Trump promet un accord commercial «phénoménal» à Londres

 |   |  807  mots
(Crédits : Reuters)
Le président américain a promis un accord commercial « phénoménal » au Royaume-Uni post-Brexit. Il envisage de multiplier par plus de deux les échanges commerciaux, mais prévient que les conditions devront être négociées. Un article de notre partenaire Euractiv.

Donald Trump, en visite d'État au Royaume-Uni, a félicité Theresa May, Première ministre sortante, sur sa gestion des négociations du Brexit. Lors d'une conférence de presse commune, il a aussi estimé que les deux pays partageaient « la plus belle alliance que le monde ait jamais connue ».

Plus tôt dans cette deuxième journée de Donald Trump à Londres, les deux dirigeants ont discuté de l'avenir de leur coopération sur le commerce, la défense et les renseignements. Le président américain a aussi réitéré son appel pour que les membres de l'OTAN, dont le Royaume-Uni, respectent leur engagement d'allouer 2 % de leur PIB à la défense.

L'accord de libre-échange avec les États-Unis fait toujours des vagues

La perspective d'un accord de libre-échange avec les États-Unis ne fait cependant pas moins de vagues au Royaume-Uni qu'au sein de l'UE, où l'accord a finalement été abandonné.

Le Royaume-Uni a inclus une clause dans l'accord UE-Canada afin de clarifier que son service de santé (NHS) ne serait pas obligé de s'ouvrir à la concurrence des firmes canadiennes. Le gouvernement a aussi promis que la NHS ne serait remise en cause dans aucun de ses futurs accords. Sur la question d'un plus grand accès des producteurs agricoles américains au marché britannique, le gouvernement actuel est divisé.

Trump prêt à négocier sur tout - y compris la santé

Cela ne décourage pas Donald Trump, qui assure que pour qu'il y ait un accord « tout doit être renégocié ».

« En ce qui concerne le commerce, tout est négociable, la NHS ou quoi que ce soit d'autre. Bien d'autres choses. Tout est négociable. »

« Pas tant que je serai là ! », a rétorqué le ministre à la Santé, Matt Hancock, un des candidats au poste de Premier ministre.

Même son de cloche du côté d'Angus MacNeil, président de la commission du commerce international à la Chambre des communes :

« Ce serait une erreur catastrophique que de se précipiter dans des négociations avec les États-Unis sans vraie stratégie commerciale globale. »

Des effets sur le PIB britannique qui seraient... minuscules

Selon les chiffres du trésor britannique, un accord commercial avec les États-Unis ne ferait monter le PIB que de 0,2 %.

Donald Trump a également rejeté les rumeurs selon lesquelles les États-Unis pourraient limiter le partage de renseignements avec Londres si le Royaume-Uni utilisait l'infrastructure du géant chinois des télécommunications Huawei, insistant pour que les deux pays parviennent à un accord sur cette question.

Brexit: le président américain modère son discours

L'impétueux président américain a fait preuve de retenue lors de sa conférence de presse avec Theresa May, saluant ses efforts, qui ont mis selon lui le Royaume-Uni dans une « bonne situation ». Par le passé, il s'est toujours félicité de la sortie du Royaume-Uni de l'UE, estimant que ce serait « merveilleux » durant la visite de Theresa May à Washington, en janvier.

Theresa May a pour sa part indiqué qu'elle n'avait pas suivi le conseil du président, qui lui proposait de poursuivre l'UE en justice, et s'est montrée prudente quant à un accord commercial.

Une rencontre secrète avec Nigel Farage ?

Donald Trump a également pris pour cible le dirigeant travailliste Jeremy Corbyn, qui a refusé de se joindre au banquet organisé par la Reine. Le travailliste est « une force quelque peu négative », a dit le président, ajoutant qu'il avait refusé de le rencontrer pendant sa visite. Il a plus tard fait marche arrière, indiquant qu'il n'aurait « aucun problème » à rencontrer le travailliste, après les révélations selon lesquelles il a notamment rencontré Nigel Farage en privé.

À quelques encablures dans le centre de Londres, Jeremy Corbyn était l'orateur principal d'une manifestation contre la visite de Donald Trump à laquelle ont participé des dizaines de milliers de manifestants, accusant le président américain d'avoir « créer un sentiment accru de haine ».

Contre-manifestation pendant le discours de Trump avec May

Les huées et les moqueries des manifestants à l'extérieur de Downing Street étaient audibles durant la conférence de presse Trump-May. Fidèle à sa réputation, le président américain a pourtant minimisé l'importance de la manifestation contre sa visite à l'extérieur de Downing Street comme une « fake news » et a affirmé, à tort, que des milliers de personnes s'étaient rassemblées dans les rues pour l'encourager.

Jamais étranger à la controverse, Donald Trump a également poursuivi sa querelle avec le maire de Londres, Sadiq Khan, qu'il décrivait lundi comme un « perdant ». Sadiq Khan a lui répondu en expliquant ses arguments dans une vidéo.

___

Par Benjamin Fox, Euractiv (traduit par Manon Flausch)

 (Article publié le mercredi 5 juin 2019 à 11:13)

___

 Retrouvez toutes les actualités et débats qui animent l'Union européenne sur Euractiv.fr

EURACTIV 2017 new logo

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/06/2019 à 13:48 :
Par contre il serait stupide de prendre cette annonce à la légère, c'est la méthode de Trump, quand il a annoncé la plus grosse baisse d'impôts sur les société américaine de tous les temps ben il l'a fait.

Entre deux dirigeants à la puissance politique, phénoménale pour TRump et forte pour May, les benêts du consortium financier européens sont obligés de se faire piéger. Ça doit être trop facile même, des vacances avant de reprendre le combat avec les chinois, les russes, les indiens, bref avec ceux qui comptent, avec ceux qui ont encore des dirigeants politiques à leur tête.

L'UE a passé son temps à éradiquer toute analyse de son mode de fonctionnent afin de laisser nos pays pillés par le consortium européen financier, elle va bientôt le regretter et si elle avait encore un temps soit peu de jugeote elle le regretterait amèrement maintenant.

"Hâtes toi déclin !" Nietzsche

ET ça traine et ça traine, et nous on saigne, on saigne...
a écrit le 06/06/2019 à 9:16 :
Pourvu qu'il se représente et soit réélu bon sang ! LE monde se porte bien mieux depuis qu'il est président à se demander même à quoi servent nos élections à nous quand on voit que la puissance politique d'un président américain permet au final de mieux gérer notre monde.

Contempler l'amérique régner.
Réponse de le 06/06/2019 à 12:33 :
@ multipseudos:

"Réponse de maduro"

BEn oui c'est vrai comme tout dictateur t'aime pas Trump; logique...

QUel intérêt du coup ?

ME donner raison ? J'ai pas besoin de toi mon gars.

SIgnalé
Réponse de le 06/06/2019 à 22:30 :
@Citoyen blasé le 06/06/2019 à 9:16

En effet, pourvu. J'ajouterai ( c'est mon petit doigt qui me l'a dit) que Trump est une bénédiction pour les USA et le monde entier mais peu ont du discernement..
Réponse de le 14/06/2019 à 17:12 :
"mais peu ont du discernement.."

Oui mais quand on travaille à informer les gens du discernement on se doit d'en avoir.

ALors je comprends bien l'intérêt de pas trop en parler mais à l'èpoque d'internet je pense que c'est désuet.
a écrit le 06/06/2019 à 3:18 :
Pauvre Theresa, reduite au role de corgi suivant son maitre repus de satisfaction.
Elle devrait se souvenir que "les promesses n'engagent que ceux qui les croient"....
a écrit le 05/06/2019 à 18:31 :
Alors après on en conclura ce qu'on voudra mais un accord commercial ne peut pas forcer les américains à acheter deux fois plus de produits made in UK, si les américains n'en veulent pas, ils ne les achètent pas. Après si Trump veut poser ces conditions, et connaissant ses tendances protectionnistes, je ne suis pas sûr qu'il compte se montrer plus gentil que Bruxelles.
a écrit le 05/06/2019 à 17:18 :
"Londre"s n'a pas besoin un "accord phénoménal" pour retrouver sa souveraineté, elle a eu pour exemple cet UE qui lui a promit "un paradis"!
a écrit le 05/06/2019 à 15:39 :
" Qui veut de mon poulet nettoyé à la chlorine, mon bœuf aux hormones et antibiotiques et mes beaux légumes OGM ? .....puis après avoir changé toutes vos règles de sécurité sanitaire, vous pourrez même changer vos règles pharmaceutiques, ce qui vous permettra même d'acheter plein d'opioïdes Made in USA ......" .....Il a même promis a Nigel Farage de lui offrir une belle maison en Floride !....:-))))
Réponse de le 05/06/2019 à 19:23 :
Comme si ce n'était pas déjà comme ça ! hahaha ! Parce que l'UE de rêve ne produit pas la même MER.... ! A part parler et faire des grandes tirades on fait quoi pour l'environnement ? Pour le BIO ? Vous avez remarqué le vaccin OBLIGATOIRE ! les scandales sanitaires ! Les déjets de nos centrales .... On croit rêver ! C'est vraiment la folie cette naiveté des pro UE qui croient vraiment qu'on fait mieux !
a écrit le 05/06/2019 à 15:00 :
Loin d être adepte et pro Trump. Je reconnais volontiers que sa politique protectionniste brutale et ses discours belliqueux direct et franc notamment â l égard du gouvernement chinois est assez remarquable en matière de retombées économique pour les US. J espère que cela aura le mérite d éclairer les lanternes de l UE servile dans le monde merveilleux des bisounours.Quant à l UK, Cela reste une grande inconnue et probablement fuite en avant face â la carotte ...
Réponse de le 05/06/2019 à 15:26 :
je partage votre commentaire sur le fond. Je mets cependant un petit bémol sur les retombées économiques pour les US. Il n'est pas certain qu'ils soient totalement gagnants dans ce duel frontal avec la Chine aujourd'hui, demain l'Inde etc etc. Un seul exemple: les terres rares qui sont quasiment produites par la Chine et qui sont indispensables pour la fabrication des batteries pour les véhicules électriques entre autre. Par mesure de rétorsion, la Chine a déjà menacé les USA de limiter drastiquement leur vente !!! Concernant l'Inde, qui s'illustre dans le domaine de l'informatique et qui fabrique des composants électroniques à moindre coût, notamment pour les USA !!!.
Réponse de le 05/06/2019 à 18:26 :
Je partage aussi votre commentaire. Trump est un raciste mysogine, impétueux et brutal. Mais sa guerre commerciale avec la Chine devrait faire réflcéhir nos dirigeants. Il est temps de rapatrier emplois et usines, de protéger nos économies et de demander une réciprocité d'ouverture a la concurrence en chine (fond es coentreprises et transferts de technos). Le moment est idéal puisque la Chine est deja affaiblie par les US.
a écrit le 05/06/2019 à 14:39 :
Trump hyperlop- booster du Brexit
a écrit le 05/06/2019 à 14:28 :
Un accord commercial entre 2 pays au déficit commercial abyssal ne risque pas de changer grand chose à l'état de leurs économies respectives.
a écrit le 05/06/2019 à 14:24 :
Quand deux hypocrites se rencontrent.......

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :