RAPPEL : Il y a une corrélation NEGATIVE entre dette publique et taux d'intérêts

 |   |  831  mots
Business Insider; données Bloomberg
Business Insider; données Bloomberg (Crédits : Business Insider)
Faible, mais réelle.

Alors que la nouvelle que la dette publique américaine atteint 16 mille milliards de dollars risque de faire pas mal de bruit, il convient de rappeler un fait qui échappe à beaucoup de monde: il y a pas de lien fort constatable entre niveau de dette publique et taux d'intérêts.

Peut être devrait-il y en avoir un en théorie (en fait non), mais en pratique ce n'est pas ce qu'on constate. On constate même l'inverse: il y a une légère, mais réelle, corrélation négative entre dette et taux d'intérêts. Autrement dit, statistiquement, plus un pays a de dette, plus ses taux d'intérêts devraient être faibles. C'est ce que montre ce graphique créé par Business Insider à partir de données Bloomberg:

On va répéter, tellement c'est contre-intuitif: statistiquement, une dette plus élevée est liée à des taux plus bas.

La corrélation est faible, mais s'il y a une chose qui est certaine c'est qu'on ne peut pas affirmer au regard des faits qu'une dette élevée mènera à des taux d'intérêts élevés.

Que constate-t-on de plus dans ce graphique: d'abord, le caractère tout à fait objectivement exceptionnel de la Grèce, qui est très loin dans le quadrant haut-droit du graphique. Oui, la Grèce a une dette élevée et des taux élevées. C'est aussi un cas exceptionnel. La prochaine fois qu'un politicien agitera le spectre grec pour vous vendre telle ou telle mesure, gardez ça à l'esprit. 

Le Japon est dans le cas inverse: dette extrêmement élevée, taux extrêmement faibles. 

Alors, pourquoi cet état? 

D'abord parce qu'on "prête aux riches": un pays qui pourra beaucoup emprunter est un pays qui aura une forte capacité à rembourser, et donc ces pays-là auront tendance à être plus endettés. Ca montre l'inutilité absolue du ratio dette/PIB, qui compare un stock (dette) à un flux (PIB). 

Mais aussi la raison pour laquelle il n'y a pas de lien est qu'il ne devrait pas y en avoir. Les taux d'intérêts de la dette d'un pays sont liés à sa situation macroéconomique, pas à sa dette. Et la capacité à rembourser d'un Etat souverain est liée à la valeur de sa monnaie, pas à son passif. 

Comment ça?

Ce qui détermine les taux d'intérêts de la dette d'un Etat, en règle général, c'est sa situation macroéconomique. En effet, en fonction de ce qu'ils attendent de la situation, les investisseurs choisissent entre des investissements plutôt sûrs (obligations) ou plutôt risqués (actions et autres). Si l'économie est mauvaise, les investisseurs vont se réfugier en masse dans les obligations d'Etat, car ils n'arrivent pas à trouver un rendement dans le reste de l'économie et ne veulent pas prendre de risque. Sous l'effet de la demande, les taux vont baisser. Si l'économie repart, les investisseurs vont partir acheter des actions et d'autres actifs à plus haut rendement, et les taux obligataires vont augmenter. C'est basique. En aucun cas le taux d'endettement de l'Etat en question ne rentre en ligne de compte. 

Et un Etat souverain peut rembourser sa dette tant que sa monnaie a de la valeur, pourquoi? Parce que la dette s'assimile à de la monnaie. Les Etats-Unis, le Japon et la Grande-Bretagne peuvent financer leur dette parce que des gens de par le monde veulent détenir des dollars, des yens et des pounds. Ces dollars, ces yens et ces pounds se retrouvent dans des banques américaines, japonaises et britanniques. Et que font ces banques américaines, japonaises et britanniques de ces dépôts? Ils les mettent dans des actifs sûrs, c'est-à-dire des obligations souveraines américaines, japonaises et britanniques. 

Pourquoi ce mécanisme s'est-il cassé dans la zone euro? D'abord parce que soudain, une banque grecque (ou française ou belge...) peut, avec les mêmes euros, acheter des obligations allemandes à la place d'obligations grecques. Elles font donc un arbitrage qui disloque les taux. Mais surtout, parce qu'un autre rouage essentiel du mécanisme, la banque centrale, ne fonctionne plus. Dans un système monétaire moderne, la banque centrale est garante du système monétaire et le fait fonctionner, et est donc garante de la dette publique qui, par son rôle dans le système monétaire, est une forme de monnaie. Elle peut créer une quantité infinie de monnaie pour racheter autant de dette que nécessaire. Et tant que des gens voudront la monnaie en question, ça marchera. Mais si ce garant de dernier ressort décide, comme la BCE l'a fait sous la pression allemande en 2009, de ne pas garantir les dettes qu'elle est censée garantir, le mécanisme se brise et c'est la panique. 

Bref, si vous voulez comprendre les taux d'intérêts, ne regardez pas la dette. Regardez la situation macroéconomique et le système financier. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/09/2012 à 7:40 :
La dette suit les taux de refinancement ou les taux de base établis par la banque centrale, quand la monnaie est "souveraine" (ce qui n'est pas le cas de l'euro). Il est naturel que les taux baissent puisque la Banque Centrale estime que le pays paye trop et agit donc sur les taux. Cette corrélation est valable pour de nombreux pays (voir le néochartalisme)
a écrit le 05/09/2012 à 13:36 :
Attention, dire que la corrélation entre dette et taux est négative, ne veut pas *du tout* dire que la corrélation entre variation de la dette dans un pays donné et variation du taux est négative (càd la corrélation entre s'endetter plus et payer plus).
Un contre-exemple classique est la corrélation âge-richesse : l'âge moyen d'un groupe est corrélé positivement à sa richesse moyenne (parce qu'il a eu le temps d'augmenter son stock), mais l'accroissement de l'âge est corrélé négativement à l'accroissement de richesse (on s'enrichit proportionnellement de moins en moins au fur et à mesure qu'on vieillit).
a écrit le 05/09/2012 à 13:33 :
Ce que le graphique semble montrer, c'est qu'il n'y a PAS de corrélation, ni positive, ni négative, entre taux et niveau des dettes.
a écrit le 05/09/2012 à 13:10 :
Dire qu'il y a une décorrélation entre Taux d'intérêt et niveau de dette est pertinent et intéressant.

Par contre, brouiller ce message par en appuyant sur une possible corrélation négative avec les données fournies, c'est à égorger tout statisticien qui lirait cet article. Le seul point important dans ce jeu de données est le taux d'intérêt très faible du Japon qui rend la corrélation négative. Il pourrait y avoir une forte corrélation positive pour tous les pays en-dessous de 100% que ça n'y changerait rien.
Réponse de le 05/09/2012 à 17:26 :
Merci de votre commentaire. Je précise bien que la corrélation est très faible.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :