Nicolas Sarkozy soupçonné de «trafic d'influence», le PNF ouvre une enquête préliminaire

 |  | 660 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : BENOIT TESSIER)
Le Parquet National Financier a confirmé avoir ouvert une enquête préliminaire avec pour chefs « trafic d'influence » et « blanchiment de crime ou de délit » à l'encontre de l'ancien président de la République. L'affaire porte sur ses activités de conseils facturées à une société russe.

Nicolas Sarkozy, sous forte pression judiciaire depuis sa retraite politique, est visé par une nouvelle enquête du parquet national financier (PNF), qui soupçonne cette fois l'ancien président d'un possible "trafic d'influence" dans ses lucratives activités de conseil en Russie.

Le parquet anticorruption, qui a croisé le fer en décembre avec l'ex-chef de l'Etat lors du procès de l'affaire "des écoutes", enquête depuis l'été 2020 sur les rémunérations dont il a bénéficié de la part d'une société d'assurances russe, Reso Garantia, contrôlée par deux milliardaires russes d'origine arménienne, Sergueï et Nikolaï Sarkisov, selon Mediapart.

Le PNF a confirmé vendredi avoir ouvert cette enquête préliminaire des chefs de "trafic d'influence" "et "blanchiment de crime ou de délit", sans confirmer la date d'ouverture des investigations, qui auraient été déclenchées par un signalement du service de renseignement financier Tracfin.

Le français AXA, le russe Reso Garantia

"La justice cherche à vérifier si l'ancien chef de l'Etat a seulement agi comme consultant, ce qui serait parfaitement légal, ou s'il se serait adonné à des activités de lobbying potentiellement délictuelles pour le compte des oligarques russes", écrit Mediapart.

Le contrat conclu en 2019 porterait sur plusieurs années et un montant de 3 millions d'euros. Nicolas Sarkozy aurait déjà touché un paiement de 500.000 euros au titre de ce contrat, début 2020, toujours d'après Mediapart.

Reso Garantia, fondée en 1991, est l'une des principales sociétés d'assurance en Russie, spécialisée notamment dans l'assurance auto/moto, avec plus de 34.000 agents dans ce pays et 11 millions de clients.

En 2007, l'assureur français AXA avait conclu un accord avec les actionnaires de Reso Garantia pour acquérir une participation de 36,7% dans cette société pour environ 810 millions d'euros.

D'après Mediapart, AXA est un important client du cabinet d'avocats Realyze, co-fondé en 1987 par Nicolas Sarkozy.

Nicolas Sarkozy est « serein »

Sollicité par l'AFP, l'entourage de Nicolas Sarkozy se déclare "parfaitement serein" et assure que "les activités de conseil" de l'ancien chef de l'Etat "sont encadrées dans le strict respect des règles légales et déontologiques".

Mais l'ancien président a déjà plusieurs fois eu l'occasion d'exprimer sa colère contre le PNF. "J'ai l'impression que le Parquet national financier est fait pour moi", avait-il déclaré le 7 décembre devant le tribunal de Paris.

M. Sarkozy comparaissait alors pour "corruption" sur un haut magistrat et "trafic d'influence", des accusations nées en 2014 après les interceptions par le PNF de ses conversations avec son avocat Thierry Herzog sur une ligne officieuse ouverte au nom de "Paul Bismuth".

A l'époque, quand le PNF, tout juste mis en place, lance les investigations, "j'ai le sentiment (...) d'être traqué", a raconté M. Sarkozy devant le tribunal.

"Ce procès comme tout procès n'est pas davantage une vengeance institutionnelle, ni celle de la magistrature, ni celle et encore moins du PNF", lui avait répondu à l'audience son patron, Jean-François Bohnert. "Personne ici ne cherche à se venger d'un ancien président de la République", avait assuré le procureur, venu en personne soutenir ses subordonnés.

Le jugement dans cette affaire est attendu le 1er mars. Nicolas Sarkozy sera à nouveau au tribunal de Paris dès le 17 mars pour l'affaire Bygmalion, soupçonné de "financement illégal" de sa campagne électorale de 2012.

Mais la principale affaire contre laquelle se débat l'ancien chef de l'Etat reste celle sur les soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle 2007, dans laquelle le PNF porte l'accusation sur des soupçons de "pacte de corruption" avec la dictature de Mouammar Kadhafi.

"J'irai jusqu'au bout pour démasquer ceux qui sont derrière cela", avait répété M. Sarkozy en novembre sur BFMTV. Il venait alors d'être mis en examen une nouvelle fois en octobre dans ce dossier, pour "association de malfaiteurs".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2021 à 9:52 :
pourquoi le PARQUET FINANCIER N'est il pas aussi rapide pour MRs Ferrand et Bayrou ??, c'est vrai que 2022 arrive tres vite il faut éliminer Sarko
Réponse de le 17/01/2021 à 12:06 :
pas besoin du PNF pour éliminer M. Sarkozy il a scié sa branche. Un quinquennat bien loin de l'enthousiasme qu'il avait pu créer pendant la campagne car lui aussi a promis beaucoup, surtout dans le changement mais comme ses prédécesseurs est tombé dans les conseillers du soir, les petites fadettes et autres. M. Sarkozy fera encore la Une mais pas en politique. Il y a une certaine similitude entre M. Sarkozy et M. Macron dans les promesses de changement pour un résultat bien pâle. Je le dis sans aucun mal car j'ai voté bêtement pour les deux en croyant leur discours de changement.
a écrit le 16/01/2021 à 9:57 :
Repensons donc à tout ces thuriféraires, bien plus nombreux que ceux de notre président actuel hein, qui a chaque fois que le petit prononçait un discours applaudissaient larmoyant de bonheur ? Ce serait même pas étonnant qu'on en retrouve à le montrer du doigt actuellement.

Ben eux ils sont toujours là et bien là par contre et il est injuste que Sarkozy prenne tout dans la figure tout seul, assume tout lui même, alors que la ribambelle de laquais qui l'accompagnait l'ont guidé tacitement vers cette totale décadence.

"Hâte toi déclin !" Nietzsche
a écrit le 16/01/2021 à 9:32 :
Au delà de la question sur le fond il est détestable qu'un ancien président Français cumule autant "d'affaires"..
Réponse de le 16/01/2021 à 11:54 :
qu'il apparaît en ombre chinoises derrière la plupart, si ce n''est toutes, les affaire politico financières des 20 dernières années.

On ne comprendrait rien aux affaires Tapie (remises fiscales, arbitrage...) sans le soutien de Sarko derrière. Idem pour les affaires Bettencourt, ou Wildenstein.

Il est dans la lignée des dirigeants de droite au plus haut niveau , depuis le RPF, jusqu'à LR, qui se sont appropriés les moyens de l'état sans vergogne et abusé de leur pouvoir.

Pour pousser un peu plus loin, c'est étonnant ce neo-tropisme de droite et d'extrême droite pour la Russie poutinienne. De Benalla à Trump, en passant par Schroeder ils sont pléthore à goûter les délices de la corruption à la soviétique.
Réponse de le 16/01/2021 à 18:20 :
est-ce du vrai ou du faux ? certains voudraient tellement s'en débarrasser de Sarkosy !!!qu'ils inventeraient n'importe quoi !!!! comme ils ont fait à François Fillon !!!! bien sur la droite dérange beaucoup !!!! donc il faut trouver le pire car il est quand mème beaucoup aimé Nicolas !!!! enfin nous attendons la suite
Réponse de le 18/01/2021 à 10:57 :
Lors de votre futur choix en 2022 repensez a ces affaires (et a celles de ces "copains" comme Macron qui reste intouchable tant qu'il est au président mais après...)
a écrit le 15/01/2021 à 18:31 :
Je crois que l'actuel mis en place à la présidence de la République a de quoi s’inquiéter tout le reste de sa vie!
Réponse de le 16/01/2021 à 10:11 :
Malheureusement, l'actuel président en place a pris toutes les dispositions législatives necessaires pour être tranquille le restant de sa vie, sans publicité, sans débat démocratique.
L'état d'urgence sert aussi à ça.
a écrit le 15/01/2021 à 18:14 :
Il n'y a aucun souci à se faire pour Sarko. Tout cela va finir à la CJR, la seule juridiction, dans tout l'univers, connu et inconnu, créée pour ne pas condamner.
Réponse de le 16/01/2021 à 11:41 :
Pour un (ex)président c'est facile.

Soit il était en poste au moment des faits et alors c'est totale impunité, soit il ne l'était pas et alors c'est la justice "ordinaire" qui s'applique.

La CJR c'est uniquement pour les membres du gouvernement, dont le PDR n'est pas.
a écrit le 15/01/2021 à 17:37 :
Tout prétexte est bon quand on veut se débarrasser de quelqu'un ...les soupçons ne sont pas suffisants, il faut des preuves factuelles... !
a écrit le 15/01/2021 à 16:58 :
Il en faudra des cuisiniers pour s'occuper de tant de casseroles ! Il va finir par savoir à quelle sauce il finira par se faire manger.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :