Pour la première fois depuis 2018, la Fed relève son taux d'un quart de point

La Réserve fédérale a comme attendu relever ses taux de 25 points de base pour les porter à 0,25% et 0,50%, prévoyant de les remonter progressivement cette année pour les porter à 1,75% et 2%.

1 mn

Jerome Powell, président de la Fed.
Jerome Powell, président de la Fed. (Crédits : Reuters)

La Réserve fédérale américaine a annoncé mercredi une hausse d'un quart de point de son principal taux d'intérêt directeur, la première depuis plus de trois ans et dit prévoir de le porter entre 1,75% et 2% d'ici la fin de l'année, tournant ainsi la page de sa politique ultra-accommodante pour donner la priorité à la lutte contre l'inflation.

L'objectif de taux des fonds fédéraux ("fed funds"), principal instrument de la politique monétaire américaine, est ainsi relevé à 0,25%-0,5%, comme attendu par une grande majorité des économistes et analystes interrogés par Reuters.

Une croissance des Etats-Unis révisée à la baisse de 4% à 2,8%

Les nouvelles prévisions économiques présentées mercredi suggèrent que la Fed s'attend à ce que l'inflation reste supérieure à son objectif de 2% jusqu'en 2024. La banque centrale table sur une croissance économique de 2,8% cette année aux Etats-Unis, contre 4,0% prévu en décembre.

La Réserve Fédérale doit freiner une inflation qui a progressé chaque mois depuis le deuxième semestre 2021 pour atteindre en février 7,8% sur un an - son niveau le plus élevé depuis 40 ans -, bien loin des 2% de son objectif. Inflation que les sanctions imposées par les pays occidentaux contre l'économie russe vont alimenter encore davantage, en particulier celle des matières premières dont la Russie est un important exportateur. Le renchérissement des prix de l'énergie va notamment augmenter le coût du transport.

Son président, Jerome Powell, devait commenter ces décisions et les nouvelles prévisions lors de la conférence de presse qui conclue la réunion du Comité.

(avec Reuters)

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 16/03/2022 à 20:33
Signaler
Ceci ne freinera pas l'engouement pour la bulle immobilière en France stimulée par le laxisme du taux d'endettement...

à écrit le 16/03/2022 à 20:02
Signaler
La hausse des taux ne sera pas progressive, puisqu'elle sera trop rapide. Progressif, ça veut dire étalé sur deux ans au moins

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.