« La Chine est disposée à travailler avec la Russie à un soutien ferme et mutuel »

Réunis à Samarcande en Ouzbékistan pour un sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai qui rassemble Inde, Chine, Russie et anciennes républiques soviétiques d'Asie centrale, les présidents chinois et russe, Xi Jinping et Vladimir Poutine, ont assumé leur volonté de collaborer pour défendre leurs « intérêts fondamentaux » et avoir « un rôle de premier plan et injecter de la stabilité et de l'énergie positive dans un monde parcouru par le chaos ». Ce front anti-occidental permet pour l'instant à la Russie d'amortir en partie la violence des sanctions américaines et européennes et de préserver des débouchés pour ses matières premières. Pékin y voit un moyen de mettre en scène la fin de la domination géopolitique occidentale.
Xi Jinping et Vladimir Poutine à Samarcande le 15 septembre 2022.
Xi Jinping et Vladimir Poutine à Samarcande le 15 septembre 2022. (Crédits : Reuters)

Les puissances orientales, à commencer par la Chine et la Russie, affichent leur entente à Samarcande ce jeudi. Dans la capitale culturelle de l'Ouzbékistan, joyau architectural sur la route de la soie à la croisée des zones d'influence sino-russes, le président chinois Xi Jinping a rencontré le dirigeant russe Vladimir Poutine. Pour son premier voyage hors de Chine depuis la pandémie, Xi a clairement affiché sa volonté de collaborer avec Moscou pour promouvoir les « intérêts fondamentaux » des deux nations d'après un média d'Etat chinois.

« Jouer un rôle de premier plan » dans le monde

« La Chine est disposée à travailler avec la Russie à un soutien ferme et mutuel sur les questions liées aux intérêts fondamentaux de chacun, et approfondir la coopération pratique en matière de commerce, d'agriculture, de connectivité et d'autres domaines », a déclaré Xi Jinping à Vladimir Poutine, selon la télévision publique chinoise CCTV. En tant que « grandes puissances », Pékin et Moscou disent vouloir assumer « un rôle de premier plan et injecter de la stabilité et de l'énergie positive dans un monde parcouru par le chaos », a-t-il ajouté.

Les deux autocrates ont échangé à l'occasion du sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) en Ouzbékistan, ancienne république soviétique. L'OCS rassemble, en dehors de la Chine et de la Russie, l'Inde, le Pakistan et les ex-républiques soviétiques d'Asie centrale.

Entente anti-américaine

Après avoir connu des relations chaotiques durant la Guerre froide, les deux puissances cherchent à se rapprocher en dépit d'intérêts parfois divergents. Il s'agit pour les deux voisins, longtemps éloignés par des différends territoriaux et une approche idéologique différente du communisme, de marginaliser les Etats-Unis et les puissances occidentales. A commencer par les dossiers économiques et énergétiques.

Depuis l'invasion russe en Ukraine le 24 février, que Pékin n'a pas formellement condamné, les Occidentaux frappent l'économie russe de sanctions économiques massives que nombre d'autres pays ne suivent pas. Ce qui limite le poids de ces sanctions sur la Russie. De grands pays comme la Chine ou l'Inde continuent de s'approvisionner en hydrocarbures et en matières premières russes, ce qui empêche l'UE et les Etats-Unis d'en juguler les cours. Et précipite une violente crise énergétique...en Europe.

Avec Pékin, Moscou veut trouver une alternative à l'Europe

Avec la Chine, la Russie préserve des débouchés économiques de grande ampleur, qui compensent partiellement la perte des importations européennes. Pékin peut aussi fournir des exportations technologiques ou industrielles dont a besoin Moscou, notamment pour son armement alors que la guerre en Ukraine semble partie pour être violente et durable. Le chef de la diplomatie chinoise, Wang Yi, n'a pas eu de mots assez forts pour vanter l'amitié entre les deux pays, qualifiée de « solide comme un roc », ou afficher « l'impatience de la Chine de travailler avec la Russie pour porter les relations sino-russes à un degré supérieur dans une nouvelle ère », ou encore pour prédire des perspectives de coopération future « immenses » et rappeler leur « opposition à l'hégémonie sans limite ».

Lire aussi« Poutine a jeté l'Europe dans les bras américains de l'OTAN et les Américains ont jeté Poutine dans ceux des Chinois » (Pascal Lamy)

Amitié soigneusement mise en scène

A l'image de ce sommet, le pouvoir russe et chinois s'emploie à mettre en scène leurs rencontres et leurs collaborations, conscients du pouvoir viral de certaines images à l'heure des réseaux sociaux. Ces derniers mois, la diplomatie chinoise et la diplomatie russe n'avait de mots assez élogieux pour décrire l'état de leur relation qualifiée de « solide comme un roc » par le chef des Affaires étrangères chinoise qui faisait aussi part de « l'impatience de la Chine de travailler avec la Russie pour porter les relations sino-russes à un degré supérieur dans une nouvelle ère » et de leur « opposition à l'hégémonie sans limite » ( des Occidentaux, Etats-Unis en tête).

Lire aussiLa mondialisation fragmentée : ce scénario qui pourrait bouleverser le monde

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.