Le prélèvement à la source aggrave le déficit budgétaire de la France

 |   |  391  mots
(Crédits : Reuters)
En 2018, la chute des recettes fiscales (diminution de la taxe d'habitation, baisses des cotisations salariales...) résulte également de la mise en œuvre du prélèvement à la source qui modifie le rythme des décaissements et encaissements d'impôt sur le revenu en cours d'année, explique le ministère de l'Action et des Comptes publics. Mais les services de Gérald Darmanin anticipent une situation bien pire en 2019...

Le déficit du budget de l'Etat français s'est établi à 17,3 milliards d'euros à fin janvier, en hausse de 6,5 milliards par rapport à la même période il y a un an, selon les données publiées vendredi par le ministère de l'Action et des Comptes publics.

Au 31 janvier, les dépenses (budget général et prélèvements sur recettes) atteignent 31,6 milliards d'euros contre 33,6 milliards un an plus tôt, soit une baisse de 5,9% à périmètre constant comme courant par rapport à la fin janvier 2018, en raison d'effets calendaires sur les dépenses du budget général.

Baisse des recettes et prélèvement à la source ont pesé sur les comptes

A la même date, les recettes (nettes des remboursements et dégrèvements) s'élèvent à 19,3 milliards d'euros, contre 25,7 milliards à fin janvier 2018, soit une baisse de 24,6%, quel que soit le périmètre considéré.

Les seules recettes fiscales nettes s'inscrivent en baisse de 6,4 milliards, à 18,8 milliards, ce qui représente une chute de 25,2% à périmètre courant comme constant.

Cette baisse résulte de la mise en œuvre du prélèvement à la source qui modifie le rythme des décaissements et encaissements d'impôt sur le revenu en cours d'année, explique le ministère dans son communiqué.

"En particulier, un acompte de 60% des réductions et des crédits d'impôts a été versé aux contribuables par anticipation en janvier 2019 pour un montant total de 5,4 milliards d'euros", précise le communiqué.

Le solde des comptes spéciaux est déficitaire de 5,0 milliards d'euros à fin janvier contre un déficit de 2,8 milliards d'euros un an plus tôt.

L'aggravation du déficit budgétaire sera bien pire en 2019

En 2018, le déficit du budget de l'État français s'est établi à 76,1 milliards d'euros, se dégradant de 8,4 milliards par rapport à 2017 sous l'effet du coût des baisses de prélèvements obligatoires mises en œuvre l'an dernier, notamment la diminution de la taxe d'habitation et des cotisations salariales.

Pour 2019, la loi de Finances anticipe une nouvelle hausse du déficit à 107,7 milliards d'euros, principalement sous l'effet du coût de la transformation du crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) en baisse de charges pérenne pour les entreprises et des mesures prises par le gouvernement en réponse au mouvement des "Gilets jaunes".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/03/2019 à 19:30 :
Le déficit budgétaire de la France s'aggrave! et alors?
Avec Juncker, le larbin à Merkel, on ne risque pas de se faire engueler, on n'est pas l'Italie quand même?! Nous on fait ce que nous voulons.
a écrit le 05/03/2019 à 11:38 :
Tant que les taux sont bas, les souris dansent mais quand la diète viendra........!
a écrit le 03/03/2019 à 19:17 :
Cela fait plusieurs quinquennat que l'argent par volo , il va falloir quelqu'un de sérieux un jour pour resserer les mailles du filet et s'apercevoir enfin de ce qui ce passe. Savoir où l'argent part ! vaste programme .
Réponse de le 04/03/2019 à 22:41 :
Sachant que Sarkozy a crée autant de déficit budgétaire en cinq ans que dans les vingt deux années précédentes, quelles sanctions attendent les responsables du désastre actuel?
Oui vous avez raison: La tête à Toto: 0+0. Bienvenue en france le pays où il fait bon vivre pour l'oligarchie incompétente.

Sinon je regarde Terminator 3 et ca comparé à une prévision de déficit francais pondue par Bercy c'est un film intellectuel.
a écrit le 03/03/2019 à 19:11 :
Attendons les résultats déclarés de l'année blanche 2018 qui impactera les PALS de 2020.
a écrit le 03/03/2019 à 10:11 :
Comme l'âne derrière sa carotte, les vicelards de Bercy ont vendu le scénario qui plaisait aux politiques, en oubliant de mentionner tous les côtés négatifs du prélèvement à la source, forcément, entre clercs on se flatte.
a écrit le 03/03/2019 à 2:51 :
Il va arriver un jour ou les investisseurs bouderont la France.
Prendre alors les mesures d'austerite que l'on repousse depuis des lustres.
Que se passera t- il ? La, est la question?
a écrit le 02/03/2019 à 19:20 :
curieux perso j'aurai du payer une mensualisation de 900 euros par mois, j'ai été prélévé des le 01/01/2019 et sur ma retraite le 9/01/ avec madame le 29/01 de 1600 euros plus 345 de prelevement revenus fonciers;...ok j'ai recu 1350 euros au 15/01/19 donc en janvier j'ai cotisé pour 59o euros Youpie.... en février je vais cotiser pour 1945 donc je paye plus que la mensualisation et cela tous les mois..... l'état dans notre cas gagne....
Réponse de le 05/03/2019 à 16:48 :
Bonjour,
Allez-vous payer de l'impôt sur vos retraites et revenus fonciers perçus en 2018?
a écrit le 02/03/2019 à 16:53 :
SEUL PAYS DE LA ZONE EURO à avoir de si mauvais résultats, la France, gilets jaunes ou pas, va droit dans le mur de la faillite à plus de 100% du PIB en 2019; pas grave a avec des taux d'intérêts bas, tout le monde s'en fiche; on continuera de passer la "patate chaude" au futures générations, qui, n'en doutons pas, sera bien plus riche que les Retraités que MACRON aimerait tant voir diminuer; qu'il se rassure on déjà rendu à plus de 6.000 morts par la grippe.
Réponse de le 02/03/2019 à 18:53 :
Les autres ont aussi de très mauvais résultats à l' exception de l' Allemagne qui se paie sur la bête, cad sur le reste. Quant aux pays qui se portent le mieux, ils sont sans exception HZE.
Psit le montant de la dette italienne est de 139 % du PIB et l' Espagne arrive tout de suite derrière!
a écrit le 02/03/2019 à 15:59 :
Le PAS a été accompagné de divers cadeaux pour faire passer cette inutile pilule administrative. On avait un taux de recouvrement de 98 % de l'IR, Bercy imaginait parvenir à 99. Je fais le pari qu'on sera en 2020 à 95 % de recouvrement. Le mieux est l'ennemi du bien.
Réponse de le 03/03/2019 à 23:30 :
Il tombera au taux de recouvrement de la TVA...🤔
a écrit le 02/03/2019 à 12:13 :
le prélèvement à la source modifie le rythme sur l'année. Les hausses du déficit budgétaire sont tous les autres motifs, qui ne sont justement pas dans le titre :
- la transformation du CICE en baisse de charge : pour 30 milliards, mais c'est temporaire (le CICE payé par l'état est celui de l'année précédente, alors que la baisse de charge est "en temps réel")
- les mesures gilets jaunes pour 10 milliards, mais cela correspond à de l'argent que l'état voulait récupérer pour compenser d'autres baisses de charges ou d'impôts, et auquel il a dû renoncer.

au final, le Titre indique que la hausse du déficit budgétaire est dû au prélèvement à la source en prenant des chiffres mensuels, alors que parmi les éléments cité, c'est celui qui n'a rien à voir avec la vrai hausse du déficit budgétaire : celui sur une année.
a écrit le 02/03/2019 à 11:06 :
J'en reviens a une mesure simple que je préconise depuis de nombreuses années:une remise de la part du fisc pour ceux qui payent leurs impots en avance.Si vous payez aujourd'hui vos impots de 2020,l'état vous remise 7%.Si vous payez aujourd'hui vos impots de 2021,l'état vous remise 12%,et....Avec régularisation chaque année pour le moins ou trop perçu.Ainsi l'état peut se désendetter et investir.
Réponse de le 03/03/2019 à 9:33 :
j'ai une autre solution : arreter de gaver tous les ponctionnaires, cela remettra nos finances en bon état très vite !!!! qui plus est, il faut baisser les impôts de 50 % et tous les gens qui veulent entreprennent recréeront des entreprises et relanceront l'emploi !!!!
a écrit le 02/03/2019 à 8:12 :
Il manque la recette des radars ????? Ils n’ont qu’à baisser leur train de vie et leurs avantages et supprimer les agglos ou métropoles ou communautés des communes ainsi que les régions et toutes les institutions ou commissions qui ne servent à rien voilà comment ont fait des économies
a écrit le 02/03/2019 à 8:11 :
La plupart des pays européens ne sont pas en déficit budgétaire( Finlande,Allemagne,Pologne Republique Tchèque,Irlande ,Pays -Bas etc)et ont le prélèvement à la source depuis des années et les contribuables y paient moins d'impôts qu'en France.
Pourquoi La France n'est -elle pas gérée comme ces pays?Ah oui,ils ont aussi moins de dépenses publiques.
Réponse de le 02/03/2019 à 9:32 :
Autre point commun de ces pays, ils ont un chômage faible voire inexistant (République tchèque). Au final, le paradoxe est que moins de redistribution donne plus de justice sociale.
Réponse de le 02/03/2019 à 10:05 :
Allez expliquer ça à la masse des allemands pauvres (et humiliés ) ....
Réponse de le 02/03/2019 à 12:42 :
@bruno-bd Ils ont surtout un taux de chômage faible hérité de nos délocalisations ...
a écrit le 02/03/2019 à 7:46 :
Arrêtons le bricolage et attaquons nous ã la réforme de la sphère publique, on préfère attendre l’intervention de la BCE et du FMI
a écrit le 02/03/2019 à 1:37 :
Pour une fois que les rôles s'inversent, le gouvernement, lui aussi va connaître l'attende, pas simple 🤔
a écrit le 01/03/2019 à 21:50 :
Il y a des causes conjoncturelles comme la transformation du CICE (payé avec un décalage d'un an) en baisse de charges (immédiate) ou encore l'avance d'une partie des crédits d'impôts (mais qui n'auront pas à être versés plus tard). Le suivi des soldes budgétaires au mois par mois n'a guère d'intérêt.
Réponse de le 01/03/2019 à 22:15 :
Les seuls à voir réduits les déficits budgétaires et publics depuis 20 ans, ce sont HOLLANDE et JOSPIN.

MACRON ne fait que confirmer son incompétence et sa démagogie. Heureusement qu'il a un appui total des médias, car si ceci était arrivé sous HOLLANDE, les mêmes médias auraient hurlé.
Réponse de le 02/03/2019 à 9:42 :
Jospin a bénéficié d'une conjoncture internationale exceptionnelle qui ont permis à beaucoup de pays, non seulement de réduire les déficits mais aussi de devenir excédentaires (par exemple l'Espagne d'Aznar avait ramené sa dette publique à 36% du PIB, les USA dégageaient des excédents publics plantureux), il a dilapidé une cagnotte inexistante. Quant à Hollande, il a bien moins réduit les déficits qu'il n'a augmenté les impôts, avec notamment une faute de gestion majeure à 2,5 milliards par an avec la réouverture purement clientéliste des 60000 postes à l'éduc nat qui avaient été laborieusement supprimés pendant le quinquennat Sarkozy. Bons gestionnaires en effet...
Réponse de le 02/03/2019 à 21:04 :
hollande et jospin "Les seuls à voir réduits les déficits budgétaires et publics"??? car la conjoncture internationale était plus que favorable, il suffit de voir ces budgets des pays européens tous meilleurs que les français, de plus hollande budget pas terrible du tout vs autres payas et surtout cris 2008/2010 passée. d'autre part jospin qui a eu la CHANCE de tomber dans une période favorable au lei d'apurer un peu la dette a fait dans le populisme de bas étage style 35h. NON ces deux là ont une nuisance bien socialiste, du populisme comme en 1933.
a écrit le 01/03/2019 à 20:51 :
Il faudrait savoir ce qu'on veut : payer moins d'impôts ?
Zut oui ? ou zut non ?
Le reste, c'est des chiffres, des raisonnements oiseux, et les réflexions à l'attention des médias de têtes bien faites de Bercy.
Dont on se fiche : ce n'est pas eux qui décident.
Celui qui décide, c'est le gouvernement, au nom du Peuple.
Macron, tiens bon !
En réduisant le budget, SVP !
a écrit le 01/03/2019 à 20:03 :
De quoi justifier les prochaines mesures d'austérité.
Nous faire croire que personne a Bercy ne se doutait de ce qui arrive est une farce.
Hollande...vite.!
Réponse de le 01/03/2019 à 22:31 :
Hollande... Celui qui a assommé d'impôts à un niveau jamais atteint les français qui travaillent, notamment les classes moyennes ? Non merci, sans façon, les impôts, ça va comme ça...
a écrit le 01/03/2019 à 17:40 :
On va regretter Hollande.
Déficit 2016: 69 Md€ (en baisse de 1.5Md€ par rapport à 2015).
Déficit 2017: 67.7 Md€...

En moins de deux ans, le fils prodigue des deniers publics aura réussi à augmenter de 30 Md€ le déficit... et il vient donner des leçons de bonne gestion à la terre entière.

De la même façon qu'il donne des leçons de démocratie à la moitié de l'Europe quand l'ONU s'inquiète des violences policières en France et de l'apparition de prisonniers politiques.

Plus le temps passe, plus cet individu me dégoûte.
Réponse de le 01/03/2019 à 20:55 :
Mais avec une augmentation des impôts de 35 milliards.
Réponse de le 01/03/2019 à 21:37 :
Ce n'est pas la politesse qui vous étouffe.
Réponse de le 01/03/2019 à 22:34 :
Facile, pour limiter le déficit, Hollande avait tout bonnement littéralement assommés d'impôts les français qui travaillent, notamment les classes moyennes... Jamais aucun Président n'avait autant augmenté les impôts !
a écrit le 01/03/2019 à 17:33 :
sans oublier ce que cela a couter aux entreprises pour le mettre en place ,il a en plus appauvri les retraités car la csg est toujours prélevé,la prime d'activité il y a toujours un grain de sable pour ne pas la toucher c'est l'enfumage macron et attention si jamais il nous enfume avec le débat 1000000 de français y participent sur 60000000 de français c'est du pipi de chat
a écrit le 01/03/2019 à 17:12 :
Il faut que Macron baisse la dépense publique sinon, on va droit dans le mur.
a écrit le 01/03/2019 à 15:07 :
C EST NORMAL CELA fais partie du projet de macron pour l instant tant que l emploies ne reprend pas cela ne peut pas fonctionner;, Lannees prochaine aux premier bujet macron devras faire moins de cadeaux aux riches car ils ne jouerons jamais le jeux de macron seul le marche compte/ et prendre aux pauvres a des limites car les gilets jaunes serons toujours la???
a écrit le 01/03/2019 à 14:27 :
Jupiter le president des richesses les caisses sont vides ils a rendus les 4 millards voler aux retraitees le president ils n es pas un peut macron ?
a écrit le 01/03/2019 à 13:20 :
Le prélèvement mensuel généralisé était trop simple
a écrit le 01/03/2019 à 12:30 :
Qu'est ce que c'est que cette histoire !? Je croyais que le PALS devait améliorer le taux de recouvrement de l'IRPP ?
Réponse de le 03/03/2019 à 20:49 :
On avait déjà un taux excellent de recouvrement de cet impôt (98%)
a écrit le 01/03/2019 à 12:05 :
On le savait et cela avait été annoncé, ce n'était pas pas une bonne solution pour l'économie du pays . L'impôt à la source supprime une masse d'argent qui circulait avec des rentrées de TVA à 20% sur toute l'année et c'est considérable la perte de cette manne.
Le constat fait , il serait souhaitable qu'a l'issue d'une année , le débat revienne à l'assemblée Nationale et cela soit débattue sur le maintient ou la suppression . L'économie d'abord avant les impôts ! il me semble c'est dans l'ordre des choses .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :