Chine : chute surprise des exportations, mais bond de l'excédent avec les Etats-Unis

 |   |  948  mots
La population de Mianyang, dans la province chinoise du Sichuan, fête le premier jour du nouvel an lunaire, le 16 février 2018, par des danses du dragon.
La population de Mianyang, dans la province chinoise du Sichuan, fête le premier jour du nouvel an lunaire, le 16 février 2018, par des danses du dragon. (Crédits : Reuters)
Étrange Chine... Les douanes chinoises, après avoir annoncé que les exportations de la Chine vers les États-Unis avaient progressé au premier trimestre de 14,1% par rapport au premier trimestre 2017, ont également signalé un retournement surprise de la balance commerciale dû au plongeon imprévu de leurs exportations. La publication de ces statistiques survient en plein feuilleton des tensions commerciales entre Washington et Pékin, qui alimentent les craintes d’une guerre commerciale à l’échelle de la planète.

La Chine a enregistré en mars un déficit commercial exceptionnel et inattendu de 5 milliards de dollars. D'un côté, les exportations, contre toute attente, s'affichent en repli, de l'autre, ses importations ont accéléré. Les douanes chinoises ont ainsi annoncé vendredi que les importations avaient ainsi dépassé en mars de précisément 4,98 milliards de dollars les exportations du pays. C'est la première fois depuis février 2017 que le géant asiatique connaît un déficit de son commerce extérieur, une situation qui était alors inédite depuis trois ans.

Ce déficit de près de 5 milliards est aussi une surprise de taille pour les analystes sondés par Bloomberg qui tablaient, eux, sur un surplus de 27,5 milliards en mars, après un excédent commercial de 20,5 milliards de dollars en janvier puis de 33,7 milliards en février...

Exportations à -2,7% sur un an (les experts prévoyaient +11,8%)

Ce retournement de la balance commerciale de la deuxième économie mondiale s'explique donc d'abord par le plongeon imprévu de ses exportations, qui ont reculé de 2,7% sur un an en mars selon les douanes, à rebours des anticipations des experts (+11,8%). En total contraste avec l'envolée spectaculaire de quelque 44% du mois précédent, nourrie par la forte demande des partenaires commerciaux de la Chine, Union européenne et Etats-Unis en tête.

"Le plus gros de ce repli de mars est dû à des facteurs saisonniers: les longs congés du Nouvel an lunaire (mi-février) sont tombés plus tard qu'en 2017, ce qui signifie que les perturbations (sur la production des exportateurs) se sont prolongées jusqu'en mars", avance Julian Evans-Pritchard, analyste du cabinet Capital Economics.

L'excédent commercial avec les États-Unis en hausse de 20%

Dans le même temps, les importations du géant asiatique bondissaient de 14,4% (contre +6,3% en février), à l'heure où l'assouplissement des restrictions antipollution à la fin de l'hiver encourage une accélération de l'activité industrielle dans le pays.

L'excédent commercial de la Chine avec les Etats-Unis, objet de vives frictions entre Pékin et Washington et au coeur de menaces de guerre douanières entre les deux puissances, s'est établi à 15,4 milliards de dollars en mars, ont précisé les douanes. C'est un fort reflux par rapport à l'excédent de 21 milliards de dollars en février, et moins que les 17,7 milliards de dollars de mars 2017. Ce qui pourrait témoigner d'un ralentissement. Il n'empêche, selon le porte-parole des Douanes chinoises, Huang Songping, l'excédent commercial du géant asiatique avec les Etats-Unis a tout de même bondi de 19,4% sur un an sur l'ensemble du premier trimestre.

Trump veut réduire le déficit abyssal avec la Chine (375,2 milliards...)

Violemment fustigé par le président américain Donald Trump, qui l'impute aux pratiques commerciales jugées "déloyales" de Pékin, cet excédent avait déjà gonflé de 35% sur un an sur les mois de janvier et février cumulés.

Le déséquilibre entre les deux puissances semble donc s'aggraver à un rythme accéléré: sur l'ensemble de 2017, cet excédent chinois en défaveur des Etats-Unis n'avait grimpé que de 10%, pour atteindre le niveau record de 275,8 milliards de dollars selon les douanes chinoises (375,2 milliards selon Washington).

"Nous n'avons jamais délibérément recherché l'excédent commercial, la situation actuelle ne fait que refléter l'état du marché, la division des structures économiques et de la compétitivité industrielle de part et d'autre", a commenté Huang Songping, porte-parole des douanes, lors d'une conférence de presse.

Avant d'appeler Washington à "écouter la voix de la raison et du pragmatisme", de "traiter les frictions commerciales d'une façon plus rationnelle" et de "respecter sa promesse de rejeter le protectionnisme commercial".

Les menaces de Trump pas concrétisées dans les statistiques chinoises

Sur les trois premiers mois de l'année cumulés, les exportations du géant asiatique vers les Etats-Unis --deuxième partenaire commercial du pays après l'Union européenne-- ont bondi de 14,8%, à près de 100 milliards de dollars.

En sens inverse, les importations chinoises de produits américains ne progressaient que de 8,9% à 41,6 milliards de dollars, a souligné M. Huang, précisant que l'impact d'un éventuel relèvement des droits de douane américains, dont Washington agite la menace, ne s'était pas "concrétisé" dans les statistiques.

Donald Trump, qui a fait du déséquilibre des échanges sino-américain un cheval de bataille, a exigé des responsables chinois qu'ils réduisent de "100 milliards de dollars" le déficit commercial des Etats-Unis envers le géant asiatique.

Washington accuse notamment le régime communiste de "concurrence déloyale", via des subventions étatiques abusives, des restrictions d'accès à son marché et de vol de propriété intellectuelle.

Signes de détente entre la Chine et les Etats-Unis

La montée des tensions, exacerbées par des taxes imposées par les Etats-Unis sur leurs importations d'acier et d'aluminium, ont mené la semaine dernière à une quasi-déclaration de guerre commerciale, avec la menace par Washington d'imposer des droits de douane sur 150 milliards de dollars d'importations chinoises.

Amenant Pékin à agiter le spectre de représailles proportionnées, visant notamment les cruciales ventes de soja américain.

Des signes de détente sont cependant apparus en début de semaine, le président chinois Xi Jinping prononçant mardi un discours au ton très conciliant promettant une "Chine toujours plus ouverte", discours salué par Donald Trump.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/04/2018 à 8:19 :
Beau travail de Trump, on ne peut que déplorer l'absence totale de diplomatie européenne qui aurait pu permettre de mettre plus de pression aux chinois et de faire avancer ce dossier plus vite.

Mais bon vu la bande de minables comptables impuissants que nous avons à la tête de nos états c'est peut-être pas plus mal.
a écrit le 15/04/2018 à 20:48 :
@ Angelina

Les règles de l'UE ont été acceptés par ses pays membres ou, en tout cas, les pays participants y voient plus d'avantages que d'inconvénients.

Je vous ferai remarqué que l'unification de l'Allemagne a coûté beaucoup plus chère que prévu, et ce qui en résulte c'est que l'Allemagne a solidifié sa puissance économique... et tout ça en moins de 20 ans... et en usant de son chéquier pour soutenir des États faibles, dépensiers et indisciplinés.

L' Allemagne comme l'Italie ont choisi de conserver et de solidifier leurs fleurons industriels, contrairement à la France. L'Espagne a choisi ces dernières années d'investir davantage dans l'automatisation robotisée que ne le fait la France... la France qui se traîne au 18è rang au niveau mondial.

Les Français ont choisi, quant à eux, de miser dans le service publique, de dépenser et de s'endetter, quitte à ne jamais pouvoir imaginer être capable de boucler (enfin) un budget équilibré dans les prochaines décennies.

Que chaque pays assume ses choix, et que les Français cessent de geindre comme des enfants gâtés et pleurnichards. Que les Français aient le courage de remettre en question l'État providence qui les maintient dans un état de servitude, de dépendance et d'immaturité.
a écrit le 15/04/2018 à 14:41 :
@ Pataquès,
Dans la Zone Euro il n'y a pas que les Allemands et les Français.
Dans une Union la loi du plus fort n'est pas de mise, les autres pays ont des des difficultés et handicaps naturels que l'Allemagne n'a pas.
L'Allemagne n'est pas UE, nous voulons une Allemagne européenne et non une UE allemande. Sinon ce n'est plus une union, ce serait uniquement une zone de libre échange qui forcement avantage le plus fort.
Ceux qui ne veulent pas une Union peuvent la quitter, comme a fait la Grande Bretagne.
Réponse de le 15/04/2018 à 21:53 :
Qu'est-ce que vous entendez par ''les autres pays ont des difficultés et des handicaps naturels''... ?!

Je comprends que certaines populations n'ont pas la volonté et le courage à faire des réformes, de vraiment se prendre en main, que certains ont des habitudes plus ''méditerranéennes'' où l'on aime plus l'apéritif que le travail, que certains préfèrent accuser ses voisins de pingrerie ou de concurrence déloyale, certains préfèrent même louvoyer dans la cours du voisin pour être sûr qu'il est plus pauvre que nous, ou moins riche...

Êtes- vous de ceux qui préfèrent la sieste au travail, que l'État vous tienne par la main... vous biberonne et vous ''aide'', vous préférez sans doute la médiocrité à l'excellence, les assistés sociaux à ceux qui triment dur pour vivre et des fois survivre... Et si d'aventure c'était le cas, vous devriez ouvrir une association... on vous donnerait de quoi vous rendre indispensable.
a écrit le 14/04/2018 à 8:03 :
Il nous faudra in fine passer des accords au niveau mondial pour réduire les excédents et les déficits qui en résultent, des accords qui rendraient les excédents sans intérêt.
Le dumping social préconisé par les pays excédentaires (Allemagne avant tout) pour les pays déficitaires ne mène à rien.
C'est une vise sans fin, un cercle vicieux, qui nous amènerait à renoncer à tous nos acquis sociaux, sans pour autant résoudre le problème des excédents et déficits, problème qui est du surtout a des facteurs naturels.
Ces facteurs naturels ou handicaps ne disparaîtront pas grâce au dumping social compétitif.
Il nous faudra in fine passer des accords au niveau mondial pour réduire les excédents et les déficits qui en résultent, des accords qui rendraient les excédents sans intérêt.
Le dumping social préconisé par les pays excédentaires (Allemagne avant tout) pour les pays déficitaires ne mène à rien.
C'est une vise sans fin, un cercle vicieux, qui nous amènerait à renoncer à tous nos acquis sociaux, sans pour autant résoudre le problème des excédents et déficits, problème qui est du surtout a des facteurs naturels.
Ces facteurs naturels ou handicaps ne disparaîtront pas grâce au dumping social compétitif.
Savez-vous que dans tous les pays déficitaires le SMI n'existe pas?
Sans organisations charitables les pauvres y mourraient de faim.
@johnmckagan
Ceci a été imposé à ces pays surtout par l'Allemagne en contrepartie d'une aide qui en fait n'en est pas. L'Argent prêté à la Grèce a surtout servi à rembourser les crédits accordés à des taux d’intérêts exorbitants par des banques allemandes et françaises à la Grèce.
Ce qui a permis à ces banques de toucher des intérêts juteux pendant des années avant que la crise n'éclate. Quant au « made in usa » je suppose que vous avez Windows sur vôtre ordinateur ?
Et Facebook c'est aussi made in USA, Boeing aussi...........et l'armement ?
a écrit le 13/04/2018 à 23:18 :
Il est bien évident que l'on ne peut pas accepter des excédents permanents et énormes comme ceux de l'Allemagne et de la Chine.
Surtout entre les pays de l'UE les excédents de l'Allemagne provoquent le chômage et l'exode des jeunes dans les pays déficitaires qui se désindustrialisent, surtout en Italie. Les jeunes, souvent hautement qualifiés, quittent le vieux continent pour aller renforcer les économies Outre-Atlantique et Australienne. Prés de 280.000 Italien ont quitté leur pays en 2017. Le dumping social compétitif préconisé par l'Allemagne pour les pays déficitaires n'est pas la solution, ces pays ne peuvent gagner cette compétition, étant défavorisés et handicapés par des facteurs naturels.
Il est donc nécessaire de modifier les traités de sorte à rriver à une convergence des économies de la Zone Euro, alors que actuellement ses économies divergences de plus en plus.
Réponse de le 14/04/2018 à 21:49 :
Le gigantesque excédent commercial de la Chine a été créé de toute pièce par les entreprises occidentales qui ont vu le très court terme et le profit facile aux actionnaires (et un peu aux consommateurs) et à s'en mettre plein les poches et, du même coup, tuer des millions d'asiatiques.

Le gigantesque excédent commercial des Allemands est dû à eux-mêmes, en réussissant le pari de la réunification avec l'Est et l’utilisation massive des travailleurs de l'ex-URSS, ils ont tiré leur épingle du jeu... peut-on les détester parce qu'ils sont disciplinés et efficaces sur le plan industriel ?!

Si les Français tirent de la patte sur la scène européenne et mondiale, ils n'ont qu'à s'en prendre à eux-mêmes... les Allemands, les Britanniques, les Chinois et les Américains n'y sont pour rien dans le déclin de la France.., seuls ses dirigeants et ses citoyens le sont responsables depuis 45 ans !
a écrit le 13/04/2018 à 21:44 :
Quand un pays comme la Chine est capable de prévoir son excédent commercial, son chômage, sa productivité, son taux de croissance, le taux de sa population active ou son taux de mortalité, et je ne sais quoi encore, des années d'avance, pour pas dire des décennies d'avance, je resterais très très prudent sur ce qui sort de cette socio-économie hyper hermétique et de boîte-noire où inventer des chiffres est une activité culturelle... et presqu'un loisir pour ses dirigeants.
Réponse de le 14/04/2018 à 11:37 :
Les chiffres économiques chinois officiels ont toujours été à prendre avec des baguettes.
a écrit le 13/04/2018 à 19:28 :
Encore une fois, taxer 50 milliards de produit chinois ne réduira pas le déficit commercial de 50 milliards, il faut déjà que les américains produisent des produits alternatifs aux produits chinois.
Quel intérêt de protéger l'industrie américaine alors qu'elle n'existe plus?
Vous avez déjà vu du made in usa chez vous? Du made in germany, made in italy, made in japan , made in china, il y en a, mais alors le made in usa maintenant c'est collector.
a écrit le 13/04/2018 à 12:34 :
Ce n'est pas étonnant, les prix sont doublés à l'export... Les revendeurs européens ont réduit leurs marges alors que les chinois ont considérablement augmenté les leurs, depuis 3 ans. La différence de prix est marginale sur le quantitatif...

C'est juste le début de la fin pour le commerce planétaire des cochonneries électroniques...
a écrit le 13/04/2018 à 10:59 :
La Chine doit sa prospérité économique à son dumping social certes mais surtout grâce aux américains et européens qui leur ont laissé se comporter comme une dictature tout en laissant les actionnaires milliardaires licencier des centaine de milliers de salariés pour les remplacer par des chinois à 50 euros par mois (à l’époque).

Alors que notre vieille et lamentable UE que plus personne n'écoute sur la scène internationale soit incapable de tenter de rééquilibrer un peu la balance commerciale n'est pas étonnant, ce qui l'était c'était un manque de réaction des états unis sachant qu'à ce rythme, à savoir les actionnaires milliardaires du monde qui, bouffés par leur avidité se ruent vers les salariés les plus exploités, la chine aurait pu dépasser les états unis en effet. Grâce à la colossale bêtise des propriétaires de capitaux et d'outils de production.

Il était temps qu'un berger vienne guider les chèvres hein, merci Trump.
Réponse de le 13/04/2018 à 14:37 :
Vous croyez que Trump est un dieu ou magicien qui pourrait changer du monde.
Réponse de le 13/04/2018 à 15:20 :
S'il vous plaît, n'insultez pas les bergers.
Réponse de le 13/04/2018 à 15:32 :
"Vous croyez que Trump est un dieu ou magicien qui pourrait changer du monde. "

Pas besoin de dieu pour garder des chèvres.

"S'il vous plaît, n'insultez pas les bergers. "

Je n'insulte certainement pas les bergers en les comparant à Trump.

Que les réponses que l'on m'impose manquent de consistance hein... -_-
Réponse de le 13/04/2018 à 19:00 :
L'UE n'a pas besoin d'une guerre commerciale avec le reste du monde, elle est en excédent commercial contrairement aux usa, ce pays que vous admirez tant .
Réponse de le 16/04/2018 à 13:50 :
"L'UE n'a pas besoin d'une guerre commerciale avec le reste du monde,"

Comme d'habitude vous faites semblant de lire ou de ne pas comprendre puisque je ne vous parle pas de guerre commerciale mais de rééquilibrage de la balance commerciale en retirant le dumping abjecte social des chinois engendré par les milliardaires du monde qui a paupérisé les citoyens du monde.

Merci de régulièrement me montrer que de vous lire n'a aucun intérêt.
Réponse de le 16/04/2018 à 18:26 :
Jen 'ai jamais dis que c'était une guerre commerciale, si vous lisiez les commentaires avant de les troller cela marquerait un minimum de respect hein.

signalé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :