Bonus : Nicolas Sarkozy obtient des engagements contraignants des banques

Les banques françaises ont promis de devenir "irréprochables" en matière de rémunération de leurs salariés. Le gouvernement va quant à lui tenter d'obtenir des régulations internationales. Et Michel Camdessus va être nommé superviseur des rémunérations dans les banques bénéficiant d'une aide publique.
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

"Les banques françaises, conformément à la demande du président de la république, ont pris l'engagement clair et vérifiable de se situer au meilleur niveau mondial de sécurité et d'éthique en matière de rémunération des salariés et des banques de financement et d'investissement", a déclaré ce mardi Baudouin Prot,  directeur général de BNP Paribas, à l'issue d'une réunion à l'Elysée.

En clair, les banques françaises ont accepté d'introduire une série de mesures dans leur dispositif de rémunération à la demande de Nicolas Sarkozy. En premier lieu, elles se sont engagées à ce que le versement des deux tiers des bonus soient désormais différé, afin de tenir compte une fois encore des résultats des banques. Et un tiers de cette partie différée sera versé en titre de l'entreprise employeur.

"Ce n'est pas à tous les coups on gagne"

A cela s'ajoute la mise en place un système de malus assujetti aux résultats des établissements. Les fameux "bonus", qui suscite l'ire de l'opinion publique depuis des mois ne devraient plus être automatiques, comme c'était le cas auparavant, mais fonction des performances financières des établissements bancaires. "Si les performances ne sont pas au rendez-vous dans la durée, la partie différée du bonus ne sera pas versée", a expliqué Nicolas Sarkozy, accompagné de la ministre de l'Economie, Christine Lagarde.

"Avant la réunion d'aujourd'hui, on versait des bonus, les traders prenaient les bonus, l'année suivante, leur activité perdait de l'argent, c'est le contribuable qui payait", a-t-il poursuivi. "Désormais, (...) le trader devra attendre trois ans pour toucher l'intégralité du bonus et si dans les deux années qui suivent son activité perd de l'argent, il ne touchera pas son bonus. Pas de bonus sans malus, ce n'est pas à tous les coups on gagne", a-t-il lancé.

Tentative de coordination internationale

Sur le plan mondial, le président compte demander que le G20 se prononce sur une limitation globale des bonus distribués. Lors du prochain sommet, à Pittsburgh, il proposera également aux pays membres de ne plus accorder de mandats aux banques ne respectant pas les règles internationales. Il a précisé que l'Etat français, pour sa part, ne travaillera plus avec les banques qui n'appliquent pas les règles sur les rémunérations des traders.

Dans une intervention au début d'une rencontre à l'Elysée avec les banquiers français, le chef de l'Etat avait déjà déclaré qu'il se battrait à Pittsburgh, fin septembre, pour amplifier les engagements pris lors du précédent sommet de Londres, le 2 avril dernier. "Je ne ménagerai pas mes efforts pour faire émerger sur ce sujet une approche européenne", a-t-il souligné. "Le problème est international et il doit être traité internationalement mais la France ne s'alignera pas sur le moins-disant ni n'attendra pour agir", a-t-il poursuivi. "Discutons des mesures nationales qu'il faut adopter immédiatement".

BNP Paribas divise son enveloppe par deux

Enfin, les banques françaises qui bénéficient de l'aide publique seront désormais soumises au contrôle d'un "tsar des rémunérations", ou "superviseur des rémunérations", Michel Camdessus, chargé de vérifier si les engagements sont tenus pour les cent plus importantes rémunérations de traders, a précisé le gouvernement.

Signe que le message a été entendu, Baudouin Prot, de BNP Paribas, a déjà annoncé que son établissement va réduire de moitié, à 500 millions d'euros, l'enveloppe prévue pour les bonus de ses traders au premier semestres. Cette même enveloppe qui a mis le feu aux poudres cet été.

Selon le texte de son intervention distribué par la présidence, il a également pressé les banques de continuer à prêter à l'économie française. Notant que la progression de leurs encours de crédit marquait une décélération sur les dernier mois, il a ajouté : "je voudrais que nous examinions ensemble les moyens à mettre en oeuvre pour tenir, voire dépasser, les objectifs que nous avons fixés dans le cadre du plan de financement de l'économie".

"Je ne veux pas que plane la moindre suspicion sur l'emploi des fonds publics", a assuré le chef de l'Etat. "Si l'Etat est intervenu, c'est pour que les banques soutiennent les entreprises et prêtent aux ménages, pas pour qu'elle spéculent".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 31
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Tous complices on nous prend vraiment pour des imbéciles. Rien ne changera Sarkosy + les banquiers le même camp. Comment croire cette mascarade.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
M. PROT serait bien inspiré de nous dire quel principe est appliqué pour rémunérer les traders et pour quelles raisons la finance internationale a besoin de traders.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Nos politicards et notre administration n'ont pas le courage de prendre les sanctions méritées par les dirigeants des banques qui ont RECYCLé des PRODUITS TOXIQUES et GéNéRé la crise gravissime. Il est assez probable que les banquiers savent qu'ils o...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Moi non plus.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Les banques EXIGENT DES CAUTIONS POUR ACCORDER LEURS PRETS et faire face à la crise DONT eux memes LES BANQUIERS FINANCIERS VOYOUS SONT RESPONSABLES - Les petits patrons, patrons de PME et de TPE, se trouvent ENFERMES ET ficeles "COMME des SAUCISSON...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Les BANQUIERS sont RESPONSABLES de LEURS TURPITUDES FINANCIERES - la crise ne justifie pas que les dirigeants des TPE et des PME s'endettent en donnat des garanties sous EXTORQUEES par les financiers banquiers BANDITS - CE QUI EST CLAIR, C'EST QUE CE...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
DEPUIS LES PREMIERS MOIS DE LA CRISE, les EXPERTS COMPTABLES bernent leurs clients en leur faisant epsérer que la crise ne va pas durer, que ca va epartir, TOUT CELA FAIT LE JEUX DES BANQUIERS VOYOUS - LE PROBLEME C'est QUE LA CRISE VA DURER JUSQU'A ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Encore une reunion pour rien. Engagement des banques? depuis un an le president et ses amis banquiers nous font le coup du "vous allez voir ce que vous allez voir". Pourquoi ne pas taxer les bonus à 75%? Pourquoi ne pas séparer les activités bancaire...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Lorsque l'on sait que les banques américaines telle Goldman Sachs reversent 50% de leurs revenus a leurs employes, les 7% désormais reverses par BNP a ses employés (les revenus de la banque d'investissement se sont élevés a 7 Milliards au premier sem...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Vous auriez du lire le billet dans Médiapart sur ce sujet avant de faire le vôtre. Le décalage, au moins dans le titre, est immense.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
CA ne sert a rien d'engager un plan sur 3 ans si les banques stressent touours sur des resultats court terme... le seul changement: ce seront les traders au coeur de la tourmente et non leurs dirigeants... et allez dire à goldman sachs de baisser leu...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Mais quand est ce que vous allez arreter de raconter des c.....? La banque de financement représente plus de 50% des revenue d'un groupe bancaire...Sans les traders et les banques de financements, la banque ne grandit pas, génère moins de revenues e...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
On se croirait de retour à la révolution française, une bande d'ignorant qui se montent la tête entre eux contre un faux ennemi commun.. Oui, décapitons les méchants banquiers! Soyez raisonnable et voyez un peu plus loin que le bout de votre nez...T...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
On se croirait de retour à la révolution française, une bande d'ignorant qui se montent la tête entre eux contre un faux ennemi commun.. Oui, décapitons les méchants banquiers! Soyez raisonnable et voyez un peu plus loin que le bout de votre nez...T...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Que ce soit les traders ou les grands patrons, on marche vraiment sur la tête! Un bonus, ce n'est pas automatique. Et ce n'est certainement pas quand l'entreprise va mal. On ne peut pas juger de la bonne santé d'une entreprise à si court terme... Je ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Cherchons banque dont les Traders travaillent pour les clients et non pas uniquement pour la banque ! Mrs, Mmes les Traders vous n'êtes pas des stars du foot ! les arguments que vous avancez sont fallacieux. Vous êtes en train de scier la branche su...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Je croyais que les banquiers savaient compter: deux tiers des bonus seront différés, et Baudoin Prot annonce que la provision pour ses bonus va être divisée par deux...Recalé au certificat d'études!! Quant à la part des bonus (1% ou 50%), j'aimerais...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Arbre qui cache la forêt. C'est légitime de taper sur les traders. Il ne faudra pas oublier les actionnaires des banques. Les versement de dividende et les cours de bourses sont à surveiller. Nous devons apprendre à diriger le fouet vers le haut de l...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Si l'état "se goinfre de revenus fiscaux c'est comme tu le dis pour payer tout ce dont tu profites paintenant ou dont tu paieras plus tard; pourquoi les banques ne paieraient-elles pas d'impôts???!!! Tu veux nous faire croire que c'est elles qui font...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Ce titre est n'est pas vraisemblable!

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
que de chose contre les pauvres banquiers, ils ne sont point responsable, l'Etat l'est par contre

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
du pipo et du vent comme le reste.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Plus de bonus en France ? Racket Fiscal ? Flicage généralisé ? Bye Bye la France ! On reviendra quand le pays aura été libéré.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Voila pourquoi je suis expatrie et non pas en France.... Trotskystes aveuglés par la propagande gauchiste. je travaille pour une banque Francaise a l'etranger et gagne 2 fois plus que mes collegues francais pour le meme poste....cherchez l'erreur...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Que le monde politique nous fasse grace de sa morale. A défaut de M. PROT, l'AFB devrait bien nous confirmer que les traders sont des vendeurs dont les bonus représentent la commission calculée selon leurs performances

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Je pense que seul mr 3nay peut redresser la barre et sauver l'univers bancaire.C'est l'unique représentant du 113 et grace à sa maturité d'estrpt et ces compétences en plein développement, ce jeune est prometteur et destiné au haut du gratin bancaire...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
réponse à expatal Vous avez décidé de travailler à l'étranger pour une meilleure rémunération grand bien vous en fasse. Vous semblez dans votre discours penser que c'est un perte pour notre pays. Ne vous en déplaise on peut trés bien se passer de vo...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Hélas ! Encore un simulacre de plus ! C'est toujours pareil .On ne veut rien changer au fond ; tout au plus recherche-t-on plus d'apparence de maîtrise en rendant la vilaine chose plus étalée et discrète ; on gruge l'opinion avec de subtiles tromperi...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Ce qui plombe le climat avec les Politiques ( avec le tres juteux cumule des mandats ) , c'est de savoir que des types du secteur bancaire gagnent plus qu'eux ! Et les Politiques sont ils soumis à un controle de leurs rémunérations ( je ne parle meme...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Il y a encore des traders (ici même sur site) qui se croient toujours les maîtres du monde. Bien content que le gouvernement remette de l'ordre dans tout cela, même si on peut douter, venant d'un gouvernement UMP, de l'application de ces mesures. o...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Posez vous tous la question: A votre avis d'où provient le patrimoine (immobilier, capital, loobing) colossal des banques. Sans obligation "légalisée" des dépôts des clients et des ventes de produits virtuels sans contre-partie d'adossement, comment ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.