Le Crédit mutuel lance un processus de sanction contre les dirigeants d'Arkéa

 |   |  439  mots
Interrogée, la CNCM a indiqué ne pas avoir de réaction pour ce soir.
Interrogée, la CNCM a indiqué ne pas avoir de "réaction pour ce soir". (Crédits : Crédit Mutuel)
La Confédération nationale vise les dirigeants de sa branche de l'Ouest, qui a engagé mi-janvier une procédure de divorce pour sortir de l'ensemble mutualiste. Un collectif de salariés dénonce une opération de sabotage.

La Confédération nationale du Crédit mutuel (CNCM) a lancé un processus de sanction à l'encontre des dirigeants de sa branche de l'Ouest, le Crédit Mutuel Arkéa (CMA), avec laquelle elle est en conflit, a annoncé vendredi soir un collectif de salariés du CMA.

Engagé début janvier, ce processus, qui pourrait aller jusqu'à une révocation, vise le PDG du groupe Jean-Pierre Denis, son directeur général Ronan Le Moal, ainsi qu'Anne Le Goff, directrice générale déléguée.

"Surpris et en colère"

"Il s'agit d'une procédure totalement artificielle, qui ne vise qu'à déstabiliser le groupe au moment où on engage un processus de consultation auprès des caisses locales", a réagi un membre de la direction d'Arkéa, confirmant ce processus de sanction, que le groupe a contesté devant la justice.  Le président de la Confédération nationale du Crédit mutuel, Nicolas Théry, tente "de décapiter notre entreprise dans le but de saboter le processus de vote de nos caisses locales", dénonce le collectif de salariés dans un communiqué.

"Nous sommes surpris et en colère", a indiqué à l'AFP Anne-Katell Quentric, porte-parole du collectif, informée dans l'après-midi comme tous les salariés d'Arkéa de ce processus de sanction.

"Nicolas Théry veut détruire l'entreprise et agiter les peurs auprès des salariés, des sociétaires et ça c'est complètement irresponsable", a-t-elle ajouté.

Interrogée, la CNCM a indiqué ne pas avoir de "réaction pour ce soir".

Une guerre ouverte depuis près de trois ans

Le Crédit Mutuel Arkéa, qui regroupe les fédérations Bretagne, Sud-Ouest et Massif Central du Crédit Mutuel, a engagé mi-janvier une procédure de divorce pour sortir de l'ensemble mutualiste, avec lequel il est en guerre ouverte depuis près de trois ans. Les administrateurs d'Arkéa et ceux des fédérations de Bretagne et du Sud-Ouest ont acté un processus de vote afin que chaque caisse locale exprime son orientation au sujet de l'indépendance d'Arkéa.

Ce nouvel épisode intervient à l'issue d'une longue liste de différends judiciaires entre Arkéa et la CNCM, accusée par le premier de vouloir porter atteinte à son autonomie et de favoriser sa branche de l'Est, le Crédit Mutuel-CM11, qui regroupe la banque CIC et 11 des 18 caisses régionales du groupe. Tous deux issus d'une longue tradition mutualiste, Arkéa et CM11 cohabitent depuis 1958 au sein de la même maison, la Confédération, mais ont suivi chacun leur propre voie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2018 à 3:44 :
C'est tout a fait normal que le crédit mutuel reste comme il est et pas besoin d'arkea le crédit mutuel est avant tout alsacien car c'est monsieur Étienne Pflimlin qui est a origine et qui en etait de par ces prédécesseur le gardien et le CREDIT MUTUEL n'as pas besoin d.ARKEA pour preuve et dans un autre domaine en alsace Moselle la caisse de sécurité sociale n'est pas déficitaire comme dans d'autre région. Française je dirais comme dans le reste de la France car plus contrôle avec le CRÉDIT MUTUEL c'est pareil alors si on ne veut pas se plier a la maison mère mais que profiter des avantages on ''dégage'' ce ne sera pas une grosse perte perdre ARKEA parole d'alsacien
a écrit le 07/02/2018 à 19:54 :
Je ne connais pas le sujet en détail. Mais ce qui est certain c'est que le CM n'en sortira pas grandi. Franchement cela donne envie de fermer ses comptes.
Ceci est en total décalage avec les publicité (à cout de M€) sur les valeurs du groupe.

Au delà de la communication, une séparation, même si c'est à un niveau confédération, est un non sens absolu, et très honnêtement l'absence d'actionnaire en est la cause. Car il est clair que l'actionnaire (ou les actionnaires) majoritaire n'aurait jamais laissé les choses en arriver là. Il y aurait eu distribution de tarte aux phalanges et de courrier de licenciement, mais tel est la limite du modèle mutualiste me semble t'il où une certaine forme d'oligarchie se met implacablement en place et où, effectivement, le haut du pavé s'en fous plein les fouilles quand plus bas on demande toujours plus de rentabilité.

Cela dit c'est le modèle de quasiment toute les sociétés, alors sont on monte les échelons (pour être du coté de ceux qui palpes plus), soit on monte sa boite (avec les risques associés), soit on devient indépendant (mercenaire) et on est alors en haut du pavé quand ca marche bien et en sous les pavé quand ca marche pas.

Je proposerais bien aux dirigeants des 2 parties belligérantes de régler cela aux pistolets ou aux fleurets (non moucheté) mais ca ne se fait plus semble t'il. Dommage on aurait pas eu ces navrantes news à lire.

Franchement cela fout les boules d'avoir un compte au CM depuis ma naissance...
Tonton aurel doit se retourner dans sa tombe...

Je suis néanmoins surpris que les salariés soit solidaire de cette scission, car, quelqu'en soit l'issue c'est eu qui paieront le plus.
a écrit le 07/02/2018 à 19:32 :
Je ne connais pas le sujet en détail. Mais ce qui est certain c'est que le CM n'en sortira pas grandi. Franchement cela donne envie de fermer ses comptes.
Ceci est en total décalage avec les publicité (à cout de M€) sur les valeurs du groupe.

Au delà de la communication, une séparation, même si c'est à un niveau confédération, est un non sens absolu, et très honnêtement l'absence d'actionnaire en est la cause. Car il est clair que l'actionnaire (ou les actionnaires) majoritaire n'aurait jamais laissé les choses en arriver là. Il y aurait eu distribution de tarte aux phalanges et de courrier de licenciement, mais tel est la limite du modèle mutualiste me semble t'il où une certaine forme d'oligarchie se met implacablement en place et où, effectivement, le haut du pavé s'en fous plein les fouilles quand plus bas on demande toujours plus de rentabilité.

Cela dit c'est le modèle de quasiment toute les sociétés, alors sont on monte les échelons (pour être du coté de ceux qui palpes plus), soit on monte sa boite (avec les risques associés), soit on devient indépendant (mercenaire) et on est alors en haut du pavé quand ca marche bien et en sous les pavé quand ca marche pas.

Je proposerais bien aux dirigeants des 2 parties belligérantes de régler cela aux pistolets ou aux fleurets (non moucheté) mais ca ne se fait plus semble t'il. Dommage on aurait pas eu ces navrantes news à lire.

Franchement cela fout les boules d'avoir un compte au CM depuis ma naissance...
Tonton aurel doit se retourner dans sa tombe...

Je suis néanmoins surpris que les salariés soit solidaire de cette scission, car, quelqu'en soit l'issue c'est eu qui paieront le plus.
a écrit le 04/02/2018 à 15:04 :
Comment justifie t on économiquement cette volonté d'indépendance en dehors de l'égo de ceux qui en sont à l'origine.
Réponse de le 06/02/2018 à 15:58 :
Connaissez-vous le dossier ? Avez-vous lu les résultats des audiences des procès en cours ? Sans doute que non, si cela était le cas vous ne poseriez pas la question.

Il est vrai que le Crédit Mutuel Arkea est un des derniers bastions du mutualisme au sein du Crédit Mutuel.

Merci de penser aux 8 000 salariés de ce Groupe qui représente des marques comme Fortuneo, Suravenir et Federal Finance, dont des millions de clients et sociétaires sont globalement très satisfaits.

Pour votre information, l'actuelle direction du Crédit Mutuel Arkea a pensé pendant des années qu'il était possible de travailler en bonne intelligence avec le reste des Fédérations. A tort, compte-tenu des procès en cours que vous devriez consulter.
Réponse de le 10/02/2018 à 22:30 :
Ex Salarié

Vous êtes en grand naïf, je le crains malheureusement ou sinon c'est vraiment grave...

Les dirigeants ont une stratégie claire, ils veulent continuer à sa gaver (une des plus grosses rémunérations de la place financière pour une banque modeste). Leurs salariés, ils s'en tamponnent...ces derniers oont vu leurs faibles avantages se réduire depuis de nombreuses années (mutuelle, prévoyance,...).
Le mutualisme, parlons en : fermeture de caisses locales en Bretagne...ARKEA SCD, vous connaissez ? Et bien, c'est une SA qui permet à des vassaux de se gaver... comme un certain Marzin qui a été DG de Fédération d'Auvergne et bien ce gentil garçon, il passait son temps à jouer au golf quand il était présent à Clermont... ah oui, la centralisation ? bonne question, tous les services centraux sont ... à Brest pour l'essentiel, à Rennes et à Vannes ...et quelques personnes ici ou là pour faire plaisir à Angoulême et Pessac pour la com...

En clair, vous avez été salarié... il y a bien longtemps ou jamais..
a écrit le 04/02/2018 à 9:26 :
Je lis avec attention tout ce qui se passe chez Arkéa et la tentative de "Brexit" organisée avec l'appui des petits barons bretons de l'ancien RPR actuellement LR. Il y a deux ans dans la carte de vœux adressé par notre ex maire était jointe une invitation à aller manifester à Brest pour soutenir notre ami Mr Denis !!!!. Ces invitations éditées bien sûr aux frais des contribuables.
Mr JPD n'en n'est pas à son coup d'essai il faut se rappeler son idée "folle" dirait Mr Chirac de faire la dissolution de l'Assemblée Nationale ; la suite a été la co-habitation et l'invitation pour Mr Denis d'aller voir ailleurs.
dans toutes ces fusions ou dé-fusions les seuls qui trinquent sont les salariés les cadres s'en sortent toujours.
je crois que le Crédit Mutuel a raison que Mr Denis continue à faire son "Mutxit" la Bretagne n'aime pas les perdants.
Réponse de le 05/02/2018 à 12:21 :
Bien vu!
a écrit le 03/02/2018 à 22:19 :
L'indépendance, pourquoi ? Pour continuer à rémunérer des dirigeants dans des proportions honteuses eu égard les autres établissements bancaires (1,6 M d'€ pour Jean Pierre Denis, président d'un groupe mutualiste). Et on ne parle pas des cadres rattachés à la SCD, alors qu'en parallèle les salariés voient leurs faibles avantages rabotés chaque jour (mutuelle, prévoyance).
Les moyens des fédérations sont inexistants et on demande aux salariés de se débrouiller avec des moyens dérisoires, tous les moyens sont positionnés à Brest pour s'assurer l'appui des politiques locaux !!!
Et maintenant, le message aux salariés est simple... il y a ceux qui s'agenouillent devant les rois Le Moal et Denis et leurs vassaux de la SCD et les autres, c'est les ennemis à abattre... et après, on ne parle pas des administrateurs que l'on arrosent pour s'assurer leurs voix !!!
Réponse de le 03/02/2018 à 23:20 :
La soupe est bonne au Credit Mutuel Arkea!!!!
Je comprends mieux l'envie d'indépendance de leurs dirigeants.
Réponse de le 04/02/2018 à 12:35 :
J'ai lu dans plusieurs articles que le président du CMA (crédit mutuel Arkea) est l'un des mieux payés de toutes les banques mutualistes avec une rémunération annuelle de 1 600 000 € par an pour un périmètre de 9000 salariées .A comparer avec d'autres dirigeants de groupe bancaire qui gèrent un périmètre beaucoup plus important (crédit agricole , BNP , société générale )
J'invite les lecteurs ( sociétaires et clients ) à consulter sur "société .com " une société qui se dénomme SCD Arkea de type SA (peu mutualiste ) qui enregistre un CA de 66millions d'euros qui sert à rémunérer 180 salariés ( hauts cadres salariés ) du groupe Arkea .Je vous laisse apprécier le remuneration moyenne !!!!!
Cette somme est prélevée sur le groupe Arkea pour une mise à disposition de cadres dirigeants dans des filiales et au sein des 3 fédérations
Ces salariés ,couvert d'or ,doivent trembler à l'idée d'un rapprochement avec le cm11cic
Mais sachez-le ! les autres salariés du groupe sont loin d'avoir ce niveau de rémunération
Tout ceci explique peut être cet entêtement de la part des dirigeants Arkea à défendre cette autonomie bec et ongle !!!!!!!
Il se dit au plus haut des instances du groupe Arkea que les clients ne sont pas attachées à la marque " crédit mutuel".C'est peut être présomptueux de leur part .....
J'invite les sociétaires du crédit mutuel Arkea à vous rapprocher de vos administrateurs de caisses locales qui seront amenés à décider pour vous ( autonomie avec un saut dans l'inconnu ou convergence en s'appuyant sur la marque crédit mutuel ) .
Réponse de le 05/02/2018 à 12:33 :
C'est de l'enfumage à tous les étages
Les journaux régionaux sont muselés et n'abordent pas les vrais sujets dont les rémunérations versées aux dirigeants qui frisent l'insolence avec des progressions annuelles de plus de 50%
La stratégie : tétaniser les salariés et leur faire craindre la perte d'emploi , utiliser les administrateurs tous aussi incompétents et aux ordres, créer et financer ces comités de salariés , faire paniquer les élus politiques de tous bords
Réponse de le 06/02/2018 à 16:02 :
Je ne faisais pas partie de la SCD, je suis donc très à l'aise sur ce sujet.

Mais il est étonnant de voir autant de messages parlant de la rémunération au sein du Crédit Mutuel Arkea et rien sur le CM11-CIC.

Quelqu'un a-t-il les chiffres ? A ma connaissance les salaires des dirigeants y sont supérieurs.
Réponse de le 10/02/2018 à 22:48 :
Et bien le Thery, il a touché bien mois que les deux réunis...Mr l'ex salarié...c'est paru dans la presse économique...
a écrit le 03/02/2018 à 14:13 :
Les limites égotiques du mutualisme...
Réponse de le 05/02/2018 à 12:26 :
Tout à fait ! Il s'agit plus ici de libero-populisme où comment avec moins d'une part sociale de 50€ on se fait octroyer prend tout le pouvoir au sein d'Arkea par des administrateurs aussi subjugués qu'incompétents
a écrit le 03/02/2018 à 12:04 :
Le Crédit Mutuel ferme des guichets en ruralité et devrait aussi être sanctionné puisqu'il ne respecte pas les sociétaires auxquels il devrait appartenir !
Réponse de le 10/02/2018 à 23:52 :
On s'en fout des caisses locales, elles coûtent chères et nous à la SCD, il faut assurer notre train de vie (et oui, pas simple). On a déjà réduit les avantages des gueux et comme il faut qu'ils manifestent pour nous on ne peut pas ne pas les payer.
On n'a pas la vie facile, les temps sont dures

Emilie De la SCD..et oui, alors oui, j'aime arkea..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :