Face aux sodas du terroir, Coca-Cola c'est pas ça

 |   |  542  mots
Capture d'écran Facebook
Capture d'écran Facebook (Crédits : capture décran Facebook)
Fort de son succès dans l'Ouest, le "coca breton" sort de ses frontières régionales et s'invite dans les supermarchés parisiens. Une preuve du succès rencontré par ce cola alternatif.

Direction Paname. Pour son dixième anniversaire, Breizh Cola part à l'assaut des supermarchés parisiens. Fruit de la collaboration entre Stéphane Kerdodé et Eric Ollive, cadres de la brasserie Lancelot, le Cola du Phare Ouest a réussi, en une décennie, à s'imposer sur son marché. Elaboré à partir d'arômes du fruit des arbres de Cola, puis mélangés à de l'eau enrichie en CO2, avec quelques acidifiants, ainsi qu'un zeste de caféine et de caramel, ce "cola breton" peut en effet se targuer d'avoir réussi à conquérir 15% du marché des colas dans les cinq départements de l'ouest de la France, juste derrière... l'américain Coca-Cola.

Si Breizh Cola est le premier cola régional à avoir vu le jour, en 2002, la marque a depuis fait des émules. Corsica Cola sur l'île de Beauté, Fada Cola à Marseille, Berry Cola dans l'Indre, Bougnat Cola en Auvergne, Meuh Cola en Normandie... Presque chaque région compte désormais sa propre boisson brune gazéifiée. Et la demande existe. En témoigne le succès de Breizh Cola, et ses quelque 15 millions de bouteilles vendues en 2012.

Une préférence pour la consommation locale

Mais pas seulement. L'année de son lancement, en 2003, Corsica Cola a également fait fureur. Près d'un million de bouteilles ont été vendues l'été de la canicule. Et depuis, le succès va crescendo. Selon le groupe d'analyse économique Xerfi, l'explication est simple : le marché des produits "régionaux ne demande qu'à se développer". Et pour cause, les attentes des Français sont fortes en matière de traçabilité et d'origine des produits. En outre, leurs décisions d'achat dépendent majoritairement du niveau de prix appliqué. Or les colas régionaux sont en moyenne moins chers que leur concurrent américain Coca-Cola.

De l'anti-américanisme

"A la base, il s'agit surtout d'un pied-de-nez pour se démarquer et faire de l'anti-américanisme basique", analyse Sandra Painbéni, enseignante-chercheuse à l'European Business School Paris. Ces produits touchent une clientèle assez captive en raison de leur attachement communautaire. "En choisissant de consommer local, les agents montrent en effet leur attachement à leur région. D'autant que la Bretagne, comme la Corse, sont des régions françaises particulièrement identitaires", ajoute-t-elle. 

Une bonne communication

Pour Thomas Jamet, président de Moxie, l'agence spécialisée dans les contenus et le social media du groupe Publicis, ce succès breton s'explique par "une vraie bonne communication". Et notamment sur le réseau social Facebook (cf. illustration de cet article). "Ce pari réussi relève d'un vrai bon community management sur Facebook", analyse l'expert. 

Au-delà du paradoxe de lancer une boisson sans alcool qui "n'a rien à voir avec le folklore breton", Breizh Cola a réussi une culture de marque très créative. Avec peu de moyens et une pleine légitimité. La marque a su adopter un positionnement cohérent au fil des ans, explique-t-il. De la bigouden au drapeau breton en passant par le mauvais temps, le folklore, toute la culture bretonne y passe. Et non sans humour! Thomas Jamet salue la "consistance de leur communication" et leur faculté à avoir su jouer la carte bretonne avec autant de finesse et d'intelligence. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/05/2014 à 13:49 :
VIVE LA FRANCE il faut produire et créer en France afin d'éviter le chomage;.... le cola breton je ne connais pas, mais avec la PUB cela me tente bien d'y gouter, produire en FRANCE et vendre afin d'éviter le chomage...... je vis dans la région parisienne, pas vu de cola encore ici cela viendra peut-etre, produire et vendre plus, et des emplois pour la région. VIVE LA BRETAGNE j'achète des produits bretons, maquillage, conserve, et confiture que je viens de écouvrir.. normal je suis d'origine bretonnne;.. ALLEZ ACHETER FRANCAIS.
a écrit le 10/12/2013 à 18:03 :
je voulais juste vous signaler qu'avant le breizh cola, existait le beuk , premier cola équitable et bien sur breton
a écrit le 25/10/2013 à 19:04 :
Je tiens un bar sur la côte du Morbihan, et je peux vous dire que systématiquement les vendeurs préfèrent vendre le Breizh que l'américain. Nous sommes solidaire de notre marque régionale, nous acceptons acceptons m^me de baisser notre marge sur cette article pour le mettre en avant!
Cette solidarité, nous devrions l'avoir en France et en Europe. Du vendeur à l'acheteur!
a écrit le 19/01/2013 à 22:47 :
Saviez vous que le Breizh "cola est fabrique a Cholet dans le maine et loire, que le sirop provient de tunisie et que le pet ( bouteille plastique ) vient du portugal. Bravo pour l'identite loczle et le made in france. Perso je continu a boire du coca au moins il est fabrique en france.
Réponse de le 19/01/2013 à 23:40 :
Pas grave, Je l'ai bu, il est très bon et reste le Coca du Phare Ouest.
Réponse de le 20/01/2013 à 12:26 :
c'est oe britt Cola qui est fabriqué à cholet
a écrit le 19/01/2013 à 11:38 :
chouette. ils devraient gagner un prix du marketing. comme on le voit, la créativité n'a pas de borne.. les idées sont là, il faut seulement les mettre en place et être tenace. Quelques examples que j'ai fait (tenacité):
- 5 ans pour convaincre la direction de redémarrer le produit (que j avais développé.. mais restait en attente car aucun successeur ne voulait reprendre le sujet)
- mise en place d'un développement généralisé 3 ans après avoir mis le produit en série
- me replonger dans des sujets informatiques 30ans apès avoir écrit mon premier programme open-source au lycée etc. etc.
J aime cet article. Allez y tous; soyez créatifs!
Réponse de le 19/01/2013 à 12:32 :
"ils devraient gagner un prix du marketing" ah ouais, ils font passer les Français pour quoi avec leur pauvre affiche, hein, on se croirait dans le film "Les ch'tis" avec une bande de franchouillards. Ils font passer les bretons pourquoi avec cette affiche ?
a écrit le 19/01/2013 à 10:45 :
Je suis breton et j en ai déjà bu mais je préfère un bon cidre ! Surtout avec les crêpes :)
Réponse de le 19/01/2013 à 16:45 :
moi je suis de Lyon mais je suis bien d'accord .Faire passer pour une réussite l'americanisation de notre bouf, c'est un peu triste. Je prefere quand les americains tentent de copier nos bordeaux, ouvrent des vrais boulangeries, ou font des resto gastronomiques à la française.
a écrit le 19/01/2013 à 0:06 :
succès, succès, vite dit .... Volumes vendus par Coca cola en 2012 ? Et par Breizh Cola ? Hein ?
a écrit le 18/01/2013 à 23:23 :
Pour se vendre, un produit doit être bon. Et c'est le cas du breizh cola. Mais ce n'est pas une copie du coca, c'est un soda différent avec un goût beaucoup plus caramélisé _ qui s'apprécie le mieux légèrement frais ou tiède tandis que le coca est plus agréable presque frappé. Mais quelle que soit sa qualité, un produit a besoin de se faire connaitre. Et effectivement le breizh cola joue sur les ressorts communautaires. Oui il y a un pluriel à communautaire. Le breizh cola touche en premier lieu la communauté du consommateur de cola, qui se voit offrir un produit alternatif. Le breizh cola touche évidemment la communauté bretonne, qui se voit offrir une nouvelle spécialité. Et enfin le breizh cola touche la communauté des produits du terroir, attirée par la qualité des productions régionales. Ensuite, c'est à chacun d'affirmer ses goûts et ses préférences alimentaires...
Réponse de le 19/01/2013 à 11:16 :
Pourquoi faire de la publicité sur la tribune ? Y en a pas assez des pubs partout ?
Quant au communautarisme, c'est simplement une division des français, et c'est pas positif.
a écrit le 18/01/2013 à 18:58 :
« La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l?Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort?apparemment.
Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde? C?est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort »

François Mitterand juste avant de mourir.
Source : Le dernier Mitterrand de Georges-Marc Benamou ? Date de publication : 27/1/1997 ? Editeur : Plon ? Omnibus).

Réponse de le 20/01/2013 à 10:06 :
et oui et mitterrand est mort!! plus sérieusement dire qu'un coca est un produit local ou de terroir c'est comme si on disait que le couscous fait partie de la gastronomie française!! du gros foutage de gueule

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :