Brexit : manifestation à Londres pour un second référendum

Alors que les négociations sur le Brexit bloquent sur la question de la frontière irlandaise, des Britanniques venus de l'ensemble du Royaume-Uni manifestent pour réclamer un second référendum sur le Brexit, à 5 mois du retrait britannique de l'UE.

4 mn

(Crédits : Yves Herman)

Plusieurs dizaines de milliers de Britanniques partisans du maintien du Royaume-Uni au sein de l'Union européenne défilent ce samedi dans les rues de Londres pour réclamer un second référendum sur le Brexit, à cinq mois du retrait britannique de l'UE

L'un des organisateurs de cette marche qui s'annonce comme l'une des plus importantes à ce jour des "Remainers" a revendiqué le droit des Britanniques à changer d'avis car la sortie du Royaume-Uni de l'UE aura selon lui des conséquences pour plusieurs générations.

"Les gens pensent que les négociations sur le Brexit sont un chaos total, ils n'ont pas confiance dans le gouvernement pour qu'il tienne ses promesses, notamment parce qu'elles ne pourront pas être tenues", a-t-il déclaré.

Les initiateurs de la manifestation espéraient plus de 100.000 participants.

Lors du référendum de juin 2016, 52% des Britanniques ont voté en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l'UE. Selon certains sondages, une courte majorité serait désormais favorable au maintien, mais les enquêtes d'opinion n'ont pas noté de basculement décisif de l'opinion, qui est de plus en plus lassée par la question.

Lors du dernier défilé de ce genre, en juin, environ 100.000 personnes s'étaient rassemblées et les organisateurs espèrent bien dépasser ce nombre, avec la manifestation "la plus grande" et la plus "bruyante" jamais organisée en faveur d'un tel scrutin.

Theresa May opposée à un deuxième référendum

Mais elle risque peu de convaincre la Première ministre Theresa May, fermement opposée à cette idée.

"Il n'y aura pas de second référendum. Les gens ont voté", le 23 juin 2016, en faveur de la sortie de l'UE, a déclaré la cheffe de gouvernement mercredi, déterminée à "mettre en oeuvre" le résultat de ce vote.

De leur côté, les organisateurs soulignent qu'à quelques mois du Brexit prévu le 29 mars 2019, les négociations entre Londres et Bruxelles bloquent toujours, en particulier sur la question de la frontière sur l'île d'Irlande et que l'incertitude demeure sur la façon dont le Royaume-Uni quittera l'UE.

"Les problèmes les plus importants restent à négocier, de nombreuses conséquences restent cachées", estime Carmen Smith, partisane du mouvement For our Future (Pour notre futur), citée dans un communiqué. "Le temps presse. C'est un sujet urgent. "L'élite du Brexit" a montré qu'elle était incapable de résoudre le problème. Mais vous, vous pouvez, en demandant un vote du peuple".

L'idée d'un nouveau référendum a gagné en popularité ces derniers mois au Royaume-Uni et des personnalités politiques de tous bords la soutiennent, comme l'ancien Premier ministre travailliste Tony Blair. Parmi les orateurs attendus samedi dans le centre de Londres figurent le maire travailliste de Londres, Sadiq Khan, ainsi que des députés des partis conservateur, travailliste, libéral-démocrate, vert, et du SNP (parti indépendantiste écossais).

Blocage sur la question irlandaise

Vendredi, alors qu'elle s'entretenait avec plus de 130 chefs d'entreprise pour faire le point sur les négociations avec l'UE à la suite du sommet de cette semaines, Theresa May a assuré que des "progrès importants" avaient été réalisés avec l'UE en vue d'obtenir un accord sur le Brexit qui permettra une "relation commerciale harmonieuse avec l'UE".

Les négociations entre Londres et Bruxelles bloquent en particulier sur la question de l'Irlande, les deux parties n'arrivant pas à se mettre d'accord sur une solution pour éviter le rétablissement d'une frontière physique dure entre la province britannique d'Irlande du Nord et la république d'Irlande qui restera dans l'UE après le Brexit.

La Première ministre a déclaré aux entreprises que Londres comme Bruxelles souhaitaient que leur future relation soit en place "d'ici la fin décembre 2020", à l'issue de la période de transition qui suivra le Brexit, afin que le "filet de sécurité" ("backstop") destiné à trouver une solution pour l'Irlande ne soit pas utilisé.

De son côté, Michel Barnier, négociateur en chef de l'Union européenne sur le départ du Royaume-Uni a déclaré vendredi que "les Européens sont à 90% d'accord avec les Britanniques sur un accord de sortie qui reste cependant incertain en raison notamment de la question de la frontière irlandaise,

"Ma conviction est qu'il faut un accord. Je ne suis pas encore sûr que nous l'obtiendrons. Il est difficile, mais possible", a-t-il assuré sur France Inter,

Theresa May a exhorté les chefs d'entreprises "à ne pas perdre de vue la récompense" du Brexit: "une relation commerciale harmonieuse avec l'UE et la possibilité de rechercher de nouvelles opportunités et d'ouvrir de nouveaux marchés avec des partenaires commerciaux du monde entier".

Commentaires 54
à écrit le 22/10/2018 à 12:19
Signaler
Les fonctionnaires britanniques demandent un second référendum! Les fonctionnaires britanniques peuvent aller se rhabiller. Ils n'ont aucun pouvoir. La Reine a validé par sa royal sanction le Brexit. Après le défilé des canidés, voici le "défilé" d...

à écrit le 22/10/2018 à 8:40
Signaler
"Plusieurs dizaines de milliers de Britanniques partisans du maintien du Royaume-Uni au sein de l'Union européenne défilent ce samedi dans les rues de Londres" Plusieurs dizaine de milliers "monstre" ? Cela est arrivé souvent au début que la ...

à écrit le 21/10/2018 à 14:25
Signaler
Visiblement, une frange minoritaire britannique a un très sérieux problème avec la Démocratie. Elle conteste et contestera le résultat du vote jusqu'à ce qu'il aille dans son sens. Un mouvement dictateur de la pensée ?

le 22/10/2018 à 6:41
Signaler
Le "leave" a recueilli 51,98% des voix des 72% des électeurs qui ont participé. Le vrai problème avec la démocratie c'est de vouloir faire croire que ce gros tiers d'électeurs qui a voté leave traduit de façon définitive et irréversible la volonté du...

le 25/10/2018 à 17:32
Signaler
La question était mal posée, il fallait demander 1 Voulez vous quitter l'UE pour sortir du libéralisme et créer une société socialiste (26%) 2 Voulez vous quitter l'UE pour appliquer un libéralisme sans limite (26%) 3 Voulez vous rester dans l'UE ...

à écrit le 21/10/2018 à 10:44
Signaler
Quelle merveilleuse idee que j'ai eu de foutre le camp de cette pretendue Union. La democratie est foulee. Mepris des peuples.

le 21/10/2018 à 13:54
Signaler
La Corée du Sud n'a pas de leçon à donner à l'UE: corruption, main-mise des chaebols sur l'économie, classe politique pourrie, place des femmes dans la société rétrograde et pour enfoncer le clou: soumission totale aux USA. Pour rappel la Corée du ...

le 25/10/2018 à 17:34
Signaler
Sauf erreur, cette manifestation n'a pas entrainée de second référendum, le Brexit suit son cours. Le mépris des peuples, c'est celui des menteurs du Leave.

à écrit le 21/10/2018 à 10:09
Signaler
@Atlee 20/10/18 18.00 .......ceux qui ont autemps de voix que les autres alors qu’ils vivent au dépens des autres avec quelques dumping divers et variés...... Comme La France en non respectant les traites signes.

à écrit le 21/10/2018 à 9:16
Signaler
Le brexit, qui est susceptible d'anéantir l'économe britannique, doit avoir leu pour servir d'exemple aux autres (quitte a prévoir une procédure de réadmission simplifiée du Royaume-Uni mais sans aucun opt-out si les britanniques, après avoir pris la...

à écrit le 21/10/2018 à 0:15
Signaler
La solution est de faire enfin les Etats-Unis d'Europe. On forme une entité unique dont il n'y a plus aucune raison de sortir. L'Europe n'est pas une auberge espagnole. Ca fait des siècles que l'on cherche à faire à l'Europe alors allons-y.

le 21/10/2018 à 11:05
Signaler
Hypocritement, on combat les nationalismes des peuples pour créer un nationalismes version empire pour la finance!

le 22/10/2018 à 9:05
Signaler
"On forme une entité unique" ah bon, retirez vos lunettes. "il n'y a plus aucune raison de sortir" si mon appartement ne me plait plus, j'en change, je me barre de ce que je ne supporte plus. Le seul petit truc que m'a apporté l'Europe, c'est que je ...

à écrit le 20/10/2018 à 23:51
Signaler
L'augmentation de la nourriture à cause de l'effondrement de la monnaie nationale, ça réveille les gogos qui ont voté oui au Brexit en écoutant des mensonges populistes, et ça enrage les gens lucides qui avaient voté contre. De plus, les Anglais com...

le 21/10/2018 à 11:58
Signaler
Effondrement de la monnaie nationale ? Non, juste baisse liée à l'incertitude. Et la monnaie britannique était de toute façon très élevée. Sinon, c'est être "lucide" que de voter pour l'UE ? Peut-être fais-tu référence à la libéralisation à outrance,...

à écrit le 20/10/2018 à 20:51
Signaler
Les anglais ont voté sur des mensonges colportes par des politiciens véreux des 2 bords. C' est cela la démocratie ! Un second référendum s'impose car l'imposture est aujourd'hui pleinement diffusée .

le 22/10/2018 à 9:07
Signaler
On pourrait refaire un référendum en France parce qu'il me semble que Sarko s'est assis sur celui de 2005, après celui de 1992, non, ce n'est bon que pour le Brexit !

à écrit le 20/10/2018 à 20:39
Signaler
OK, moi je demande que les français votent à nouveau le référendum de 1992 !

le 21/10/2018 à 6:28
Signaler
L'UPR comme le RN roulent pour Poutine : retournez donc en Sibérie

le 21/10/2018 à 8:05
Signaler
@La Réalité, Poutine est de passage, tout comme Trump et Macron...ceci étant dit, je ne vois pas le rapport entre ma demande et votre commentaire.

le 21/10/2018 à 9:03
Signaler
...ou celui de 2005 ?

le 21/10/2018 à 9:31
Signaler
l'UPR est comme M.Poutine, Trump et Macron à une différence près et de taille les Présidents sont connus mondialement l'UPR une couverture au niveau d'une secte une parole inaudible.

le 25/10/2018 à 17:37
Signaler
Vous voulez refaire Maastricht et 1992 ? La question posée serait donc "Voulez vous quitter l'Euro et revenir à une monnaie nationale ?" Allons y, on fonce, je vous rappelle juste que dans les sondages c'est les partisans de l'Euro qui gagnent lar...

à écrit le 20/10/2018 à 20:15
Signaler
Il est d' autant plus facile de comprendre la volonté de Brexit des anglais que les arguments habituels de la propagande européiste, dont sont abreuvés aussi les européens au sens large, et qu' on leur avait pastillé depuis Maastricht...

le 21/10/2018 à 9:09
Signaler
L'UE a parfaitement réagi aux mesures protectionnistes US sur l'acier par des mesures ciblées sur des produits et services produits dans les états et circonscriptions tenus par les soutiens de Trump. Autrement dit les mesures de rétorsion frapperont...

le 21/10/2018 à 14:03
Signaler
@bartabas L'UE a correctement répliquée contre les USA ces dernières années. Ce n'est pas le Royaume-uni qui sera en position de le faire.

à écrit le 20/10/2018 à 19:50
Signaler
"Plusieurs dizaines de milliers de Britanniques partisans du maintien du Royaume-Uni au sein de l'Union européenne" Ils ont voté au moins la première fois ? On s’aperçoit quand même que l'Europe divise maintenant les peuples entre eux , les fami...

le 21/10/2018 à 6:30
Signaler
Ce n'est pas l'Europe qui divise ce sont les partis populistes comme ceux de Nigel Farage, le FN, la France insoumise etc tous ceux soutenus par Poutine et le FSB.

le 21/10/2018 à 8:10
Signaler
@La Réalité, si le populisme monte c'est bien à cause de l'UE !! L'UE divise, c'est d'une évidence !!

le 21/10/2018 à 14:09
Signaler
@lachose Vous êtes comique ... Ce n'est pas l'UE qui divise les britanniques mais l'idée de quitter l'UE !

le 21/10/2018 à 19:46
Signaler
"Ce n'est pas l'UE qui divise les britanniques mais l'idée de quitter l'UE !" Quitter ou rester ,cela vient bien de l'UE, non ,si les gens était satisfait ,ils ne se poseraient même pas la question. Ton "Vous êtes comique ..." c'est pour donner...

le 21/10/2018 à 19:48
Signaler
@la réalité Non, je pense plutôt que ce sont de gens comme toi, qui révulsent une partie de la population.

à écrit le 20/10/2018 à 19:38
Signaler
Tout tourne autour du souhait des britanniques mais les politiques des 27 oublient comme d'habitude l'avis des autres citoyens. Pour ma part m^me si le R.U est le rare pays avec lequel notre commerce extérieur est excédentaire je ne souhaite aucuneme...

à écrit le 20/10/2018 à 19:32
Signaler
Les européistes ont les moyens financiers pour subventionner les revendications en leur faveur, les autres n'ont que les yeux pour pleurer l'argent qui s’échappe vers Bruxelles!

à écrit le 20/10/2018 à 19:01
Signaler
Il serait logique que les britanniques revotent puisqu'on leur a menti notamment en leur faisant croire que le système de santé allait bénéficier d'un brexit. sabilités. Mais il est préférable qu'ils sortent, ils ont toujours poussé l'UE dans la ...

le 22/10/2018 à 9:18
Signaler
L'EU n'a besoin de personne pour être poussée dans la mauvaise direction elle le fait très bien elle même avec toutes ses cohortes d'inutiles. D'autre part, pourrait-on revoter pour 2005 par exemple, ce qui est bon pour les britanniques devrait êtr...

à écrit le 20/10/2018 à 18:31
Signaler
Ce qui me surprend c est le fait que se soit la GB qui s occupe de la frontière entre elle est l Irlande . En sortant de l UE le rétablissement d une frontière entre l Irlande et la GB n est plus du ressort de la GB mais celui de l Irlande exclusi...

à écrit le 20/10/2018 à 18:02
Signaler
Il faut faire voter la chambre des Lords,comme ils sont l'émanation du vote populaire seul leur verdict est légal.

à écrit le 20/10/2018 à 16:54
Signaler
Les britanniques ont voté pour le Brexit en 2016, certes.... mais ils avaient voté pour entrer dans l'union européenne en 1973 ! Pourquoi le vote de 2016 interdirait de reposer la question maintenant, puisqu'en 2016, on a reposé la question de l'adh...

le 20/10/2018 à 17:39
Signaler
Vous avez tout a fait raison. On reposera la question... dans 40 ans ! D’ici la, Brexit means Brexit. Et arrêtez avec cet argument absurde de la frontiere irlandaise. Avec les dizaines de miliards qui se deversés sur l’irlande depuis 30 ans du a leur...

le 20/10/2018 à 17:41
Signaler
Absolument, leur problème est insolvable autrement.

le 20/10/2018 à 19:25
Signaler
sauf que depuis le référendum, les anglais se sont rendus aux urnes et ont confirmé leur vote en envoyant à Westminster la majorité qui a activé la procédure de divorce, et qui tente de sortir du merdier dans lequel elle s'est mise avec le pays avec ...

le 20/10/2018 à 19:37
Signaler
Le problème c'est que les européens ne comprennent jamais la question posé lors des référendums et ils ont la réputation de mal voter! Vive la dictature?

le 20/10/2018 à 20:27
Signaler
@Viktor, définissez "Bobo". Avec 16,1% de la population sous le seuil de pauvreté (en 2010), on est loin d'une population. Les revenus médians et moyens sont comparables à celui de la France, mais le coût de la vie y est plus élevé. "Et arrêtez ...

le 20/10/2018 à 20:54
Signaler
et donc... on la place où, la frontière ???? Parce que Theresa May elle-même a entériné l'impossibilité de la mettre entre Eire & Ulster !! ???

à écrit le 20/10/2018 à 15:41
Signaler
"Il n'y aura pas de second référendum. Les gens ont voté" La démocratie, mais seulement quand ça m'arrange. Quoi qu'en pensent les gens sur le moment, le problème reste toujours le même : Les Etats européens sont trop petits pour défendre s...

le 20/10/2018 à 16:35
Signaler
100% d'accord avec vous, Tom. Il faut faire évoluer l'UE, certainement pas en sortir... et, comme pour Schengen ou l'euro, mettre en place des politiques communes auxquelles adhéreront ceux qui veulent avancer, et retirer leur pouvoir de nuisance à ...

le 20/10/2018 à 17:47
Signaler
Non, non, non. Vous avez beau répeter cette antienne ad nauseam, ca n’en fait pas une verité. L’essentiel de l’humanité se débrouille tres bien sans appartenir a une quelconque entité administrative super-etatique.

le 20/10/2018 à 18:00
Signaler
Pour les 2 : 1° le Ru de 1973 n'était pas dans la même situation qu'en 2016. Par contre, je doute qu'une personne honnête puisse trouver la moindre différence entre 2016 et 2018. 2° Les perdants au RU ont voté pour ce brexit du fait de leur situati...

le 20/10/2018 à 19:44
Signaler
Abattre de "nationalisme" des peuples pour obtenir un nationalisme version empire pour la finance n'a aucun sens sinon la guerre! A l'intérieur comme a l'extérieur!

le 20/10/2018 à 20:33
Signaler
@Viktor "L’essentiel de l’humanité se débrouille tres bien sans appartenir a une quelconque entité administrative super-etatique." Mouais... définissez surtout "se débrouille très bien". @Lyonnais "et retirer leur pouvoir de nuisance à ceux qui v...

le 20/10/2018 à 20:55
Signaler
De quelle humanité parlez vous... pour voir ??

le 20/10/2018 à 23:33
Signaler
L' UE est irréformable, pourquoi ...? François Asselineau, président-fondateur de l'Union Populaire Républicaine, parti du Frexit, nous montre comment l'Union Européenne a été conçue dans le but de neutraliser la souveraineté des états, et en...

le 21/10/2018 à 10:07
Signaler
@ atlee : 1) En effet. En toute logique, il faudrait attendre que l’économie britannique se ruine avant de lancer un deuxième référendum. Mais on ne peut pas en vouloir à certains britanniques de vouloir zapper ce moment désagréable. 2) « les b...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.