Dans un an, la Sécu remboursera moins bien ceux qui refusent les médicaments génériques

 |   |  374  mots
(Crédits : Reuters)
Le projet de budget de la Sécurité sociale dévoilé mardi contient deux nouvelles mesures censées produire des économies : mais l'une va pénaliser financièrement les patients, et l'autre va réduire la liberté de prescription des médecins. Bercy espère ainsi économiser à court terme quelque "100 millions d'euros".

Comme chaque année, le gouvernement veut renforcer le recours aux médicaments génériques dans le cadre des économies (3,8 milliards en 2019) demandées au secteur de la santé, misant cette fois-ci sur deux nouvelles mesures.

Il s'agit d'une nouvelle phase coercitive, en deux volets. Premier volet : selon une disposition du projet de budget de la Sécurité sociale dévoilé mardi, les patients refusant sans justification médicale les médicaments génériques proposés par leur pharmacien seront moins bien remboursés. La mesure entrera en vigueur dans à peine plus d'un an, dès le 1er janvier  2020.

40% moins cher que le médicament princeps

Ainsi, le "remboursement d'un assuré qui ne souhaiterait pas, sans justification médicale, la substitution proposée par le pharmacien se fera désormais sur la base du prix du générique", est-il écrit dans le dossier de presse du projet de loi de financement de la sécu (PLFSS).

Or un générique coûte en moyenne 40% de moins que le princeps, selon le ministère de la Santé.

"Il s'agit ainsi de reconnaître un même niveau de prise en charge pour des soins de même qualité", insiste le gouvernement. "Cette mesure s'appliquera à compter du 1er janvier 2020 afin de disposer du temps nécessaire pour accompagner sa mise en place auprès des patients", est-il précisé.

Encadrer les ordonnances des médecins

L'autre mesure vise à "mieux réguler les conditions dans lesquelles les médecins" peuvent apposer la mention "non-substituable" sur leurs ordonnances et qui empêche les pharmaciens de proposer des génériques à la place des médicaments d'origine dits "princeps", selon Bercy.

Succès des génériques en France mais risque de ralentissement

Cette mention devra reposer "sur des critères médicaux objectifs, définis en lien avec l'agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé", explique le dossier de presse.

Ces mesures devraient permettre à court terme "moins de 100 millions d'euros" d'économies, selon Bercy.

"Le taux de substitution générique/princeps dépasse à ce jour les 80% en France" mais les "mécanismes en faveur de la substitution montrent aujourd'hui un certain essoufflement" justifie le gouvernement.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/09/2018 à 22:00 :
"Le taux de substitution générique/princeps dépasse à ce jour les 80% en France" mais les "mécanismes en faveur de la substitution montrent aujourd'hui un certain essoufflement".

Il est de combien l’essoufflement?.... moi si 85% des patients prennent des générique ça me va, on ne va pas tomber non plus dans le talibanisme médical.

Et si avant de pondre des nouvelles contraintes ils essayaient de comprendre pourquoi le taux de substitution ne grimpe pas plus?

Entre les "parcours de soin", les franchises, les retenues diverses et variées, le taux de remboursement sécu est en train de chuter de manière spectaculaire, ce qui oblige les français à prendre des mutuelles complémentaires.
a écrit le 26/09/2018 à 19:42 :
J'espère que les génériques sont utilisés par tous.Je pense à Mr le président,1er ministre,ministres,etc et leur familles,bien sûr.
Mais c'est invérifiable.Dommage!
a écrit le 26/09/2018 à 14:23 :
Et suite à ce système de générique génère un système parallèle malus- bonus pour chaque assuré
Moins rembourser ceux qui sont en malus
Et ceux en bonus , injecter les budgets bonus pour le remboursement dents, opérations , ophtalmologie ( lunettes...) des assurés en bonus
a écrit le 26/09/2018 à 12:08 :
Mais d'où proviennent les médicaments génériques, qu'elles sont les firmes qui les produisent, où sont elles installées.
a écrit le 26/09/2018 à 12:03 :
Le titre de l'article me dérange :
'la sécu remboursera moins bien ceux qui refusent les génériques" ... que ceux qui les acceptent ? Le titre laisse planer l'ambiguité, alors que chacun sera remboursé de la même façon qu'il choisisse générique ou non... simplement la base de remboursement sera forfaitaire (sur la base du prix du générique) et non proportionnel au prix payé !!!
Mais c'est comme si l'état versait une prime pour ceux qui achète un moyen de transport électrique, et que ceux qui choisissait une TESLA recevait 10.000 fois plus que ceux qui n'auraient les moyens que de prendre un scooter électrique !
a écrit le 26/09/2018 à 12:02 :
Très bien, la sécu doit rembourser sur la base de prix des génériques existants !
a écrit le 26/09/2018 à 10:53 :
Pourquoi dans les autres pays europeens les médicaments sont 20% moins chers qu en France???? Moins de collusions entre les professeurs le monde medicale en général. En France les patients paient les milliards que les labos investissent dans ce milieu....c est comme une mafia et l état le sait conférences bidons. Enquêtes faussées et tres bien renumérées par des medecins renommés etc. Cadeaux w.end
Vacances payes dans des 5 etoiles ey c est toubours les malades qui en font les frais. Et ce sont toujours les " intouchables " castes de nos énarques qui font la pluie et le beau temps dans ce pays. Faut il une révolution pour changer l etat de ce pays quand on sait qu une poignée de personnes plombent ce pays.
a écrit le 26/09/2018 à 10:34 :
Ah ah ah ... en effet certains génériques dont plus chers que les originaux ! Mdr
a écrit le 26/09/2018 à 9:30 :
"L'autre mesure vise à "mieux réguler les conditions dans lesquelles les médecins" peuvent apposer la mention "non-substituable" sur leurs ordonnances et qui empêche les pharmaciens de proposer des génériques à la place des médicaments d'origine dits "princeps", selon Bercy."

Les médecins ne seront plus obligé de mettre la mention "non-substituable" à la main sur une ordonnance faite par ordinateur,par contre ,ils seront obligé maintenant de mettre à la main les raisons du choix du non-substituable pour le patient.
a écrit le 26/09/2018 à 8:59 :
Il y a déjà eu le scandale des génériques importés de Chine et de Corée, si je neme trompe pas.
Les génériques ne respectent pas toujours les formules des laboratoires qui ne vont pas livrer tous leur secrets et on les comprend. Enfin certaines mutuelles en connivence avec le gouvernement imposent l'utilisation des génériques. Le vrai problème de la sécurité sociale est l'abus de certains assurés qui cherchent des congés maladie et les revenus excessifs des médecins et chirurgiens (ces derniers les méritant toutefois).
Quand j'étais en terminale scientifique, c'étaient les moins bons de ma classe qui s'orientaient vers la médecine, je ne vois pas pourquoi ils gagnent autant, les 7 ans d'études ne sont plus une excuse, dans tous les métiers, aujourd'hui on ne cesse d'étudier.
Réponse de le 26/09/2018 à 11:53 :
Que ce soit des génériques ou pas, il est nécessaire de contrôler l'ensemble des importations de médicaments en France (y compris vendus sur internet !) ... il y a plus de "Faux" médicaments vendus, que de "fausses" marques de vêtements ...
Pour ce qui est des "arrêts maladie" (le simple usage du terme 'congé' montre bien à quel point les arrêts maladie deviennent des excuses pour partir en congé!), il faudrait commencer par aligner TOUS les salariés, y compris les fonctionnaires, sur un même nombre de jours de carence :
Les 3 premiers au frais de l'usager (avec interdiction de prise en charge de ces 3 jours par les mutuelles ou par l'employeur), et 2 jours supplémentaires au frais de l'employeur.
Réponse de le 26/09/2018 à 11:53 :
Disons plutôt 11 ans d'étude pour les spé + 3 ans de clinicat (9 pour généralistes) ...
a écrit le 26/09/2018 à 8:17 :
Quand on connait la récurrente baisse d'efficacité des génériques sur les originaux et bien c'est pas étonnant en néolibéralisme dans lequel la médiocrité est sans arrêt sublimée.
a écrit le 25/09/2018 à 21:15 :
les médicaments de luxe qui ont leurs équivalents moins cher, ne devraient pas être remboursés par la sécu !
a écrit le 25/09/2018 à 18:36 :
le titre est nul et racoleur ! La sécu remboursera au prix des génériques existants !
a écrit le 25/09/2018 à 17:59 :
Désolé mais certaines personnes ne supporte pas les génériques car pas efficaces ou leurs crées d'autres problèmes de santé donc je continuerai à prescrire du non substituable à certains patients.
Je trouve cette loi assez honteuse de s'attaquer toujours aux personnes faibles et en mauvaise santé.
a écrit le 25/09/2018 à 16:45 :
Enfin! C'est ce qui existe presque partout ailleurs en Europe

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :