La Caisse des dépôts cède une partie d'Egis à Tikehau Capital qui devient son premier actionnaire

Après la cession par la Caisse des Dépôts d'un large bloc du capital à Tikehau Capital, Egis a l'ambition de conquérir de nouvelles parts de marchés avec son nouvel actionnaire majoritaire. Lequel veut mettre à contribution cette société d'ingénierie pour se positionner auprès des gouvernements sur les budgets de la relance post-Covid-19.
La Caisse des dépôts, bras financier de l'État, détient aujourd'hui 75% d'Egis et deviendra donc minoritaire à l'issue de l'opération.
La Caisse des dépôts, bras financier de l'État, détient aujourd'hui 75% d'Egis et deviendra donc minoritaire à l'issue de l'opération.

La Caisse des dépôts est entrée en négociation exclusive avec le gestionnaire d'actifs Tikehau Capital pour lui céder 42% d'Egis, sa filiale spécialisée dans l'ingénierie de la construction, ont annoncé jeudi les deux parties. L'opération valorise ainsi la société d'ingénierie de la CDC autour de 800 à 900 millions d'euros, selon Les Echos. Le reste du capital d'Egis sera détenu, comme aujourd'hui, par des salariés du groupe.

Le montant de l'opération n'a pas été dévoilé et celle-ci "pourrait être réalisée d'ici la fin 2021, sous réserve de l'approbation des autorités administratives et réglementaires compétentes", précise le texte.

"L'arrivée de Tikehau Capital représenterait une étape majeure pour la réalisation du plan stratégique d'Egis, prioritairement axé vers le grand international, et visant, avec un doublement du chiffre d'affaires à horizon cinq ans, à positionner le groupe dans le Top 10 mondial de l'ingénierie", explique le communiqué. Les cadres partenaires, qui détiennent 19%, auront la possibilité de céder ou d'acquérir 2% auprès de Tikehau Capital.

L'appétit de l'international

De fait, Egis cherche à accélérer notamment aux Etats-Unis où un plan massif de Joe Biden a été voté pour financer de nouvelles infrastructures. La filiale spécialisée dans le conseil, l'ingénierie et l'exploitation des infrastructures, réalise déjà 62% de son chiffre d'affaires (de 1 milliard d'euros en 2020) à l'international. Aussi, elle rêve d'intégrer le Top 10 dans les mobilités et transports, l'eau, l'énergie, les services urbains et la ville durable. Le groupe se positionne actuellement plutôt autour du 20e rang mondial.

Pour aller plus vite, Egis, qui s'intéresse aussi aux startups, pourrait être tenté d'accélérer sur la croissance externe en ciblant les nouvelles technologies dans les secteurs du bâtiment et des infrastructures.

Une ambition que va lui permettre de réaliser son nouvel actionnaire majoritaire. Tikehau Capital, un spécialiste de la gestion d'actifs alternatifs qui s'est fait un nom dans le monde de la finance en quelques années, se montre offensif sur les nouveaux moyens de lever des fonds pour les entreprises. En avril, il annonçait la co-création du plus important SPAC européen (Special Purpose Acquisition Company).

Ses actifs sous gestion ont progressé de 20% au cours des 12 derniers mois pour atteindre 30,9 milliards d'euros à la fin juin 2021. Le résultat net du groupe, qui veut se présenter comme "un partenaire de choix pour les gouvernements européens souhaitant soutenir la reprise économique post-Covid-19"se chiffre à 176 millions d'euros à la fin juin.

La Caisse des dépôts, bras financier de l'État, détient aujourd'hui 75% d'Egis et deviendra donc minoritaire à l'issue de l'opération. Le groupe public est l'une des clés de voûte du plan de relance de l'Etat post-Covid-19. Transition écologique, logement, infrastructures, au total, la CDC va devoir investir 26 milliards d'euros dans les deux ans pour participer à la relance de l'économie.

(avec agences)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.