Opel : Berlin comprend les réserves de Bruxelles

 |   |  239  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Les autorités allemandes disent "comprendre les doutes" de la Commission européenne quant au rachat d'Opel par le canadien Magna. Une opération pilotée par Berlin, qui compte apporter "de vraies réponses" aux accusations de protectionnisme dont il fait l'objet.

Dans le dossier du rachat d'Opel par l'équipementier canadien Magna, l'empreinte des autorités allemandes est plus que visible. Berlin a piloté ce projet et fait en sorte que l'offre de son repreneur préféré soit choisie par GM, l'actuel propriétaire de la marque, très implantée outre-Rhin.

L'accord qui devrait intervenir entre Opel et Magna dans les prochaines semaines comporte un important volet d'aides de l'Etat allemand. Ce sont ces aides, particulièrement élevées, qui ont provoqué la colère de plusieurs pays européens, notamment la Belgique et le Royaume-Uni. Ils accusent Berlin d'avoir accordé ces aides à des fins protectionnistes.

Opel emplois des milliers de personnes en Europe et Magna prévoit bien des suppressions de postes dans son projet de reprise. Mais étrangement, pour le moment, les rumeurs de plan sociaux concernent principalement les sites de production britanniques ou belge.

La commissaire européenne à la Concurrence, Neelie Kroes, a donc écrit au ministre allemand de l'économie, Karl-Theodor zu Guttenberg, pour lui faire par de ses "inquiétudes" à ce propos. Si Bruxelles a des soupçons de protectionnisme, elle pourrait ne pas donner son accord à ce rachat.

Le commissaire européen à l'Industrie et vice-président de la Commission européenne, Günter Verheugen, s'est lui déclaré "confiant "pour l'avenir d'Opel, mais il a estimé que les différents pays impliqués dans ce dossier se livraient à "une compétition dangereuse".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/10/2009 à 12:19 :
Subtile Frau Merkel.Elle ,elle ne joue pas les matamores.D'aucun devrait y prendre quelques leçons pour le plus grand bien de notre pays...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :