Brexit (J-17) : May arrache des concessions à l'UE, Corbyn les démolit

Nuitamment, à Strasbourg, Theresa May et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker ont annoncé s'être entendus sur des mesures visant à éviter le rétablissement d’une frontière "dure" entre l’Ulster et la République d’Irlande après le Brexit, tout en permettant à Londres de quitter l’Union douanière d’ici 2020. Corbyn, très cinglant avec la Première ministre, appelle à rejeter ce nouvel accord.

4 mn

Les députés britanniques sont appelés ce mardi à se prononcer une deuxième fois sur le projet d'accord négocié par Theresa May avec les pays de l'UE.
Les députés britanniques sont appelés ce mardi à se prononcer une deuxième fois sur le projet d'accord négocié par Theresa May avec les pays de l'UE. (Crédits : Reuters)

L'Union européenne et le Royaume-Uni ont annoncé lundi soir, dans un communiqué commun, un accord qui doit éviter le rétablissement d'une frontière "dure" entre l'Ulster et la République d'Irlande après le Brexit, tout en permettant à Londres de quitter l'Union douanière* d'ici 2020.

Cette annonce de dernière minute, à la veille d'un deuxième vote de la Chambre des communes sur l'accord de retrait* négocié avec les Européens, vise à lever l'opposition des 'Brexiters' du Parti conservateur et des élus nord-irlandais du Parti unioniste démocrate (DUP), pour qui le maintien dans le marché unique* constitue un casus belli.

L'accord de retrait ne sera pas modifié, ont assuré les deux parties, mais y sera ajoutée une "déclaration unilatérale*" du Royaume-Uni, qualifiée "d'assurance juridique" par Theresa May, lui permettant de "démanteler" le "backstop"* si aucune alternative n'est trouvée au 31 décembre 2020.

Lundi soir, le ministre britannique David Lidington, les garanties contraignantes sur le "backstop" (clause de sauvegarde) obtenues lundi dans la nuit à Strasbourg par la Première ministre britannique, Theresa May, renforcent et améliorent l'accord de Brexit. Il ajoutait que deux nouveaux documents conjoints seraient produits ce soir, précisant que, mardi, la Chambre des communes aurait à se prononcer sur cet accord "amélioré".

A Strasbourg, un officiel a déclaré que le président de la Commission européenne et Theresa May devaient tenir sous peu une conférence de presse. Les responsables européens avaient déclaré un peu plus tôt qu'il n'y aurait de conférence de presse commune qu'en cas de progrès.

Des "changements légalement contraignants"

Mais lundi soir, Theresa May a arraché des "changements légalement contraignants qui renforcent et améliorent l'accord de retrait* et la déclaration politique*", a expliqué  Lidington, qui est le nouveau bras droit de la Première ministre depuis le 8 janvier après la démission surprise du vice-Premier ministre Damian Green poursuivi dans une affaire de harcèlement sexuel..

"L'UE ne peut pas chercher à retenir indéfiniment le Royaume-Uni dans le backstop; le faire serait une violation explicite des engagements légalement contraignants que les deux parties ont pris", a déclaré David Lidington.

Theresa May et les Européens se sont entendus en outre sur une déclaration commune qui doit être annexée à la déclaration politique, a-t-il dit.

"Rien qui s'approche" des promesses faites au Parlement, selon Corbyn

Après avoir appelé lundi soir les députés britanniques à rejeter l'accord de Theresa May qui sera présenté ce mardi au Parlement, le leader travailliste a déclaré mardi que les assurances que la Première ministre britannique a obtenues lundi soir de la part de l'Union européenne concernant le Brexit sont très loin des changements qu'elle a promis aux députés de la Chambre des communes.

"Les négociations de la Première ministre ont échoué. L'accord de (lundi) avec la Commission européenne ne contient rien qui s'approche des changements que Theresa May a promis au Parlement", a déclaré Corbyn dans un communiqué.

"C'est pourquoi les membres du Parlement doivent rejeter cet accord (ce mardi)", ajoute-t-il.

Les députés britanniques sont appelés ce mardi à se prononcer une deuxième fois sur le projet d'accord négocié par Theresa May avec les pays de l'UE. Pour mémoire, le 15 janvier, la Chambre des communes avait massivement rejeté par 432 voix contre 202 l'accord que les négociateurs britanniques et européens avaient conclu au mois de novembre.

___
(*) Le petit dico bilingue du Brexit

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 27
à écrit le 12/03/2019 à 20:28
Signaler
Royaume-Uni : 80 % à 90 % des droits de douane supprimés en cas de Brexit sans accord La Grande-Bretagne supprimera 80 % à 90 % des droits de douane sur les produits importés si elle quitte l’Union européenne sans accord, mais elle les conservera ...

le 13/03/2019 à 11:30
Signaler
Voilà bien l'illustration de votre totale incompréhension du monde. Les droits de douane, c'est un frein,mais il est secondaire; Le vrai sujet, c'est la norme. Vous pouvez mettre 0 droit de douane sur les importations de véhicule, mais il reste à vé...

le 13/03/2019 à 11:41
Signaler
En fait, le mieux qui puisse arriver désormais c'est un no-deal, pour que les europhobes bas de plafond se rendent compte de la réalité. Attention, l'effet immédiat ne compte pas, il faut voir à long terme, et à long terme la messe est dite.

à écrit le 12/03/2019 à 19:02
Signaler
Ni May ni Juncker n'ont envie de voir des bombes de l'IRA exploser à Londres. Il faut être pragmatique. Le peuple de GB préfère le grand large au continent. Cela fait partie de ses racines. Chaque peuple a ses racines dans son territoire. En Europe ...

le 13/03/2019 à 11:30
Signaler
le peuple UK ne préfère pas le grand large, il a juste été manipulé par des dirigeants irresponsables.

à écrit le 12/03/2019 à 18:56
Signaler
Aux uns et aux autres, avez-vous vu les résultats de l' UE sur dix ans, ça vous aidera à comprendre le vote anglais ...! https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/croissance-depuis-2009-chine-139-inde-96-etats-unis-34-europe-2-809418.ht...

le 13/03/2019 à 11:33
Signaler
Et pourquoi vous ne nous parlez pas du fait que la croissance UK a "boosté" depuis 1974 et son adhésion à l'UE ?

à écrit le 12/03/2019 à 17:32
Signaler
Des milliers de Nord-Irlandais sont en train de demander le passeport Irlandais, qu'ils obtiennent facilement sans devoir déménager. s'ils deviennent la majorité de la population de l'Ulster, le problème sera réglé de lui-même !

le 13/03/2019 à 12:08
Signaler
Helas, il restera 30 ou 40% de Nord Irlandais qui n'imaginent pas quitter UK, et cela se finira mal. Quand on voit les difficultés du parlement à trouver une voie de sortie au Brexit, on imagine que cela ne sera pas plus brillant quand les tensions ...

à écrit le 12/03/2019 à 17:25
Signaler
Si l'UE tient tant que ça a garder ce boulet pour "marquer le coup" elle s'affaiblira, permettant a d'autre la très grande envie d'en sortir!

à écrit le 12/03/2019 à 14:36
Signaler
Les brexits n étant pas aux commandes il est évident que les antis font tout pour ne pas partir et cela avec l assentiment de l UE . Les brexits attendent sagement la remise en cause du vote populaire pour dénoncer l anti démocratie des dirigeants...

le 13/03/2019 à 8:26
Signaler
Les brexiters étaient aux commandes quand ils ont détalé comme des lapins face aux difficultés. Un peu comme Boris Johnson qui est devenu subitement brexiters après un retournement de veste spectaculaire.

à écrit le 12/03/2019 à 12:06
Signaler
Pas de frontière, mais faire de l'Irlande du Nord un port franc qui ira concurrencer celle du Sud!

à écrit le 12/03/2019 à 11:09
Signaler
On dirait que May et Corbyn s'entendent à merveille pour avoir une no deal tout en disant haut et fort qu'ils en veulent un, gesticulations dans tous les sens sans jamais s'accorder sur l'essentiel....la perfidie à son sommet ! On-t-ils un plan secr...

le 13/03/2019 à 11:39
Signaler
Le vrai drame, c'est cela, c'est qu'ils n'ont aucun plan.

à écrit le 12/03/2019 à 10:30
Signaler
Je remarque qu'on demande au parlement de se prononcer souvent sur la même question mais que le peuple n'a le droit, via le referendum, qu'à une seule cartouche. C'est quand même étrange. Je conclue que pour être équitable, il faudrait autoriser le p...

le 12/03/2019 à 12:03
Signaler
C'est bien le drame du référendum ! SI on veut à chaque fois associer le peuple à chaque décision, c'est un référendum par jour, avec à chaque fois des électeurs qui n'ont pas le temps de mesurer tous les enjeux. C'est pour cela qu'on a créé la démo...

le 12/03/2019 à 12:08
Signaler
Idem pour la France et ses GJ, le R.I.C. ou la rue!

le 12/03/2019 à 12:14
Signaler
C' est bath d 'avoir essayé Franck, c' est vraiment bath ..

le 12/03/2019 à 12:17
Signaler
Et les Français, ont-ils le droit de se prononcer par référendum ? Remarquez, la dernière fois qu'ils l'on fait (2005) , le gouvernement a fait exactement l'inverse .

le 12/03/2019 à 13:42
Signaler
@Chanson Votre commentaire colporte des informations fausses. Soit c’est de la mauvaise foi, soit c’est une incompréhension assez profonde. Première le référendum de 2005 n’était pas un référendum pour ou contre l’Europe, mais pour ou contre une co...

le 12/03/2019 à 13:45
Signaler
@Chanson Votre commentaire colporte des informations fausses. Soit c’est de la mauvaise foi, soit c’est une incompréhension assez profonde. Premièrement le référendum de 2005 n’était pas un référendum pour ou contre l’Europe, mais pour ou contre un...

le 13/03/2019 à 11:38
Signaler
Bravo Nicolas de la justesse de votre argument !

à écrit le 12/03/2019 à 9:59
Signaler
L'UE n'ayant aucun responsable capable de pensée à long terme, son oligarchie ayant passé son temps à éradiquer le principe de l'intelligence en son sein, la stratégie de gagner du temps en progressant doucement semble bien fonctionner de la part des...

le 12/03/2019 à 10:22
Signaler
C'est absolument tout le contraire ! UK est un canard sans tête qui n'arrive pas à négocier de manière rationnelle. L'UE préserve son unité, ses valeurs, ses perspectives, quant UK ne sait pas où il va. Cela sera no deal, car on ne négocie pas avec...

le 12/03/2019 à 12:13
Signaler
Vous êtes désopilant parfois! Mais sans espoir! Si l'Europe est une réalité, l'UE est un cauchemar!

le 12/03/2019 à 16:24
Signaler
"UK est un canard sans tête qui n'arrive pas à négocier de manière rationnelle" Enfin vous commencez bien à voir que ça sent la stratégie à plein nez quand même non ? De part sa puissance l'Europe peut faire face à un accident brutal mais n'e...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.