Avions ravitailleurs : l'Inde claque à nouveau la porte à Airbus

 |  | 610 mots
Lecture 3 min.
Plus de dix ans qu'Airbus bataille en Inde pour vendre six A330 MRTT
Plus de dix ans qu'Airbus bataille en Inde pour vendre six A330 MRTT (Crédits : Airbus Group)
Le cauchemar d'Airbus en Inde continue. New Delhi a une nouvelle fois cassé la procédure d'acquisition de six A330 MRTT alors qu'elle était en négociations exclusives avec Airbus depuis 2013.

Au cœur de l'été, l'information est passée relativement inaperçue. La décision de New Delhi de casser une seconde fois la procédure d'achat d'avions ravitailleurs est un nouveau coup de massue pour Airbus Defense and Space, qui était comme la première fois en négociations exclusives en vue de signer un contrat pour la vente de six A330 MRTT (Multi-Role Tanker Transport), dont le montant est évalué à plus d'un milliard de dollars. Plusieurs sources concordantes ont confirmé cette décision de New Delhi, qui est décidément toujours aussi surprenant en matière d'achat d'armes.

En outre, jusqu'ici aucune information sur la raison de cette décision n'a filtré. Chez Airbus, toujours dans le flou, on espérait désormais un contrat d'Etat à Etat à l'image de celui négocié pour le Rafale en Inde. Contrat qui serait d'ailleurs proche d'être signé...

Pourquoi une telle décision

Deux explications peuvent être avancées. La première très classique : le débat entre l'armée de l'air indienne (IAF), qui tient absolument aux A330 MRTT, d'Airbus, et l'incontournable administration indienne, qui choisit en général l'offre "la mieux-disante" au niveau financier. Un débat qui a une nouvelle fois tourné en faveur de la seconde, poussée par le lobby russe très présent en Inde et concerné par cet appel d'offres. Cela avait été le cas en janvier 2010 quand New Delhi avait annulé une première fois sa commande d'A330 MRTT. Mais cette fois-ci l'explication ne tiendrait pas la route si l'on en croit le communiqué d'Airbus de l'époque.

"Nous sommes heureux de confirmer que nous avons été sélectionnés par le gouvernement indien comme le mieux disant au terme d'un appel d'offres pour des avions ravitailleurs", avait déclaré en janvier 2013 un porte-parole d'Airbus Defence and Space, la branche militaire du constructeur européen.

Seconde explication, en 2015, Airbus a fait l'objet d'une enquête du Bureau d'enquêtes Central (CBI), une agence chargée d'enquêter dans des affaires de corruption, selon un communiqué publié en mai 2015 par le ministère de la Défense indien. Le CBI devait donner une recommandation au ministère de la Défense dans une affaire concernant le ministère de l'aviation civile et Airbus. Mais depuis ce communiqué, aucune autre information n'a été communiquée par le ministère de la Défense.

La saga de l'A330 MRTT en Inde

Plus de dix ans qu'Airbus bataille en Inde pour vendre six A330 MRTT. Trois ans après avoir sélectionné une deuxième fois l'avion ravitailleur d'EADS, l'Inde casse une nouvelle fois la procédure d'acquisition de ces appareils en envoyant un courrier d'annulation cet été à Airbus. En 2011, l'A330 MRTT avait à nouveau été en concurrence contre l'avion russe Il-78... qu'il avait déjà battu à l'issue d'un appel d'offres lancé en 2006.

En mai 2009, l'Inde avait choisi une première fois l'A330 MRTT mais, en janvier 2010, New Delhi avait annulé sa commande en raison du prix élevé des avions contre les recommandations de l'IAF. En Inde, c'est l'offre la moins-disante qui est sélectionnée. Le Multi Role Tanker Transport (MRTT) est un A330 d'Airbus modifié en avion-ravitailleur par Airbus Defence and Space, la branche militaire d'Airbus Group basée à Getafe, au sud de Madrid.

Pour le groupe Airbus, qui a subi d'autres déboires en Inde, le cauchemar se poursuit. En 2007, l'Inde avait annulé un appel d'offres pour l'achat de 197 Fennec initialement gagné par Airbus Helicopters. Ce contrat de 400 millions d'euros pouvait à l'époque monter jusqu'à 1,5 milliard avec l'achat au total de 600 appareils. Le contrat a finalement été attribué... aux Russes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/09/2016 à 21:01 :
Pas de probleme , elle peux acheté americain , russe, et meme chinois.... Cela ne sera pas forcément moins chere , mais moins performent , ses sûre... Ensuite airebus n'a pas besoin de cette commande pour remplir sont carnée de commande..... Aller basta...
a écrit le 13/09/2016 à 19:41 :
Les indiens ne font que remettre à plus tard des acquisitions d'une importance cruciale pour leurs forces. Le matériel russe, comme le soulignent régulièrement les responsables de l'Indian Air Force, n'offre pas les garanties promises et est sujet à des pannes récurrentes, sans parler des problèmes de qualité endémiques caractéristiques de l'industrie de défense russe.
Airbus n'a pas besoin des indiens pour être une entreprise rentable...
a écrit le 13/09/2016 à 14:20 :
Mais pourquoi s'entêter à vendre à des gens qui exigent le transfert de technologie ?
S'ils sont si intelligents, qu'ils les inventent et les construisent eux-mêmes.
Notre intelligence et notre savoir-faire ne doivent pas être bradés, il nous appartiennent !
Vendre n'est pas baisser son pantalon...
Pareil dans les autres domaines.
Nous sommes gouvernés par des pleutres et des traitres.
Où est la fierté des citoyens français ? Préfèrent-ils s'abaisser avec leur exhibitionnisme sur Facebook et leurs sottises débitées au kilomètre sur Twitter ?
a écrit le 12/09/2016 à 15:49 :
Si le chameau regarderait son boss il tomberait
a écrit le 12/09/2016 à 15:31 :
Corruption et bureaucratie... et plusieurs siècles plus tard ces régions en sont toujours au même point.
Pourtant, ils ne manquent pas de gens de valeur, qui préfèrent en général faire carrière en Occident; comme les actuels patrons de Microsoft et Google (le moteur).
a écrit le 12/09/2016 à 13:48 :
Ha l'Inde et sa légendaire bureaucratie qui rendrait fou les négociateurs les plus téméraires.
Tout ça à cause des différentes luttes d'influences. Après on s'étonne pourquoi les pays du tiers monde n'avancent pas...
a écrit le 12/09/2016 à 11:55 :
D'où le dicton "Indien vaut mieux que deux tu l'auras" ? L'Inde n'en sort pas Gandhi !!
a écrit le 12/09/2016 à 9:33 :
Les indiens aimeraient bien avoir des équipements de qualité mais si l'on pouvait leur offrir ce s'était beaucoup mieux pour eux!
a écrit le 12/09/2016 à 7:49 :
Cette info n'est pas fraiche. Elle est connu depuis fin juillet 2016.

http://www.defensenews.com/story/defense/air-space/2016/07/29/india-cancels-deal-six-airbus-tankers/87720726/
Réponse de le 12/09/2016 à 11:06 :
C'est bien pour cela que l'auteur de l'article a attaqué : "Au cœur de l'été, l'information est passée relativement inaperçue".
Réponse de le 12/09/2016 à 12:57 :
Oui j'ai bien lu le début de cet article. Quelqu'un a des nouvelles de ceci.

http://www.defens-aero.com/2015/03/inde-acheter-deux-airbus-a330-transformer-awacs.html

Ces avions là aussi passe aux oubliettes des contrats perdus en Inde?

L'inde est peu contente du Ил-78МКИ,

http://bmpd.livejournal.com/2036764.html

Le prochain vainqueur de ce programme sera-t-il le Boeing KC 46 I Pegasus?????
a écrit le 12/09/2016 à 7:31 :
Pourquoi continuer à perdre de l'argent à prospecter des marchés en Inde qui s'évaporeront par le miracle d'une administration tatillonne ou judiciarisée à l'extrême ? Si l'Inde n'a décidément pas une maturité suffisante pour gérer les "grands contrats", il serait plus sage de ne plus utiliser cette pratique pour commercer avec elle. Là on perd du temps et de l'argent, et en plus on crédibilise la concurrence...
Réponse de le 12/09/2016 à 12:08 :
L'Inde sait gérer des grands contrats. Cependant le lobby russe est intense et bloque toutes décisions qui n'est pas en leur faveur. Il faut se rappeler que l'Inde faisait partie des pays "non alignés"... sur les USA, même si le pays disait être totalement non aligné aussi sur l'URSS aussi, mais c'était nettement visible.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :