Les mutuelles peinent à respecter les règles de transparence financière

 |   |  340  mots
Le président de l'ACPR, François Villeroy de Galhau
Le président de l'ACPR, François Villeroy de Galhau (Crédits : © Axel Schmidt / Reuters)
Tous les organismes d'assurance devaient publier avant le 20 mai un rapport sur leur situation financière et de solvabilité à fin 2016. Beaucoup ont "oublié" cette obligation

L'échéance leur avait été annoncée de longue date, par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution, l'ACPR: les assureurs -tous sont concernés sauf les mutuelles encaissant moins de 5 millions d'euros de primes annuelles-  devaient publier avant le 20 mai "un rapport sur la solvabilité et la situation financière".

Un bon nombre d'acteurs se sont bien sûr soumis à cette règle. On a appris ainsi que Generali France, dont le patron, Eric Lombard,  vient d'être remercié, affichait une situation financière satisfaisante: son ratio de Solvabilité (couverture des exigences de fonds propres) atteint 232% pour Generali Vie et 184% pour Generali IARD. C'est à dire que les fonds propres disponibles représentent 232% du minimum requis pour Generali Vie et 184% pour la branche IARD. Le groupe CNP assurances affiche, lui, un ratio de couverture de 177% à fin 2016.

Côté mutuelles, le groupe Maif a aussi publié un chiffre très satisfaisant, montrant une forte capitalisation (ratio de 271%). Le géant de la santé, Harmonie Mutuelle, affiche un chiffre encore plus élevé (328,7%).

Un oubli?

En revanche, nombre d'autres mutuelles et groupes de protection sociale ont "oublié" de publier leur rapport de solvabilité -elles étaient sensées le faire sur leur site internet, ou alors elles ont tout fait pour qu'il reste invisible! Une des toutes premières mutuelles françaises, la MGEN , est dans ce cas. Tout comme des acteurs importants de l'assurance santé-prévoyance, comme le groupe de protection sociale Humanis (dont les rapports existent mais sont particulièrement bien cachés) ou Malakoff Médéric, qui ne publiera ce rapport que lors de la présentation de ces résultats, le 30 mai. On ne trouve rien sur le site de la Mutuelle Générale.

Le groupe AG2R n'a pas publié non plus de rapport société par société, il opte pour un rapport unique concernant le groupe, publié avant le premier juillet. D'autres acteurs, dans le domaine de l'assurance dommages, comme la mutuelle Matmut n'affichent rien, non plus,  sur leur site internet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/05/2017 à 9:39 :
Quelques approximations dans cet article: le ratio de solvabilité ne correspond pas au "minimum requis" (SCR vs MCR si vous vous plongez dans la réglementation). Ce ratio ne donne pas non plus une évaluation du niveau de "capitalisation"...
a écrit le 22/05/2017 à 13:03 :
Coupables mais pas condamnables, bienvenu en oligarchie système dans lequel ce ne sont pas les citoyens qui décident de leur avenir mais les seuls possédants.
Réponse de le 22/05/2017 à 14:10 :
Il reste tout de même aux citoyens la possibilité de choisir leurs mutuelles et de donc de décider de leurs avenirs..
Réponse de le 23/05/2017 à 20:42 :
Ha bon BH ?
Je suis bien content pour vous alors, car moi on m'a enlevé ce droit il y a un moment...
Mais il parrait que c'est pour être sûr que chacun est accès à une mutuelle compétitive. Ce dernier détail aurait dû être donné aux mutuelles.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :