Destitution de Trump : les républicains ne s'opposeront pas à un procès

 |   |  608  mots
Le chef de file de la majorité républicaine au Sénat américain, Mitch McConnell, lors d'une conférence de presse au Capitole, à Washington, le 24 septembre 2019.
Le chef de file de la majorité républicaine au Sénat américain, Mitch McConnell, lors d'une conférence de presse au Capitole, à Washington, le 24 septembre 2019. (Crédits : Reuters)
L'annonce du chef de file de la majorité républicaine au Sénat américain cherche à faire taire les spéculations sur une volonté des républicains d'entraver le processus de destitution initié par les démocrates s'il venait à se concrétiser. Mitch McConnell affirme que les règlements du Sénat sont très clairs à ce sujet.

Le chef de file de la majorité républicaine au Sénat américain, Mitch McConnell, a déclaré lundi qu'il n'aurait pas d'autre choix que d'autoriser la tenue d'un procès si la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, venait à voter la mise en accusation du président Donald Trump.

Cette déclaration tend à repousser les spéculations selon lesquelles Mitch McConnell compte user de sa position pour faire dérailler la procédure de destitution ("impeachment") engagée en septembre par les démocrates, en tentant d'empêcher le cas échéant la tenue d'un procès au Sénat.

"Nous devrons nous saisir de l'affaire si la Chambre des représentants choisit cette voie (mettre en accusation Donald Trump), les règlements du Sénat sont très clairs", a-t-il dit à la chaîne de télévision CNBC. "Je n'aurai pas d'autre choix".

Rudy Giuliani assigné par trois commissions

McConnell a fait cette annonce alors que trois commissions de la Chambre des représentants ont assigné lundi l'avocat personnel de Donald Trump, Rudy Giuliani, afin que celui-ci transmette des documents liés aux pressions exercées sur le président ukrainien Volodomir Zelenski pour qu'il ouvre une enquête contre Joe Biden.

Rudy Giuliani, ancien maire de New York, a déclaré dans un entretien télévisé avoir demandé au gouvernement ukrainien de "cibler" Joe Biden, plus sérieux rival démocrate de Trump pour l'élection présidentielle américaine de novembre 2020.

La Chambre des représentants a entamé une procédure de destitution à l'encontre de Trump, qu'elle soupçonne d'avoir abusé de ses pouvoirs pour nuire à Biden, après qu'un membre des services du renseignement américain a lancé l'alerte sur un entretien entre le président américain et son homologue ukrainien le 25 juillet dernier.

D'après le Wall Street Journal, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a lui aussi pris part à l'entretien téléphonique entre Trump et Zelenski, une information à même d'attirer l'attention des démocrates qui ont réclamé à Pompeo des documents concernant des contacts avec le gouvernement ukrainien.

Trump aurait sollicité le Premier ministre australien contre Mueller

Le New York Times a pour sa part rapporté que Donald Trump a cherché à obtenir auprès du Premier ministre australien Scott Morrison de l'aide dans l'enquête ouverte par le département de la Justice pour déterminer l'origine de l'"enquête russe" bouclée cette année par le procureur spécial Robert Mueller.

"Les démocrates ne veulent clairement plus que la vérité éclate car cela pourrait leur nuire politiquement, mais cet appel téléphonique est en lien avec une enquête annoncée publiquement il y a plusieurs mois pour découvrir ce qu'il s'est passé exactement", a déclaré le porte-parole de la Maison blanche, Hogan Gidley, en réaction à l'article du New York Times.

Trump demande que le démocrate Adam Schiff soit arrêté pour "trahison"

Un sondage Reuters/Ipsos réalisé en ligne du 26 au 30 septembre montre que 45% des Américains estiment que Donald Trump "doit être destitué", contre 37% dans une enquête d'opinion effectuée la semaine dernière. Et 45% des personnes sondées ont déclaré que le président ne devait pas être destitué; 15% ne se sont pas prononcés.

Donald Trump a passé une grande partie de la journée de lundi à diriger sa colère contre le président démocrate de la commission du Renseignement de la Chambre des représentants, Adam Schiff, demandant sur Twitter que celui-ci soit arrêté pour "trahison".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/10/2019 à 12:58 :
Toujours pareil quand les médias rapportent les résultats de sondages, cela ne veut plus rien dire du tout...
a écrit le 03/10/2019 à 0:33 :
Une patate chaude nommée Donald TRUMP.... les Républicains sont soulagés de voir neutraliser leur Président aussi encombrant qu'un éléphant dans un magasin de porcelaine...ils peuvent remercier les démocrates de leur retirer cette épine du pied...!!!
a écrit le 02/10/2019 à 22:15 :
Un sondage Reuters/Ipsos réalisé en ligne du 26 au 30 septembre montre que 45% des Américains estiment que Donald Trump "doit être destitué", contre 37% dans une enquête d'opinion effectuée la semaine dernière. Et 45% des personnes sondées ont déclaré que le président ne devait pas être destitué; 15% ne se sont pas prononcés.
45+45+15=105% d'américains interrogés dans un sondage ca fait beaucoup
a écrit le 02/10/2019 à 15:38 :
45 % + 45 % + 15 % = 105 % :)
Réponse de le 06/10/2019 à 10:16 :
C'est plutôt 45+37-45+15= 142%, dont 45+15% pour et 45+37 contre la destitution du président US, c'est du n'importe quoi. fermez ces boites à mensonges (sondages des drogués)
a écrit le 02/10/2019 à 13:35 :
Trump ne sera pas destitué, il sera vire parce que l'économie américaine est en train de plonger, plombant les résultats pour les entreprises et les banques, tout en fragilisant les citoyens américains.
a écrit le 02/10/2019 à 13:24 :
je préférerais nettement que Trump soit viré à la régulière lors de la prochaine présidentielle. Qui n'est plus que dans un peu plus d'un an.
a écrit le 02/10/2019 à 13:19 :
Cela me fait penser au commentaire, hier, de Gordbatchev interviewé sur la fin de l'URSS et du parti communiste, qui soutenait qu'il ne devrait pas y avoir sur Terre de politiques contre LA PAIX, ni ayant des intérêts électoralistes personnels !!! Il stipulait qque le réarmement mondial et l'armement nucléaire restants étaient un véritable danger pour la démocratie et l'équilibre de ce monde !
J'y ajouterait d'abord la SURPOPULATION GALOPANTE et la déforestation sans agroforesterie humide retenue (https://greenjillaroo.wordpress.com) !§!
a écrit le 02/10/2019 à 12:41 :
Bonjour
Les pourcentages me semblent erronés 45%+45%+15% ça fait 105%

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :