De l'URSS à la Russie : de la naissance à la chute (1/2)

 |   |  124  mots
A Moscou, les Russes marchent dans la rue pour le jour du travail.
A Moscou, les Russes marchent dans la rue pour le jour du travail. (Crédits : Reuters)
En deux volets, une synthèse vertigineuse de cent ans d'histoire russe. Première partie : de l'ascension de Staline au démantèlement d'un géant bien malade, en 1991, en passant par le "dégel" khrouchtchevien, la stagnation brejnevienne puis la perestroïka.

Fondée en 1922, l'Union des républiques socialistes soviétiques est rapidement devenue une superpuissance rivale de l'Occident. De l'ascension de Staline au démantèlement d'un géant bien malade, en 1991, en passant par le "dégel" khrouchtchevien, la stagnation brejnevienne puis la perestroïka, cette première partie déroule sept décennies d'une histoire tourmentée et violente, qui ne s'est jamais totalement distinguée de l'immense espoir qui avait présidé à la naissance de l'URSS.

Retentissement planétaire

À l'aide d'abondantes archives, mais aussi de très nombreux témoignages (simples citoyens, analystes et acteurs directs de l'histoire), ce documentaire offre un survol aussi vertigineux qu'utile d'une histoire qui continue aujourd'hui de peser sur la destinée du monde.

(avec ARTE)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/03/2017 à 13:26 :
P.S.: Entre votre vidéo qui se déclenche automatiquement et la publicité vidéo qui elle aussi, hélas, se déclenche automatiquement on n'a envie que d'une chose quand on ouvre cet article, le refermer le plus rapidement possible et partir en courant, pour être sûr.
a écrit le 02/03/2017 à 11:27 :
La seule image que je retiens de la chute de l'URSS et de Eltsine c'est celle de Clinton qui explose de rire à une conférence de presse avec les deux, se permettant même de lui taper dans le dos et qui n'arrive plus à s'arrêter et Eltsine content de lui du coup même s'il ne l'a pas fait exprès.

Elles sont tellement rares ces images non manipulées, non scénarisées, non factices, surtout à ce niveau là, ça fait tellement de bien de retrouver les humains que nous sommes avec leurs qualités et leurs (nombreux pour les décideurs) défauts.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :