Recherche et développement : l'Europe encore loin de ses objectifs

 |   |  631  mots
La Suède est le pays qui consacre le plus de dépenses en recherche et développement, rapportées au PIB.
La Suède est le pays qui consacre le plus de dépenses en recherche et développement, rapportées au PIB. (Crédits : © Benoit Tessier / Reuters)
Bien que les Etats et les entreprises en Europe redoublent d'efforts pour financer la recherche et les innovations, le niveau des dépenses se révèle bien inférieur aux objectifs fixés par les institutions européennes. Ce retard, très difficile à combler, pourrait avoir des conséquences économiques en termes de compétitivité.

La recherche et développement ne fait pas partie des priorités de l'Union européenne actuellement. Selon de récents chiffres de la Commission européenne, les Etats membres de l'UE ont dépensé plus de 302 milliards d'euros en 2016 contre 300 milliards en 2015. Mais derrière ces chiffres relativement importants se cachent des disparités entre les pays et une stabilité dans les dépenses qui pourraient se révéler préjudiciables pour l'Europe dans la course planétaire à l'innovation.

La Suède largement en tête

Au classement des pays les plus engagés dans la recherche et le développement, figurent la Suède (3,25% du PIB) et l'Autriche (3,09% du PIB) suivies de l'Allemagne (2,94% du PIB). A l'inverse, la Lettonie (0,44%), la Roumanie (0,48%), et Chypre (0,50%) se placent en bas de tableau. Pour la France, Eurostat indique que les dépenses ont représenté 2,22% du PIB selon des données pour 2015 encore provisoires. (Les données pour 2016) n'étaient pas disponibles. La moyenne européenne se situe à 2,03%.

Sur la dernière décennie, l'intensité de R&D (*) a progressé dans 22 États membres, les plus fortes hausses étant relevées en Autriche (de 2,36% en 2006 à 3,09% en 2016, soit +0,73 point de pourcentage - pp) et en Belgique (+0,68 pp). En revanche, l'intensité de R&D a diminué dans 6 États membres et plus particulièrement en Finlande (de 3,34% en 2006 à 2,75% en 2016, soit -0,59 pp) et au Luxembourg (-0,43 pp).

Un retard aux conséquences néfastes

Dans le cadre de la stratégie Europe 2020, les institutions européennes réaffirment régulièrement la nécessité "de convertir l'expertise scientifique de l'Europe dans des produits et services commercialisables, en recherchant l'intervention du secteur public pour stimuler le secteur privé et supprimer les goulets d'étranglement qui empêchent les idées d'atteindre le marché".

L'un des indicateurs régulièrement évoqué correspond à l'objectif de 3% à atteindre pour l'intensité de recherche dans l'Union d'ici à 2020. Mais au regard des chiffres précités, seulement 2 pays sur 28 ont atteint cet objectif et il est peu probable que la majorité des Etats atteignent cette cible d'ici à 2020. Par ailleurs, cet objectif des 3% avait déjà été fixé au sommet de Lisbonne en 2000 pour être atteint...en 2010.

Avec ce retard pris, la place de l'Europe dans la course à la recherche et à l'innovation pourrait se détériorer sur la scène internationale. En effet, l'intensité de R&D dans l'UE était beaucoup plus faible qu'en Corée du Sud (4,23% en 2015), qu'au Japon (3,29% en 2015) et qu'aux États-Unis (2,79% en 2015), tandis qu'elle se situait à peu près au même niveau qu'en Chine (2,07% en 2015). Ce retard pourrait avoir un impact important en termes de compétitivité pour les entreprises du continent européen notamment.

Les entreprises s'investissent

En 2016, les entreprises ont été les premiers acteurs en termes de dépenses dans la recherche et le développement à l'exception de Chypre, de la Lettonie et de la Lituanie (où le secteur de l'enseignement supérieur était dominant). Les taux les plus élevés de dépenses de R&D effectuées dans le secteur des entreprises ont été observés en Slovénie (76%), en Hongrie (74%), en Bulgarie (73%), Sur les des dix dernières années, le taux de R&D effectuée par les entreprises a augmenté dans 20 États membres, tandis qu'il a baissé dans 8 autres.

Pour la France, la part des entreprises a légèrement augmenté (de 63% en 2006 à 65% en 2016) tout comme celle de l'enseignement supérieur (de 19% à 20% en 10 ans). A l'inverse, la part des administrations publiques a baissé passant de 16% à 13%.

| Lire aussi : Recherche et développement : qui sont les pays leaders en Europe ?

__________

(*) L'intensité de R&D d'un pays est définie comme le total des dépenses de R&D exprimé en pourcentage du produit intérieur brut (PIB).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/12/2017 à 11:21 :
Vous parlez de l'Europe ou de l'UE de Bruxelles? Il y a des pays qui se portent très bien en dehors de cette administration extra-territoriale!
a écrit le 05/12/2017 à 10:53 :
C’est très inquiétant, car cela hypothèque l’avenir européen en tant que puissance économique et industrielle (ou technologique). Au delà de cela, en cas de déclin économique on assiste souvent à des replis sur soi et du protectionnisme qui ne font qu’accélérer le processus. On n’en est pas là mais il faut en effet promouvoir les initiatives, d’autant plus que ce ne sont pas les problèmes à régler qui manquent, ne serais que développer les technologies énergétiques renouvelables, le numérique, la robotisation, etc… N’oublions pas un domaine primordial, qui en apparence n’a rien à avoir avec la R&D mais qui pourtant est à l’origine du développement économique dans de nombreux secteurs : la culture.
Réponse de le 05/12/2017 à 15:09 :
Au sujet de la culture, j’ai parlé trop vite, il existe le programme « Europe Créative » : https://www.touteleurope.eu/actualite/la-politique-europeenne-de-la-culture.html
La difficulté étant (comme souvent) de se mettre d’accord sur des idées et des politiques communes.
Après tout la diversité fait partie de la culture, c’est même le cœur de la richesse culturelle.
a écrit le 05/12/2017 à 10:50 :
L'Italie , la Grande Bretagne , la Suisse ne figurent pas ; cela aurait pu permettre de mettre mieux en perspective le retard accumulé par la France. Rendez vous dans 5 à10 ans pour voir les conséquences sur notre emploi .Article intéressant au demeurant.
Réponse de le 05/12/2017 à 20:05 :
Regardez mieux, l'Italie (1.29) et le Royaume-Uni (1.69) y figurent bien. Quant à la Suisse, elle n'est pas incluse dans le classement étant donné qu'elle n'est pas membre de l'UE.
a écrit le 05/12/2017 à 10:24 :
C’est très inquiétant, car cela hypothèque l’avenir européen en tant que puissance économique et industrielle (ou technologique). Au delà de cela, en cas de déclin économique on assiste souvent à des replis sur soi qui ne font qu’accélérer le processus. On n’en est pas là mais il faut en effet promouvoir les initiatives, d’autant plus que ce ne sont pas les problèmes à régler qui manquent, ne serais que développer les technologies énergétiques renouvelables, le numérique, la robotisation, etc…
N’oublions pas un domaine primordial, qui en apparence n’a rien à avoir avec la R&D mais qui pourtant est à l’origine du développement économique dans de nombreux secteurs : la culture.
a écrit le 05/12/2017 à 8:57 :
"Distribution de dividendes : toujours plus !" https://www.latribune.fr/entreprises-finance/distribution-de-dividendes-toujours-plus-593518.html

Vu que les états sont aux abois financièrement à cause de l'arnaque à la dette il serait peut-être temps d'imposer un taux minimum d'investissement aux multinationales qui ne sont plus que concentrées à générer du profit aux actionnaires milliardaires qui vont s'empresser de soutirer cet argent à l'économie mondiale afin de le stocker dans des paradis fiscaux qui ne bénéficient à personne non ?

On est en train de laisser casser tout ses "jouets" au gamin que l'on a beaucoup trop gâté.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :