Journal de campagne : Mariton rallie Juppé... Buisson se moque de Sarkozy

 |   |  872  mots
Hervé Mariton, candidat LR recalé à la primaire de la droite a décidé de se rallier à Alain Juppé.
Hervé Mariton, candidat "LR" recalé à la primaire de la droite a décidé de se rallier à Alain Juppé. (Crédits : Reuters)
Hervé Mariton, candidat recalé à la primaire de la droite, a annoncé qu'il soutenait Alain Juppé. De son côté, Patrick Buisson, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy continue de régler ses comptes avec l'ancien président. François Fillon, lui, se place en défenseur des consommateurs...

« Je fais un choix aujourd'hui, c'est celui de soutenir Alain Juppé ». Tels sont les termes employés ce matin sur France Inter par le député « Les Républicains » de la Drôme, Hervé Mariton, recalé à la primaire de la droite.

Hervé Mariton soutient Alain Juppé

Et d'expliquer: « Parce que ça me paraît être le plus sincère, et je pense que c'est une exigence que nous partageons, parce que nous avons aussi une exigence de sérieux (...) et parce que nous avons aussi l'un et l'autre en partage une volonté d'optimisme »« Nous avons des convergences, nous avons des différences, nous les assumons, nous les assumerons ».

On aurait pu croire Hervé Mariton idéologiquement plus proche de François Fillon. Mais l'ex candidat a expliqué ne pas partager « du tout l'alignement de François Fillon sur Vladimir Poutine, concernant la Syrie. » Il est également en désaccord avec le fait de laisser filer le déficit budgétaire à 4,7% du PIB, comme annoncé par l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy.

Buisson continue de "cogner" sur Sarkozy

Avant la parution de son livre « La Cause du peuple » jeudi 29 septembre, Patrick Buisson, l'ex-conseiller de Nicolas Sarkozy, continue son « teasing » en accordant un entretien à Valeurs actuelles.

« Tout le pari de Sarkozy repose sur l'idée que l'électorat français de droite est toujours le plus bête du monde et aspire à le rester. Croire que, élu contre Marine Le Pen, avec comme Premier ministre François Baroin, le déconstructeur de crèches, Nicolas Sarkozy fera une politique de droite relève soit d'une insondable bêtise, soit d'une extrême candeur »,

Selon lui, « la défaite de Sarkozy à la primaire de la droite entraînera presque automatiquement le renoncement de Hollande à sa propre candidature » et « si Sarkozy sort vainqueur », « on aura droit, à partir de février 2017, à une pyrotechnie politico-judiciaire », avec Hollande en « premier artificier », « depuis l'Élysée ». Quant au Front national, il est « socialement nécessaire », car « il offre un exutoire à la souffrance de la France des invisibles », mais « politiquement inutile ».. Surtout, « il offre un repoussoir très utile à la classe dirigeante » et « lui permet de se survivre à bon compte ». À ses yeux, « paradoxalement, le vote FN est encore la meilleure assurance-vie du système ».

Alain Juppé remonte dans les sondages

Selon le baromètre Kantar-Sofrès-One Point pour RTL/Le Figaro/LCI, les intentions de vote en faveur d'Alain Juppé à la primaire de la droite des 20 et 27 novembre sont en hausse.

Nicolas Sarkozy, crédité de 34 % des suffrages fin août, à égalité avec Alain Juppé, au lendemain de l'annonce de sa candidature, perd un point, à 33 %, tandis que l'ancien Premier ministre progresse de cinq points, à 39 % des intentions de vote.

Au second tour, Alain Juppé l'emporterait avec 59 % des voix contre 41 % à Nicolas Sarkozy dans l'hypothèse d'une participation à 2,9  millions d'électeurs. Soit un écart de dix-huit points alors qu'il n'était que de dix points en août.

"Les écolos" veulent davantage de coopération européenne dans la lutte contre le terrorisme

Le premier débat de, « l'autre primaire », celle des écologistes, s'est tenu mardi 27 septembre sur le plateau de LCP-Public Sénat. Et les quatre candidats se sont accordés sur une nécessaire « meilleure coopération européenne » de la police et du renseignement et un travail sur les causes de la radicalisation. Cette primaire oppose Cécile Duflot, Yannick Jadot, Michèle Rivasi et Karima Delli.

« Ce qu'ont montré tous les derniers attentats, malheureusement, c'est qu'on manquait terriblement de coopération européenne, à la fois sur la police, sur les services de renseignements, sur les capacités d'enquête », a estimé le député européen Yannick Jadot sur le plateau de LCP-Public Sénat. Il a plaidé pour la création d'un « FBI européen, [d']une agence qui coordonne un service de renseignement et (la nomination d')un procureur européen ».

De son côté, l'ancienne ministre du logement Cécile Duflot a évoqué le MI5 britannique, notant que le service avait augmenté ses recrutements notamment d'analystes. « Il faut faire cet effort là en France, c'est-à-dire qu'il faut se donner les moyens d'une autre approche du renseignement », a-t-elle développé. La députée a également estimé que parallèlement il fallait « écouter ce qu'a dit le chef d'état major des armées : les terroristes et ceux qui passent à l'action, prospèrent aussi sur un terreau et ce terreau il faut absolument l'assécher ».

Fillon se place en défenseur des consommateurs

« En autorisant free mobile j'ai peut-être fait perdre de l'argent aux opérateurs mais j'en ai fait gagner aux consommateurs », explique François Fillon sur son compte Tweeter.

A l'époque Nicolas Sarkozy était contre l'arrivée de Xavier Niel sur le marché pour défendre son ami Martin Bouygues.

Et c'est François Fillon qui, premier ministre de l'époque, a permis l'arrivée de Free Mobile. Xavier Niel, avait en effet expliqué en 2011 dans le Canard enchaîné, comment ce dernier avait réussi à lancer l'appel d'offre. « Fillon a fait adopter le texte en Conseil des ministres en vitesse pendant que Sarko était sorti répondre à un appel ! Et il a signé le décret en profitant de son malaise vagal ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2016 à 12:59 :
Alors comme ça Mr Sarkozy ne voulait pas de Free dans le mobile pour favoriser son ami Bouygues ! Je rêve là ? Moi j'ai économisé 72 euros par mois en passant chez Free ! Encore un bon point pour Fillon , décidément il aurait pu me faire voter pour lui s'il n'était pas complètement à coté de la plaque concernant le déficit : seul le candidat qui prônera le zéro déficit et la fin de la vie de château pour les politiques sera élu, les Français ont peur pour leur épargne.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :