Six gardes à vue dans le cadre de l'affaire des sondages de l'Elysée sous Sarkozy

 |   |  308  mots
L'ancien secrétaire général de l'Elysée de 2007 à 2011 a été placé en garde à vue ce mercredi 3 juin dans le cadre de l'affaire des sondages de la présidence Sarkozy.
L'ancien secrétaire général de l'Elysée de 2007 à 2011 a été placé en garde à vue ce mercredi 3 juin dans le cadre de l'affaire des sondages de la présidence Sarkozy. (Crédits : reuters.com)
Six anciens responsables ou conseillers de la présidence, sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, ont été placés en garde à vue ce mercredi 3 juin, dans le cadre de l'enquête sur les sondages à l'Elysée, a-t-on appris de source judiciaire.

Claude Guéant, Xavier Musca (anciens secrétaires généraux à l'Elysée) et Emmanuelle Mignon (ancienne directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy) ont été placés en garde à vue mercredi 3 juin dans le cadre de l'enquête sur les sondages de l'Elysée, révèle l'AFP de source proche du dossier. Trois anciens conseillers du président sont également concernés : Jean-Michel Goudard, Julien Vaulpré et Jean-Baptiste de Froment.

L'enquête porte sur la régularité des contrats conclus entre l'Elysée et neuf instituts de sondage, sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, avec entres autres la société Publifact de l'ancien conseiller Patrick Buisson qui n'a pas été placé en garde à vue dans le cadre de l'enquête pour favoritisme et détournement de fonds publics.

Une polémique qui débute en 2009

C'est un rapport de la Cour des Comptes qui épingle en 2009 une convention entre l'Elysée et le cabinet de Patrick Buisson pour un montant qui avoisine les "1,5 millions d'euros". Un marché irrégulier puisque le code des marchés publics pour respecter les règles de la mise en concurrence n'a pas été appliqué, notent alors les Sages. En février 2010, Anticor, l'association de lutte contre la corruption porte plainte, mais doit attendre fin 2012 pour qu'une enquête soit ouverte.

Etudes d'opinion en tout genre

Le montant dépensé en sondages est colossal : 9,4 millions d'euros, comme le révélait Raymond Avrillier, un militant écologiste grenoblois qui avait obtenu les factures de ces sondages et études en 2012.

Plus de 300 sondages ont été commandés en cinq ans sur des sujets variés : interventions télé d'adversaires politiques, candidats probables du PS à la présidentielle de 2012, mariage du président, grossesse de Rachida Dati, affaire Bettencourt ou encore vacances de Michèle Alliot-Marie en Tunisie, comme le rapportait le Monde en octobre 2012.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/06/2015 à 21:02 :
Ça traine ces histoires ces pénibles. En france les politiques de tous bords ont trempé. A quand le grand ménage? Nombre de mandats limités à 2 par exemples?
Cela dit, nous sortir cette info le lendemain de l'annonce des chiffres du chômage c'est rigolo.
On chasse une info par une autre.......
Pendant ce temps les entreprises crèves
Les chômeurs galères.
Ceux qui bosse sont massacrés par l'autres moitiés qui payent pas d'ir.
Et les politiques rien! Tout va bien.
a écrit le 03/06/2015 à 19:33 :
Je suis de plus en plus écoeuré face à ceux qui nous gouvernent. Ils se sentent au dessus des lois, ne s'appliquent jamais les réformes qu'ils votent, ne renoncent à aucun de leurs privilèges. Bref, une république bananière...Pauvre France.
Réponse de le 03/06/2015 à 21:04 :
Finalement la politique de shin yong a du bon. Flingué sont ministre pendant un défilé est bien moins couteux pour les contribuables...
a écrit le 03/06/2015 à 19:17 :
Ça traine ces histoires ces pénibles
Cela dit le lendemain de l'annonce des chiffres du chômage c'est rigolo.
On chasse une info par une autre.......
Pendant ce temps les entreprises crèves. Les chômeurs galères. Ceux qui bosse sont massacrés par l'autres moitiés qui payent pas d'ir.
Et les politiques rien! Tout va bien.
a écrit le 03/06/2015 à 17:11 :
300 sondages? Pour les 5 ans de présidence de $arkozy de Nagy Bocsa, cela fait 1 sondage par semaine....C'est de l'industrie et de l'Inquisition réunies.
Les $arkozylodâtres, celles et ceux du fric et du bling-bling doivent trouver cela normal, tant il est vrai que pour eux 10 millions d'euros, c'est quantité négligeable.
Heureusement, pour l'instant, les Français dans leur grande majorité ne sont pas prêts à un retour du triste sire, en la personne de $arkozy de Nagy Bocsa... et de sa clique.
Réponse de le 03/06/2015 à 21:06 :
Si seulement vous disiez vrai... Malheureusement je ne voit pas Hollande passer le premier tour, et du coup entre Sarkozy et Le Pen, les citoyens voteront bêtement Sarkozy... C'est d'ailleurs pour cela qu'il revient ce sinistre...
a écrit le 03/06/2015 à 16:43 :
Et alors ? Il n'est pas anormal, pour un gouvernement, de faire des sondages pour connaître l'état de l'opinion publique. Où est le problème ? Il y a des sondages toutes les semaines.
Quant au code des marchés publics, c'en devient ridicule. Il va bientôt falloir passer un appel d'offres pour qu'une cantine scolaire achète ses baguettes de pain. En réalité, c'est encore de la justice socialiste qui veut indirectement salir Sarkozy. Comme elle l'a fait avec Woerth. C'est sa seule motivation.
Réponse de le 03/06/2015 à 20:09 :
De toute évidence vous n'avez pas lu les 4 dernières lignes de l'article.
Réponse de le 03/06/2015 à 22:05 :
ahah mais oui, Sarkozy, la pauvre petite victime d'une justice instrumentalisée...on croit rêver en lisant certains propos, parfois.
a écrit le 03/06/2015 à 16:21 :
Pourquoi on attend pou mettre le peti bonhomme a talonettes en cabane ?
Réponse de le 03/06/2015 à 21:07 :
Parce que c'est un as du fusible... Rien ne prouve que l'affaire DSK c'est lui pourtant...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :