Rumeur d'augmentation de capital géante pour Lloyds Banking Group

 |   |  295  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
La banque britannique partiellement nationalisée préparerait une levée de fonds de 15 milliards de livres pour échapper au dispositif gouvernemental de couverture de ses pertes de crédits selon la presse britannique.

Lloyds Banking Group (LBG) a été "sauvé" par la nationalisation partielle de l'Etat britannique il y a quelques mois, mais aujourd'hui le groupe bancaire a envie de retrouver son indépendance, selon le Financial Times (FT). Le quotidien affirme que la banque prépare une augmentation de capital géante de 15 milliards de livres (16,25 milliards d'euros) dans ce sens.

Si elle se réalise, cette levée de fonds sera la plus importante du genre au Royaume-Uni, devant l'augmentation de capital de 12,5 milliards de livres menée par HSBC au printemps. Selon le quotidien, en plus d'un appel au marché, LBG envisagerait de céder des actifs, dont la compagnie d'assurance Scottish Widows et de réduire son bilan. Un projet complet serait sur le bureau de la FSA, l'autorité britannique des services financiers.

Grâce à ces mesures radicales, LBG pourrait limiter la tutelle de l'Etat. Actuellement, le Trésor détient 43% de l'établissement, qui va devoir entrer dans le dispositif de protection des actifs (Asset Protection Scheme) mis en place par le gouvernement en raison de sa situation financière encore fragile. Mais le groupe veut à tout pris éviter cette solution, qu'il juge trop coûteuse et potentiellement inutile, compte tenu de l'amélioration de la conjoncture. Surtout, son adhésion au programme entraînerait une nouvelle montée de l'Etat dans son capital, à hauteur de 65%.

D'après le FT, Londres soutient le projet d'augmentation de capital de LBG et serait prêt à y souscrire à hauteur de 6,5 milliards de livres. Pour le gouvernement, les velléités d'indépendance de la banque londonienne ne peuvent être une surprise. Déjà le mois dernier, elle avait déclaré mener des discussions pour réduire voire annuler sa participation au plan de protection des actifs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :