Défense : la France se tient l'arme au pied pour répondre au "Make in India" de Narendra Modi

 |  | 939 mots
Lecture 5 min.
La France est prête à jouer la carte du Make in India avec New Delhi
La France est prête à jouer la carte du "Make in India" avec New Delhi (Crédits : Reuters)
Alors que les industriels français sont venus en force au salon Aero India à Bangalore, la France a fait une série de propositions à l'Inde dans le cadre de sa politique "Make in India" dans le domaine de l'armement.

A l'occasion du salon aéronautique indien Aero India (3-5 février), l'Inde rêve toujours autant du "Make in India" et s'en donne les moyens. Le Premier ministre indien Narendra Modi, qui ambitionne de rendre son pays indépendant en matière de technologies militaires et de limiter les importations de systèmes d'arme, a d'ailleurs assisté à la signature mercredi d'un méga-contrat portant sur l'acquisition de 83 Tejas Mk-IA, l'avion de combat léger fabriqué par l'industriel indien HAL (Hindustan Aeronautics Ltd). Soit quatre escadrons (73 avions de combat et 10 avions d'entrainement) pour l'IAF (Indian Air Force). Ce contrat est évalué à 5,4 milliards d'euros (48.000 crores) par le ministère de la Défense indien. Le gouvernement a récemment aussi pris la décision de mettre un embargo provisoire sur l'importation de 101 systèmes d'armes dans le but de promouvoir la fabrication de ces matériels par les industries indiennes.

Dans un tweet, le Premier Ministre a assuré que "l'Inde offre un potentiel illimité dans les domaines de la défense et de l'aérospatiale. Aero India est une formidable plate-forme de collaboration dans ces domaines. Le gouvernement indien a introduit des réformes futuristes dans ces secteurs, qui donneront une impulsion à notre quête pour devenir Aatmanirbhar (Make in India, ndlr)".

En dépit d'un contexte sanitaire défavorable, les industriels français ont débarqué en force à Aero India. Fédéré par le GIFAS (Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales), le pavillon France accueille 20 entreprises, dont Dassault Aviation, Safran, Thales, sur ce salon, qui se déroule à Bangalore. En comptant les sociétés françaises qui exposent directement (Airbus, Dassault Systèmes, Liebherr Aerospace, Lisi Aerospace, Nicomatic India, MBDA, Subli Tec-System), la France affiche "la plus forte représentation étrangère au salon de Bangalore", assure le GIFAS dans un communiqué publié mercredi. Cette présence "témoigne aussi de l'engagement de l'industrie française à contribuer au développement de l'industrie aéronautique, spatiale et de défense indienne", affirme le GIFAS.

La France prête à "aider" Modi

La France sait faire du "Make in India". Elle l'a d'ailleurs démontré notamment avec Naval Group, qui va à terme livrer avec son partenaire Mazagon Dock six sous-marins Scorpène fabriqués à Bombay à la marine indienne. Trois navires ont déjà été remis à la marine. "Le « Make in India » est un marqueur politique fort du Premier ministre indien, qui veut montrer que cela marche", explique-t-on à Paris. Et la France se tient prête à "aider" Narendra Modi à gagner son pari industriel et technologique. Lors d'une visite à Delhi début janvier, le conseiller diplomatique du président français, Emmanuel Bonne, aurait dans ce contexte fait toute une série de propositions aux Indiens, qui colleraient à cette politique du "Make in India", selon la presse indienne. Plus de 60 entreprises françaises ont déjà une présence en Inde (implantations industrielles et/ou bureaux de représentations).

Si l'Inde achète une nouvelle fois du Rafale, Paris serait prêt à transférer 70% de la chaine de montage de l'avion de combat, selon le quotidien anglophone "Hindustan Times". Pour l'heure, Dassault Aviation participe aux appels d'offres de l'Armée de l'Air indienne (110 avions) et de la Marine indienne (57 avions navalisés). Quant à Airbus Helicopters, le constructeur de Marignane a promis à l'Inde, s'il était sélectionné pour l'appel d'offres portant sur 111 appareils (3,2 milliards de dollars), une fabrication 100% locale de l'hélicoptère l'AS565 MB Panther, la version militarisée du Dauphin. Il a pour partenaire le groupe indien Mahindra dans le cadre du programme NUH (hélicoptères utilitaires navals). Si Airbus Helicopters était in fine sélectionné pour de bon, ce serait une première en Inde depuis des temps immémoriaux. Selon la presse indienne, New Delhi serait intéressé par les propositions françaises.

Enfin, la France a proposé à l'Inde un partenariat avec le DRDO (Defence Research and Development Organisation) pour développer un moteur performant pour propulser l'AMCA (Advanced Medium Combat Aircraft (AMCA) à partir de briques technologiques du moteur du Rafale M88. "Les discussions se poursuivent avec le client pour répondre à ses besoins", explique-t-on à Paris. Ce sont toutefois des discussions qui s'étalent sur une certaine durée... elles ont commencé au siècle dernier pour le Tejas, qui a fait l'objet de discussions pour le motoriser avec le M88. Enfin, selon la presse indienne, la France propose des avions ravitailleurs MRTT (A330) en location. Là aussi une très longue histoire commencée en 2006 pour Airbus. Il faut dire que New Delhi a cassé deux fois la procédure d'acquisition de six A330 MRTT alors que ministère de la Défense était à chaque fois en négociations exclusives avec Airbus (2010 puis 2016).

Naval Group dans les starting-blocks

Dans le domaine naval, la France - et plus précisément Naval Group -, se tient prête à répondre à l'appel d'offres dans le cadre du programme P75i portant sur l'acquisition de six nouveaux sous-marins. Un projet qui a été repoussé à plusieurs reprises et dont l'appel d'offres (RFP, Request for proposal) pourrait être enfin lancé cette année. Les cinq chantiers navals sélectionnés (Naval Group, TKMS, Navantia, le russe Rubin et le coréen DSME) devront choisir deux partenaires locaux : Mazagon Dock ou Larsen & Toubro (L&T). En outre, Naval Group concourt face à Atlas Elektronik (TKMS) pour la fourniture de torpilles lourdes à la marine indienne avec son nouveau produit F21, qui va équiper les sous-marins nucléaires français et les Scorpène brésiliens. Un contrat de plusieurs centaines de millions d'euros pourrait être annoncé cette année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/02/2021 à 16:38 :
Attention les grenouilles, pas de conneries genre centrales atomiques en Irak sinon pan pan culcul de la part de l'oncle tom et israel.

On veut bien vous apprendre nos technologies mais venez pas faire les petits coqs qui se veulent plus gros que le bull sur la scène internationale sinon on vous broie !
Réponse de le 04/02/2021 à 20:50 :
@OncleTom: Non merci on a pas besoin d'apprendre vos technologies... Pour vous faire fêter la gueule on peut se débrouiller tout seul, la France aussi petit pays soit-elle a de quoi faire pan pan cul cul aux plus grands...
Vous devez être frustré ou jaloux pour faire ce genre de commentaire. Votre personnalité est-elle si en deçà pour que vous ayez le besoin de vous raccrocher à une instance plus grande?
Réponse de le 04/02/2021 à 21:17 :
Bien sur que vous avez tout pompé sur les US, électronique, analyse des structures par la mef, ordinateurs analogiques puis numériques, on dit digital!

C'est la raison pour laquelle vous avez été incapable de maintenir votre base industrielle ! A force d'acheter tous les composants aux suisses, aux allemands (les machines à fabriquer d'autres machines) vous ne pouviez plus être compétitifs. Vos histoires de poids des charges c'est une excuse de plus, vous vous êtes volontairement enchainés à l'euro alors que pour être compétitifs vis a vis de l'allemagne vous dévaluiez régulièrement !
On voit bien qu'avec la meme monnaie, sans tricher comme les chinois et leur reminbi, vous êtes nulle part !

Vous croyez être les seules au monde à lire l'anglais ? ah ah ah !

Dans les années 60/70/80 les chanteurs importaient sans le dire les tubes d'outre atlantique, les industriels aussi !

Le concept d'aile delta a été mis au point par les us avec le delta daguerre,
la loi des aires prouvées par un de nos chercheurs, votre mirage F1 est une copie du bombardier catapultable A6 valiante ! Comme le mirage 3 est une similitude comme on dit en aérodynamique du F104 !

Votre "société écran" chargée de racheté les techs US, qui le fait toujours d'ailleurs mais sous un faux nom, s'appelait Thomson ! On a tout les droits au nom du secret defense ! Pas de brevets dans la defense !
Meme alcatel, la sagem importaient les tech de communication, je me suis toujours demander ce que pouvait bien signifier RTC dans les modem soit disant tech francaise ! Run to completion, c'est de l'anglais !

Quand j'entend le mépris que vous avez pour les chinois, je riz !





Vous faites un transfert et parlez de vous !
Réponse de le 05/02/2021 à 0:10 :
@ oncle Tom et ses 2 contradicteurs: On dirait une guéguerre dans la cour de récréation. Lalalère c'est mon père le plus fort ! Très puéril
Réponse de le 05/02/2021 à 0:30 :
Difficile de faire plus débile
Réponse de le 05/02/2021 à 0:37 :
Ecoutez frogs !
Vous avez voulus vous la jouer en vendant les technos nucléaires en partie acquises auprès de WestingHouse à un dictateur imprévisible en Ch'Irak, l'Irak en chti.
On a détruis votre théière et coulé Areva.

Mais vous ne comprenez rien, vous avez vendu des techniques de pointes dans l'ingénierie des virus à la Chine, crazy frogs ! Vous êtes stubborn, têtus! Vous avez détruis la Lybie et êtes obligés d'appeler à l'aide pour nettoyer la shit that hited the fan !
Nous sommes en train de couler Sanofi ! They are getting nowhere without US, us, United states of america, we are us ! You are you, soon youyou, and we are us !

Got it ? Asta la vista babies...
a écrit le 04/02/2021 à 12:02 :
Triste renommée comme vendeur d'armes plutôt que vendeur de vaccins ...
Réponse de le 04/02/2021 à 12:26 :
Regardez le classement des vendeurs d'armes. La France n'est de loin pas première.
Réponse de le 04/02/2021 à 15:57 :
Je m'en fou pour cela les plus important sont des argents et la prosperité de la République Française.La.Plenette est bien surpeuplée les armements aident pour la diminution de la population globalement.
a écrit le 04/02/2021 à 10:54 :
Ce sera forcément des transferts de technologie en pagaille...Alors, autant voir Grand, pour la marine en particulier ( frégates, ss marins, chasseurs de mine et pourquoi pas porte avions ou porte hélico et leurs aéro embarquée), car l'immense espace maritime de l'océan indien est forcément un espace géostratégique à privilégier pour l'Inde, sachant que le Gd et redoutable voisin chinois le convoite au plus ht pt et a déjà résolument avancé ses pions en faisant quasiment main basse sur le pays frère, le Sri Lanka.
Réponse de le 04/02/2021 à 14:17 :
Sauf que les indiens ne sont pas des chinois. Ils ont beaucoup de mal à faire du transfert de technologie.
Réponse de le 04/02/2021 à 22:34 :
Sauf que les 6 scorpene commandés à NG, ont ts été construits au chantier MDL de Mumbay et que les derniers livrés en 2019-2020 st équipés du système de propulsion anaérobie mis au point par l'organisme de recherche indien DRDO. Sachant la complexité d'un système d'arme comme un ss marin d'attaque, c'est qd même pas des manchots en la matière.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :