L'assureur auto Amaguiz en a sous le capot

 |   |  984  mots
Copyright DR
Copyright DR (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'assureur direct sur Internet filiale de Groupama, continue à titiller les grandes compagnies avec son assurance auto au kilomètre.


Un pied de nez aux assureurs traditionnels ! Voilà ce que fait Amaguiz.com, challenger de Direct Assurance sur Internet, et qui double même les plus grands en terme d?innovation. La filiale d?assurance directe de Groupama fait encore un pas en avant. Alors qu?Amaguiz est toujours le seul en France, avec le courtier Solly Azar (mais seulement pour les jeunes conducteurs), à proposer une assurance au kilomètre (ou "Pay as you drive", PAYD), elle améliore aujourd?hui son offre. C?est aussi le seul à rendre possible la résiliation automatique du contrat à tout moment.
L?idée pour Nelly Brossard, sa directrice générale : "créer un nouveau modèle économique". Lancé en juillet 2008, Amaguiz dispose aujourd?hui d?un portefeuille de 165 000 contrats, dont 110 000 en auto et 50 000 en habitation. Sachant qu?il s?est aussi lancé récemment dans la prévoyance, la santé et l?assurance chiens/chats.
Mais c?est bien avec le PAYD que la start-up s?est faite connaître en 2008, à grands renforts de communication avec Jean Rochefort, et qu?elle a aussi fait bouger les lignes sur le marché de l?assurance auto. Sur ses 110 000 contrats auto, 25% ont à ce jour choisi le PAYD.

Le boîtier au c?ur du réacteur

Depuis, tous les acteurs de l?assurance ont testé le PAYD, puis reculé, avant de lancer des forfaits kilométriques ou des "bonus" petits rouleurs. Axa ou Generali proposent par exemple un "Forfait 8000km" pour les personnes qui réalisent des trajets inférieurs à cette distance, Maaf ou encore GMF des réductions de primes pour les petits rouleurs. Sachant que les Français parcourent en moyenne 12 000 km par an, et qu?une offre PAYD devient réellement intéressante financièrement en dessous des 8 000 km.
Mais ces forfaits ne font que s?apparenter à du PAYD, puisqu?ils sont basés sur la déclaration de l?assuré puis sur un relevé de compteur du véhicule tous les ans, tandis qu?Amaguiz, fait payer ses assurés au kilomètre près (et donc au centime près), en installant un boîtier électronique GPS sur le véhicule de l?assuré.
C?est le c?ur du réacteur : le fameux boîtier est l?argument des détracteurs du PAYD qui en dénoncent les possibles détournements. On lit ainsi sur le site de Generali : "Malheureusement, vous devez vous faire poser un compteur de kilomètres, une sorte de "mouchard" qui renseignera votre assureur sur vos kilomètres parcourus". Ou sur celui de MMA : "Et bien sûr, c?est zéro contrainte. Ni boîtier à installer, ni contrôle annuel de kilomètre à réaliser."

Une équation économique à résoudre

Au-delà de ces arguments qui jouent sur la peur du "flicage" des assurés, si les assureurs traditionnels ne l?ont pas mis en ?uvre, c?est parce qu?ils n?en avaient pas non plus résolu l?équation économique : car le boîtier et son installation ont un coût?  Amaguiz non plus n?est pas encore arrivé à l?équilibre, mais persiste dans cette voie en réajustant les paramètres de sa première mouture, justement pour améliorer sa rentabilité. Pour simplifier l?accès à cette offre, le boîtier a été changé. Il fallait auparavant se faire installer le boîtier par son garagiste, une démarche qui rebutait souvent les candidats au PAYD.
Le nouveau boîtier, qui a la forme d?une prise péritel, se pose désormais directement sur la prise diagnostic de la voiture. L?assuré peut donc le poser lui-même : un changement qui fait gagner du temps et de l?argent au client (qui payait sa désinstallation), tout comme à l?assureur (qui ne facturait pas à l?assuré l?installation par le garage).

1 centime d?euro par kilomètre

L?offre aussi a été revue : elle comprend toujours un « abonnement » fixe et une prime variable suivant le nombre de kilomètres effectués. Mais l?abonnement, autrefois à tarif unique, a été segmenté en fonction de trois critères : le type de véhicule, son utilisation (nature et fréquence des trajets) et la formule choisie (tiers, tous risques). Là encore, tout le monde s?y retrouve : le prix est calculé au plus juste de l?utilisation du client, et l?assureur, en segmentant son risque, devrait voir ses résultats techniques s?améliorer.  Le tarif reste très compétitif : entre 9.90 euros et 16.90 euros par mois pour le forfait, auquel s?ajoute 0.01 euros par kilomètre roulé.
Enfin, chaque année, à l?image de la facture EDF, Amaguiz procède à la révision à la hausse ou à la baisse du prix du forfait par rapport aux déclarations de l?assuré. Un principe adopté également par MMA avec son "remboursement kilométrique".

Où suis-je garé ?

Amaguiz y ajoute des services : la possibilité de suivre quotidiennement sa « consommation » de kilomètres sur son espace Internet, un service "où suis-je garé ?" grâce à la localisation par Google Map, et l?envoi du numéro d?assistance par SMS grâce à la détection potentiel d?accident via l?accéléromètre intégré au boîtier. La CNIL a par contre demandé à ce que ce dernier service soit optionnel et à ce que les assurés puissent se déconnecter de la fonction "où suis-je garé".
Une nouvelle campagne de communication doit sortir sous peu, le budget d?Amaguiz restant quant à lui inchangé, à 13 millions d?euros par an.
Très secrète sur les chiffres, Nelly Brossard reconnaît néanmoins avoir des "objectifs de souscription ambitieux" et viser au minimum une proportion de 25% de contrats PAYD sur le total des contrats auto.  Ces nouvelles avancées devraient en tous cas faire quelques remous dans le Landerneau de l?assurance et donner encore des idées à certains?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/06/2012 à 6:48 :
L'assurance au km a été inventée par la Compagnie Rhin et Moselle il y a plus de 20 ans et est toujours commercialisée aujourd'hui par Allianz avec beaucoup de succès
Amaguiz n'a donc rien innové ! Mais ils savent bien communiquer...
Réponse de le 01/06/2012 à 12:36 :
... Et sont très bien place niveau tarifs.
Réponse de le 01/06/2012 à 14:36 :
Ce qui est dérangeant c'est qu'il s'agit toujours des gros groupes dérrière ces compagnies "low cost". Donc quand l'un pose problème l'autre nous inspire pas forcément plus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :