L'économiste français, Pierre-Olivier Gourinchas, prend les rênes de la recherche au FMI

Pierre-Olivier Gourinchas va devenir chef économiste et directeur des études de l'institution internationale, le 24 janvier prochain, en remplacement de Gita Gopinath qui va devenir numéro 2.

2 mn

Pierre-Olivier Gourinchas a été membre du Conseil d'analyse économique en France de 2012 à 2013
Pierre-Olivier Gourinchas a été membre du Conseil d'analyse économique en France de 2012 à 2013 (Crédits : DR)

La liste des économistes français qui brillent à l'étranger s'allonge toujours un peu plus. Après la nomination de Laurence Boone aux manettes de la recherche à l'OCDE en 2018, le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé en début de semaine avoir nommé le Français Pierre-Olivier Gourinchas au rang de chef économiste et directeur des études, en remplacement de Gita Gopinath qui va devenir numéro 2 de l'institution.

A l'université de Californie-Berkeley depuis 2003, Pierre-Olivier Gourinchas est aussi en charge des programmes sur la finance et la macroéconomie internationale au Bureau national de recherche économique (NBER) aux Etats-Unis.

"Riche d'un parcours exceptionnel, notamment dans le monde universitaire, il a montré par ses travaux la voie à suivre dans des domaines macroéconomiques au cœur de notre mission : les déséquilibres mondiaux, les flux de capitaux, la stabilité du système monétaire et financier international ou, plus récemment, l'adaptation des politiques économiques à la pandémie", a déclaré la directrice générale du Fonds Kristalina Georgieva.

"Pierre-Olivier est reconnu pour son agilité à détecter les tendances émergentes et pour son expertise dans l'analyse des problèmes économiques les plus pressants", a-t-elle ajouté.

Un spécialiste des déséquilibres mondiaux

Il est familier des travaux de recherche du FMI puisqu'il a été rédacteur en chef du magazine de la Revue économique de l'institution (IMF Economic Review) de 2009 à 2016. Pierre-Olivier Gourinchas débutera ses nouvelles fonctions le 24 janvier, d'abord à mi-temps afin de respecter certains engagements liés à son enseignement, puis à plein-temps à partir du 1er avril.

Originaire de Montpellier, l'économiste est diplômé de l'Ecole Polytechnique, de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et de l'Ecole Nationale des Ponts et Chaussées en France ainsi que de l'université MIT aux Etats-Unis. Il a aussi travaillé dans les prestigieuses universités de Stanford et Princeton avant de rejoindre Berkeley.

Prix du jeune meilleur économiste en 2008

Le Français s'est vu décerner en 2007 le prix Bernacer en Allemagne du meilleur économiste européen de moins de 40 ans travaillant sur la macroéconomie et la finance puis en 2008 le prix du meilleur économiste de moins de 40 ans en France remis par Le Monde et le Cercle des économistes.

Il a aussi été membre en 2012 et 2013 du Conseil d'analyse économique en France, un organisme rattaché aux services du Premier ministre qui réalise des analyses économiques pour le gouvernement. Il a co-signé plusieurs articles relatifs à l'euro et au système monétaire international.

Ce n'est pas la première fois qu'un Français est nommé à ce poste au FMI, également occupé par Olivier Blanchard de 2008 à 2015 qui d'ailleurs avait conseillé Pierre-Olivier Gourinchas pendant sa thèse.

(Avec AFP)

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 14/01/2022 à 10:27
Signaler
"rênes de la recherche au FMI", recherche ? ça fait science. Le problème que pour cette pseudo science, le labo c'est nous !

à écrit le 14/01/2022 à 9:04
Signaler
Ça manque de capacité d'initiatives quand même, un bon élève, un bon soldat, rien de neuf. Quand le FMI embauchera un Lordon là on pourra se dire que la vie y est revenue, du moins venue.

à écrit le 13/01/2022 à 21:37
Signaler
Pourtant j'ai toujours entendu dire que les français étaient nuls en économie. Comprends pas.

à écrit le 13/01/2022 à 20:38
Signaler
Bof, les économistes, surtout les plus imminents sont justes de très bons élèves, mais dans une très mauvais discipline, même Kuznets doutait de sa créature, ses descendants n'ont malheureusement aucun doute.. Par pure provok je dirais qu'un bon écon...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.