaires des réseaux de transport et de distribution d’électricité exercent des monopoles régulés par la Commission de Régulation de l’Energie »
Le CRE définit les modalités et tarifs d’usage du réseau électrique (voir les 150 pages du TURPE5).
Accessoirement ils imposent au gestionnaire du réseau des codes de bonne conduite et des règles vis-à-vis des clients, comme le respect d’un minimum de qualité de service.
Et dans la mesure du possible de la transparence, mais ça, ce n’est pas gagné.

Il leur à fallu gérer le basculement entre une situation de monopole vers un marché concurrentiel. Pendant une phase de transition qui c’est quelque peu prolongée (c’est pour cela qu’ils sont restés neutres).
Ensuite il leur faut veiller au respect des règles de la concurrence, c’est aussi une garantie pour les clients. http://www.cre.fr/marches/marche-de-gros/reglementation
La suite :
- Adapter le réseau aux smartgrids, aux énergies renouvelables et à s’adapter à la décentralisation ou la répartition (ça évolue comme dans l’informatique).
- Tout en augmentant les dorsales d’interconnexion entre pays pour mieux équilibrer consommation et production à l’échelle européenne et sécuriser l’approvisionnement. Bien sur il y a aussi l’aspect commercial là dedans.
- Gérer la disparition des tarifs réglementés pour les particuliers.


Plus généralement ça sert à essayer de compenser l’un des paradoxes de la France, qui, si on caricature à peine : consiste à former des techniciens de haut niveau, à faire les bonnes analyses, les bonnes préconisations et se retrouver avec des décisions politiques souvent absurdes sinon contradictoires et au final, un nouveau millefeuilles kafkaïen. Alors pour mener les réformes (j’ose à peine écrire ce mot) et essayer d'optimiser le fonctionnement d'un service public, le CRE n'est pas de trop.

Le CRE c’est un peu comme un gendarme, ou comme un enseignant qui essaierait d’insuffler le sens des responsabilités à des enfants (et ça non plus ce n’est pas gagné).
Bon courage au successeur de M. de Ladoucette.
a écrit le 29/01/2017 à 17:13 :
Ben ouais faut bien leur trouver du boulot, les français commencent à en avoir sérieusement marre des emplois fictifs...

"Un rapport dénonce le grand nombre de préfets sans affectation territoriale" http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/11/26/20002-20151126ARTFIG00008-un-rapport-denonce-le-grand-nombre-de-prefets-sans-affectation-territoriale.php

Quand je dis que si déjà on virait les politiciens des postes de pouvoir pour le rendre au peuple si ça se trouve on récupérerait la moitié de notre budget.
a écrit le 29/01/2017 à 15:45 :
De mieux en mieux le summum de l'élite de la médiocrité se croit en 1618, le roi nomme un fidèle serviteur, sans compétence particulière dans le domaine, à la tête d'un machin bidule. Ou comme d'habitude il aura le droit à l'open bar aux frais du peuple. 64 ans c'est l'âge de la retraite. Cet homme avait dit le changement, c'est maintenant. Un mensonge de plus. Il n'y a pas d'égalité et fraternité, car il est pour la différence et la stratification du peuple. Comme l'administration du soviet suprême aime. Une élite choyée, une armée de fonctionnaires au statu protégé, une police politique, un peuple qui trime pour faire vivre l'élite de la médiocrité. Comme bien souvent quel est l'intérêt général des nominations des copains et des copines du roi dans des placards ou ils pantouflent?
a écrit le 29/01/2017 à 13:39 :
C'est la fuite des talents ! Encore un beau placard pour service rendu
a écrit le 29/01/2017 à 12:10 :
Un pari?
Ce monsieur va octroyer en échange de sa nomination une hausse du tarif turpe supérieure à ce qui était prévu
Ségolène a bloqué le décret actuel car la hausse qui est fixée par la cre (c'est à ça qu'elle sert) lui paraissait insuffisante. Bilan l'ancien président s'en va le 7 février et le nouveau lui, obèira aux injonctions de sego en augmentant le tarif.
C'est ainsi que fonctionne notre démocratie: aucun respect des principes, des prébendes permanentes et je ne parle pas de Fillon.
Nous faisons le lit de l'extrême droite avec une conviction qui dépasse l'entendement
a écrit le 29/01/2017 à 11:53 :
Comment peut-on encore et encore nommer un énarque pour diriger le régulateur de l'énergie ? J'en ai assez de ce copinage généralisé doublé d'incompétences. Il faut un ingénieur expérimenté dans le domaine, point. Je suis pour la suppression de l'ENA, qui joue un rôle destructeur en France en empêchant les gens compétents d'accéder aux postes de pouvoirs non élus. Cela a fait dégénérer la situation en copinage intégral et clientélisme depuis 50 ans ! Et on s'étonne qu'il n'y ait aucune vision stratégique de long terme en France sur les ressources maritimes et sur les ressources énergétiques ? Assez !
a écrit le 29/01/2017 à 11:29 :
Et pourtant il disait , moi Président de la république , je ne nommerais pas ...........

Encore un mensonge de plus , ce nommé à 64 ans donc direction retraite ou alors
Qu'est ce que cela cache encore ?
Réponse de le 29/01/2017 à 16:17 :
@MI: il se passe que Hollande place ses copains avant de partir :-)
a écrit le 29/01/2017 à 9:46 :
A quoi sert ce C.R.E pour ce préfet, dont les semaines s'achevaient, et combien en paie et nature, cet et La planque en diamant pour le Socialiste Caviar Huchon, ignorant tout !!!de cette fonction inutile, etcelle créé pour le Communiste C.G.T Le Paon. Les milliers fictifs COUTEUX et insolentes planques " haut comité, haut conseil, conseil supérieur, agences, conseil d'analyse, commissions, des MILLIERS EN TOUT, Obèse et Pléthorique inspection générale des finances, Palais d'Iéna : 233 Membres rémunérés du conseil économique et social ( INUTILE C.E.S : casage de copains-copines- militants )
Réponse de le 29/01/2017 à 21:37 :
Depuis 43 ans, de pire en pire, ces nominations MILITANTES. LES NOMINATIONS DOIVENT CESSER D ETRE POLITIQUES ET NE PLUS ETRE DU RESSORT POLITIQUE : pas meme indirectement, avec la main politique Dessous ou de Biais.
a écrit le 29/01/2017 à 9:35 :
Ce "machin" est-il vraiment utile aux citoyens ? Ou sont-ce aussi d'autres emplois fictifs engloutissant nos contributions fiscales ?? Il y a vraiment un grand nettoyage de Printemps à faire....
Réponse de le 29/01/2017 à 13:14 :
+1, je ne savais même pas qu'il y avais un CRE en France. Le secteur semble plutôt hors de tout contrôle. conf. "Uramine" + Areva en faillite qui continue de flamber du cash comme si de rien n'était. Ou on apprend après 27 ans que EDF à eu une catastrophe à St Laurent des eaux (fonte de coeur + corium etc...), et qu'il la classé en simple incident. Bref un CRE j'ai des doutes. C'est plus un comité théodule de plus pour pantoufler.
a écrit le 29/01/2017 à 8:06 :
L'objectif d'une politique de l'énergie doit être de mettre une taxe sur l'énergie (pétrole, gaz, électricité) pour financer les charges sociales (chomage et retraites). Il est peu probable que cette nomination permette de donner cet objectif à !a CRE. Peut être!!
a écrit le 28/01/2017 à 19:24 :
Ben, Hollande place tous ses potes avant de partir :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :