Deux résultats discordants sur l'efficacité du remdesivir contre le COVID-19

 |  | 690 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : PASCAL ROSSIGNOL)
Le laboratoire américain Gilead a annoncé mercredi que son médicament remdesivir, l'une des pistes pour soigner les malades du Covid-19, avait montré des résultats "positifs" dans un essai clinique contre placebo très attendu et mené en partenariat avec les Instituts de santé américains (NIH).

Le même jour, la revue médicale The Lancet a publié des résultats décevants d'une plus petite étude chinoise, menée également en comparaison avec un placebo, et qui a montré que les malades traités avec le remdesivir, un antiviral développé contre Ebola mais jamais approuvé pour aucune maladie, n'avaient pas fait mieux que ceux traités par placebo. Il n'est pas inhabituel que des essais divergent, mais l'étude des NIH compte parmi les plus grandes et les plus attendues, avec l'essai européen Discovery dont on attend encore les résultats.

Pour l'instant, pour les résultats positifs, il faut s'en remettre à un communiqué de Gilead. Les Instituts de santé américains ont indiqué à l'AFP qu'une "annonce" serait faite dans la journée de mercredi, peut-être lors d'un briefing sur le nouveau coronavirus à la Maison Blanche.

"Gilead Sciences a connaissance de données positives émanant de l'étude conduite par l'Institut national des allergies et maladies infectieuses sur son médicament antiviral remdesivir pour le traitement du Covid-19", a indiqué la société.

"Positif" signifie que les malades traités se sont rétablis plus vite, selon les objectifs déclarés de l'étude, mais on ignore encore les chiffres.

Le directeur de l'Institut des maladies infectieuses, Anthony Fauci, s'est montré prudemment optimiste mercredi. Ce n'est pas une victoire par K.-O., a-t-il dit dans le Bureau ovale à côté du président Donald Trump, mais c'est une "importante preuve de concept".

La mortalité du groupe témoin serait de 11%, contre 8% dans le groupe remdesivir, selon Anthony Fauci.

"C'est très positif", a résumé Donald Trump.

Cet essai clinique américain avait commencé le 21 février et devait inclure 800 malades du Covid-19 aux Etats-Unis et dans d'autres pays.

Ni les patients, ni les médecins ne savaient si la solution injectée par intraveineuse était le remdesivir ou le placebo, qui ressemblait au médicament mais ne contenait que des ingrédients inactifs.

Echec en Chine

De multiples essais cliniques sont en cours en Europe, en Asie et aux Etats-Unis pour trouver un traitement efficace contre le Covid-19. Le remdesivir est l'une des thérapies testées, aux côtés d'autres antiviraux ou encore de l'hydroxychloroquine.

Le remdesivir s'insère dans le matériel génétique du coronavirus et le court-circuite pour l'empêcher de se répliquer.

Nombre d'hôpitaux soignent depuis le début de la pandémie leurs patients avec ces médicaments, mais il est difficile pour les médecins d'en déterminer l'efficacité réelle en l'absence d'essais rigoureux, suivant un même protocole, idéalement contre un placebo. C'est pour cette raison que les résultats de l'essai dirigé par les NIH sont particulièrement attendus.

Pour l'instant, seule l'étude chinoise, menée du 6 février au 12 mars dans dix hôpitaux de Wuhan, a été dûment évaluée et publiée. Ses résultats avaient fuité le 23 avril brièvement sur le site de l'Organisation mondiale de la Santé.

237 malades avaient participé, dont deux tiers traités par le remdesivir. Les médecins voulaient plus de 450 participants, mais la pandémie s'est arrêtée à Wuhan avant d'avoir pu atteindre ce nombre.

"Le traitement par remdesivir n'accélère pas la guérison ni ne réduit la mortalité liée au Covid-19 par rapport à un placebo", selon un résumé de l'étude, publiée par The Lancet.

"Malheureusement, notre essai a montré que bien que sûr et bien toléré, le remdesivir n'a pas montré de bénéfice significatif par rapport au placebo", a commenté l'auteur principal de l'étude, le professeur Bin Cao, cité dans un communiqué du Lancet.

Pour trouver une thérapie efficace, il faut aussi s'intéresser au dosage.

Gilead a à ce sujet rendu publics mercredi des résultats d'un essai clinique appelé SIMPLE, qui visait à comparer deux différentes doses de remdesivir.

Selon ces résultats-là, un traitement de cinq jours permettait d'améliorer l'état clinique des malades de la même manière qu'un traitement de dix jours.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/05/2020 à 15:01 :
Peut être que ça fonctionne sur certains patients et pas sur d’autre ?
au début de l’épidémie , il y a bien un patient à Toulouse qui a complètement guéri avec ce médicament antiviral, mais ça ne doit pas fonctionner sur tous les patients , qui sont peut être a un stade plus avancé de la maladie ?
a écrit le 30/04/2020 à 21:42 :
Pas mieux que la Chloroquine dans les mêmes conditions. Moins bien même....
a écrit le 30/04/2020 à 20:43 :
Allons, c'est un excellent produit. Il est dispo, pas de R&D à faire, breveté, et le labo peut le vendre le prix qu'il veut.
Toutes les conditions de l'efficacité sont là. Pas comme la Chlorquinine dont l'inefficacitée est démontrée par le fait qu'elle est dans le domaine public.
Restons sérieux.
a écrit le 30/04/2020 à 17:36 :
Bof bof
Ce n est pas la solution miracle
Passer de 11% de morts à 8%

Avec une marge d erreur de combien ????
a écrit le 30/04/2020 à 12:13 :
Il est navrant de lire des articles qui ne sont pas vraiment travaillés et déclenchent des polémiques stériles :
- l'étude américaine montre que les patients traités assez tôt récupèrent plus vite
- l'étude chinoise montrent que pour les patients gravement atteint le traitement ne réduit pas la mortalité
Les 2 études sont en fait complémentaires, le critère pour juger de l'efficacité n'étant pas le même.
Conséquence, le bon peuple se fait un film sur le businessman américain intéressé par le fric et le sournois chinois. Pitoyable
a écrit le 30/04/2020 à 12:00 :
Mefions-nous des Tests chinois, pardonnons-les car ils ne savent pas toujours ce qu'ils font.
a écrit le 30/04/2020 à 9:35 :
Les laboratoires pharmaceutiques tentent de placer leurs brevets, ils vont pas gaspiller du pognon dans la recherche hein non mais quoi plus !

Pitoyable économie car placée entre les mains d'êtres pitoyables.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :