Attaques contre Aramco : Trump autorise l'utilisation des réserves de pétrole, les cours flambent

 |   |  508  mots
(Crédits : Leah Millis)
Donald Trump a autorisé dimanche l'utilisation des réserves stratégiques américaines de pétrole après des attaques de drones qui ont réduit de moitié la production de pétrole du royaume d'Arabie saoudite.

Les rebelles yéménites Houthis, soutenus par l'Iran et qui font face depuis cinq ans à une coalition militaire menée par Ryad, ont revendiqué ces attaques contre les installations du géant public Aramco. Elles ont provoqué une réduction brutale de production de 5,7 millions de barils par jour, soit environ 6% de l'approvisionnement mondial.

 Quelque 5,7 millions de barils par jour sont concernés par l'interruption partielle, soit près de la moitié de la production saoudienne, ou 5% du commerce quotidien mondial du pétrole, a indiqué le ministre de l'Energie, le prince Abdelaziz ben Salman.

Dans un contexte de tensions dans le Golfe, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a imputé dès samedi les attaques à Téhéran, qui a rejeté cette mise en cause et accusé Washington de chercher des prétextes pour partir en guerre.

"En raison de l'attaque contre l'Arabie saoudite, qui pourrait avoir un impact sur les prix du pétrole, j'ai autorisé l'utilisation du pétrole des réserves stratégiques si nécessaire, en quantité suffisante, qui reste à déterminer, pour que les marchés restent bien approvisionnés", écrit le président américain sur Twitter.

Selon une source au fait du dossier, la production de pétrole saoudienne, réduite de moitié après des attaques de drones des Houthis yéménites samedi contre deux installations stratégiques de la compagnie Aramco, ne devrait pas revenir à la normale avant "des semaines plutôt que des jours".

"Des actions futures" contre l'Iran

Les Etats-Unis se sont déclarés dimanche "prêts à riposter" aux attaques de drones. Samedi, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo avait affirmé qu'il n'y avait aucune preuve que cette "attaque sans précédent contre l'approvisionnement énergétique mondial" soit venue du Yémen, accusant l'Iran d'être à l'origine de l'attaque et assurant que les Etats-Unis allaient oeuvrer pour assurer l'approvisionnement des marchés.

Téhéran a jugé ces accusations "insensées" et "incompréhensibles", par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abbas Moussavi, qui a laissé entendre qu'elles avaient pour but de justifier "des actions futures" contre l'Iran.

"Les tensions au Proche-Orient montent rapidement, ce qui signifie que cette affaire va continuer à faire écho cette semaine, même après la peur panique de ce matin sur les marchés pétroliers", a commenté Jeffrey Halley, analystre chez Oanda.

Les cours du pétrole grimpent de 10%

Les cours du pétrole ont grimpé de 10%, lundi matin en Asie, deux jours après les attaques contre des infrastructures pétrolières en Arabie saoudite.

Vers 02h10 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en octobre, gagnait 5,38 dollars, soit 9,81% à 60,23 dollars, dans les échanges électroniques en Asie. Le baril de Brent de la mer du Nord, référence européenne, pour novembre, prenait lui 6,65 dollars, soit 11,04% à 66,87 dollars.

Lundi, le Brent a brièvement gagné jusqu'à près de 20%, tandis que le WTI a gagné jusqu'à 15%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/09/2019 à 9:34 :
en avril 2019 le baril était a 75 dollars on est ce matin a 68 dollars faut quand même pas paniqué ,
en 2012 on était a .....130 dollars
a écrit le 16/09/2019 à 21:39 :
Trump souhaite un baril cher.
Seul moyen d'amortir le prétrole de schiste US.
A croire que les houties ont été aidé ... pas par l'Iran.
a écrit le 16/09/2019 à 20:14 :
Le prince ben Salman , le scieur de Koshighi ...! Un ami .
a écrit le 16/09/2019 à 18:05 :
Les USA peuvent à la rigueur attaquer l'Iran de manière symbolique avec quelques missiles mais au fond si les USA arrivaient à faire tomber l'Iran, les vassaux des USA du moyen-orient n'auraient plus autant besoin du bouclier US et donc plus autant besoin des USA.
Le problème avec le bouclier US que ce soit au moyen-orient, en Europe de l'Est et dans l'Asie du Sud-est, c'est qu'il n'a pas vocation à calmer les menaces russes, chinoises et persanes, bien au contraire. Les USA attisent les tensions et après peuvent obtenir ce qu'ils veulent avec la menace de retirer leur protection dans le cas contraire.
L'Europe devrait se retirer de l'Otan, la Russie a d'autres choses à faire qu'attaquer l'union européenne.
Réponse de le 16/09/2019 à 18:53 :
C'est impossible...
Trop grand, trop montagneux, trop jaloux de son identité. Même Trump n'y pense pas sérieusement et le congrès démocrate ne suivrait pas.

Et puis le chiisme c'est plus de 150 millions de fidèles en Iran, Irak, Syrie, Liban et même Arabie saoudite. Les USA pourraient à la limite détruire et envahir la capitale mais l'Iran serait un Afghanistan puissance 10 pour les troupes au sol.

Quant' à faire tomber le régime des mollahs pour le remplacer par un autre plus complaisant, c'est une illusion que le monde a payé cher avec l'Irak.
Réponse de le 16/09/2019 à 23:10 :
@faire tomber l'Iran?
Au fond je suis bien d'accord avec vous, les USA n'ont pas l'intention de "pacifier" l'Iran . Cela dit les interventions militaires US en Irak restent un succès stratégique dans le sens où les USA ont toujours gardé un contrôle indirect sur la production pétrolière de l'Irak. Après tout même la guerre civile irakienne mettait le gouvernement irakien en situation de dépendance avec les USA et il se trouve qu'il gardait la mainmise sur l'écrasante majorité de la production de pétrole. Je pense que l'ambition d'instaurer la démocratie n'était qu'un prétexte pour ménager l'opinion publique américaine. Sinon pour revenir plus loin en arrière, Sadam Hussein avait décidé de faire des transactions pétrolières en euro et ça avait été décidé en 2001, deux ans plus tard les USA attaquaient.
a écrit le 16/09/2019 à 16:24 :
Comment des rebelles Houthis peuvent disposer d’armes aussi sophistiquées et de plus très chères...il faut clarifier ce point pour comprendre cette situation inquiétante...Pourquoi l’Europe ne dit rien ...car si on laisse l’initiative a Trump faudra pas pleurer du futur Chaos ...
Réponse de le 16/09/2019 à 17:01 :
Ce sont des drones qui ne sont ni chers, ni sophistiqués, dérives de machines civiles et bien améliorés du point de vue de la précision.

10 000€ piece, 1500 km d'autonomie, programmation simple de la cible par coordonnées GPS.
Et comme ils sont simples et peu sophistiqués, ils échappent aux grosses machines des boucliers anti-missile américains.

Pour le prix d'une chambre de bonne à Paris les houthis (qui ne font que se défendre) ont causé des milliards de pertes chez les saoudiens et un choc psychologique considérable. Ils se croyaient invulnérables avec leur quincaillerie guerrière hors de prix.

Et les houthis ont été très raisonnables. A la différence de leurs agresseurs ils ne massacrent pas les civils.
Réponse de le 16/09/2019 à 18:23 :
Pour le prix d'une chambre de bonne à Paris? Mais comment auraient-ils obtenus de tels financements ?
Réponse de le 16/09/2019 à 18:42 :
Ils ont chopé un émir et lui ont pris sa montre.
a écrit le 16/09/2019 à 15:39 :
"Attaques contre Aramco : Trump autorise l'utilisation des réserves de pétrole, les cours flambent"

Formidable titre, forcément involontaire mais caractéristique de ce langage telle instrumentalisé au final, qui met bien en perspective le fait que guerre et finance sont étroitement liées.
a écrit le 16/09/2019 à 14:53 :
5% de pétrole en moins, cela donne, selon les spéculateurs 10% d'augmentation du cours du pétrole qui sera livrable au mois d'octobre, et selon nos distributeurs de pétrole en France, une augmentation dans la semaine.
Spéculateurs, c'est un bon job !
a écrit le 16/09/2019 à 12:03 :
Si Trump déclarait une guerre à l'Iran avec l'aide de son allié Netanyahou, il enverrait au tapis les efforts déployés par l'UE pour ramener l'Iran sur la table des négociations nucléaires, et prendrait le risque d'un embrasement du moyen Orient entre Israël et le Liban et de très fortes tensions militaires avec la Russie, la Chine et la Turquie...Avec en prime le déclenchement d'une crise économique sans précédent avec l'explosion des cours du brut.
Réponse de le 16/09/2019 à 13:06 :
Ça ressemble fort à une guerre mondiale votre affaire...

Pas rassurant du tout, surtout quand on se souvient que la première guerre mondiale a commencé par l'assassinat de l'héritier dune monarchie décadente par un illuminé serbe.
Fait divers dont tout le monde se foutait à juste titre.

Mais les politiques s'en sont mêlés, et mon arrière grand-père, paysan-viticulteur dans les Vosges, s'est retrouvé à aller planter des bayonnettes dans les ventres d'autres agriculteurs, qui ne savaient pas plus que lui où se trouvait Sarajevo.
a écrit le 16/09/2019 à 10:02 :
Grosse crise économique et récession en vue.
Ballon d'oxygène pour les producteurs de pétrole de schistes américain.
La Chine et l'Iran ont des intérêts croisés, surtout pour le pétrole Iranien qui est vital pour la Chine.
Trump peut il prendre le risque d'une guerre avec l'Iran au risque de déclencher un conflit plus vaste? Pas sûr, la Chine, c'est aussi plus d'un milliard et demi de chinois...
Réponse de le 16/09/2019 à 12:34 :
On a déjà vu une guerre mondiale débuter pour bien moins que ça.

Souvenez vous, Trump a déjà annulé un bombardement de l'Iran à la dernière minute le 21 juin.

Supposons que demain une roquette atteigne un avion de reconnaissance américain trop proche de l'Iran ou un bateau de la Navy et tue des soldats.
La pression populaire aux USA pour une frappe sera très (trop) forte.

Trump est en campagne pour sa réélection et très mal conseillé par un entourage va-en-guerre. On est en zone de risque.
a écrit le 16/09/2019 à 9:34 :
C'est malheureux, mais il faut ça pour que la production de CO2 mondiale diminue de cinq pour cent.
Réponse de le 16/09/2019 à 21:38 :
sauf en augmentant la production ailleurs et/ou utilisant les réserves pour compenser au baril près. Moins de CO2 veut dire des moteurs qui en génèrent moins (ma 208 est à 3,99L/100 sur 88 000km, vendue pour 3L/100 sur route, jamais réussi à faire si peu sauf en descente :-) )
a écrit le 16/09/2019 à 8:39 :
Le lobby pétrolier n'arrivait pas à faire remonter le cours du pétrole, ces attaques tombent vraiment à point, un très mauvais calcule de la part des yemenites, étonnant...
Réponse de le 16/09/2019 à 10:04 :
Entre deux enterrements et un lâcher de missiles, les Houthis vivent le nez collé sur les cours mondiaux des matières premières.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :