Le taux du Livret A sera maintenu à 0,75% jusqu'à l'été 2017

 |   |  308  mots
Jamais, depuis sa création en 1818, le Livret A n'a affiché un taux inférieur à 0,75%.
Jamais, depuis sa création en 1818, le Livret A n'a affiché un taux inférieur à 0,75%. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
En théorie, le taux du Livret A aurait dû reculer à 0,50% début août, si la formule permettant son calcul avait été strictement appliquée. Mais Bercy a choisi de suivre la recommandation du gouverneur de la Banque de France.

Le taux du Livret A va être maintenu à 0,75% jusqu'en août 2017, le gouvernement ayant choisi de suivre des recommandations formulées en ce sens par le gouverneur de la Banque de France, selon un communiqué de Bercy publié mardi. La rémunération des plans d'épargne logement (PEL) sera, elle, revue à la baisse pour les PEL ouverts à partir du 1er août puisqu'elle sera fixée à 1%, contre 1,5% pour les plans ouverts actuellement.

En théorie, le taux du Livret A aurait dû reculer à 0,50% début août, si la formule permettant son calcul avait été strictement appliquée. Celle-ci repose essentiellement sur l'inflation hors tabac, actuellement très basse. Mais, comme il en a la possibilité, le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a choisi de ne pas la suivre. Il a ainsi préconisé un maintien de la rémunération de ce produit d'épargne --le plus répandu en France-- et son choix a finalement été entériné par le gouvernement.

Jamais, depuis sa création en 1818, le Livret A n'a affiché un taux inférieur à 0,75%. Dans un objectif de stabilité pour ce livret, le gouverneur a proposé de ne pas modifier ce taux lors de sa future révision prévue le 1er février 2017, ce que le gouvernement a également accepté.

La formule de calcul du taux doit, en outre, être modifiée afin de réduire sa volatilité. Aucun détail n'a pour le moment été communiqué sur ce qu'elle pourrait devenir. Pour le moment, elle fait intervenir l'inflation (hors tabac), majorée de 0,25 point. Il faut ensuite arrondir au quart de point le plus proche pour obtenir le taux théorique du Livret A. Chaque année, cette rémunération est revue deux fois, le 1er février et le 1er août (AFP).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/07/2016 à 9:08 :
Pas d'inflation sur les prix, dans quelle région,dans quel magasin,le taux devrait augmenté plutôt .....
a écrit le 20/07/2016 à 8:08 :
Il faudrait à mon avis baisser drastiquement le plafond du livret A par exemple vers 7000 Euros, ce qui doit correspondre à l'épargne d'une majorité des gens et appliquer un taux supérieur. Tout le reste de l'épargne devrait subir la loi du marché et à chacun de prendre ou non ses risques d'investissement.Il faut canaliser l'épargne vers le productif en baissant les impôts sur les dividendes.
a écrit le 20/07/2016 à 7:40 :
Notre Président et toute sa clique son sans vergogne. Nos jeunes voient ce qu'est le socialisme en France.
Réponse de le 20/07/2016 à 9:13 :
Commentaire stupide et stérile
Réponse de le 20/07/2016 à 10:44 :
Pour rafraîchir ta mémoire selective :

C'est le Gouvernement Jean-Pierre Raffarin avait décidé de mettre en place une formule automatique de calcul du taux d'intérêt nominal, afin d'éviter l'intervention de décisions politiques. Ce dernier était en effet déterminé de manière discrétionnaire par le gouvernement en place ( sans grand effet apparemment).
Cette formule n'a toutefois pas été appliquée lors de la révision du taux du 1er février 2012. En effet, l’inflation à retenir du mois décembre 2011 (dernière connue) était de 2,4 % ce qui aurait dû conduire à rehausser le taux du livret A à 2,75 %. Mais, le Gouvernement Fillon a décidé de maintenir ce taux à 2,25 %.Un an plus tard, alors que l'inflation annuelle à 1,2 % aurait dû conduire à un taux de 1,50 % à partir du 1er février 2013 dans le cas de l'application de la formule, le ministre de l'Économie, Pierre Moscovici, décida de n'abaisser le taux que d'un demi-point, à 1,75 %.

Six mois plus tard, alors que l'inflation annuelle aurait dû conduire à un taux de 1 % à partir du 1er août 2013 dans le cas de l'application de la formule, le ministre de l'Économie, Pierre Moscovici, décida de n'abaisser le taux que d'un demi-point, à 1,25 %, ce qui représentait alors son taux historique le plus bas.
De la même façon, au 1er février 2014, alors que le gouverneur de la Banque de France préconise d'abaisser le taux à 1 % et que l'application stricte de la formule conduirait à l'abaisser à 0,75 %, le ministre décide de le maintenir à 1,25 %.
De toute, un mec de droite, ne compte pas que sur son livret A ,pour vivre non ?
Fin 2012, le nombre de livrets dont le solde est inférieur à 1 500 € représentait 64,2 % du total des livrets. Seuls 2,3 % des livrets A étaient crédités d'un solde supérieur au plafond.
a écrit le 19/07/2016 à 18:36 :
Tu l'as dit, bouffi ! Encore une déclaration démagogique pour récupérer des électeurs. Je me demande si on ne devrait pas passer un test d'intelligence minimale pour avoir le droit de voter, car les combines politiques fonctionnent à chaque fois parce qu'il y a suffisamment de gogos pour croire à leur salade !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :