L'équipementier Faurecia double quasiment ses profits

La filiale de PSA a fortement crû au premier semestre. Ses prévisions de profits sont revues en hausse sur l'année.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Faurecia a relevé mardi ses objectifs pour 2011 après un premier semestre marqué par une croissance vigoureuse. L'équipementier automobile contrôlé par PSA, spécialiste des systèmes d'échappement et des sièges, a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 8,15 milliards d'euros sur les six premiers mois de l'année, en hausse de 19,4%.
Le bénéfice opérationnel a augmenté de 57% à 340 millions, avec une marge de 4,2%, contre 3,2% un an plus tôt. Le résultat net, part du groupe, a pour sa part bondi de 82% à 185,8 millions d'euros. Frank Imbert, directeur financier du groupe, a souligné que « cette croissance était supérieure à celle de la production automobile sur l?ensemble des régions ».
"Faurecia est désormais en avance d'un an sur son plan de marche 2010-2014 présenté en juin 2010", assure l'équipementier dans un communiqué. "La croissance devrait rester soutenue au second semestre dans toutes les régions." Le groupe s'attend en 2011 à un nouveau record en termes de nouveaux contrats, estimés entre 13 et 14 milliards d'euros, contre 13,1 milliards en 2010.
Le PDG de Faurecia, Yann Delabrière, précise que "la priorité du moment revient clairement à la croissance organique." Il a relevé à 450 millions d'euros son objectif d'investissement pour cette année, contre une hypothèse initiale de 350 millions. La priorité va aux pays à bas coûts, où les investissements vont augmenter de 89%, contre +16% pour les pays développés. Faurecia compte 42 projets industriels en cours, dont 36 dans les pays émergents et à bas coût - cinq au Mexique, neuf en Europe de l'Est, en Russie et en Turquie et douze en Chine notamment.
Yann Delabrière a annoncé « une accélération du rééquilibrage géographique de l?activité entre Europe et hors-Europe », en insistant sur l?Asie, qu?il considère comme la « clé principale de notre développement ». Le groupe a autant de projets industriels en Chine que dans toute l?Europe. Yann Delabrière voit d?autre part dans la Russie un « marché qui se clarifie », dans lequel il compte suivre ses clients en prenant des positions dans les grandes zones industrielles.
Pour l'exercice en cours, le groupe a revu en hausse son objectif de chiffre d'affaires consolidé à 15,7-15,9 milliards d'euros, contre 14,8-15,3 milliards attendu jusqu'à présent, et affiné à la hausse sa prévision de bénéfice opérationnel à 620-650 millions d'euros, contre une fourchette précédente de 580-640 millions. Ces prévisions restent très prudentes si l?on prend en compte l?impact des prix des matières premières, qui devrait être plus favorable au second semestre. Le taux d?imposition va continuer à baisser grâce au report des déficits antérieurs, et se retrouver « entre 20 et 25% sur les périodes à venir ».
Yann Delabrière a par ailleurs démenti ce mardi, lors d?une conférence de presse, une rumeur de marché selon laquelle il serait intéressé par le rachat de Grammer, en disant qu?il n?avait « aucun intérêt » pour le fabricant allemand de sièges.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 26/07/2011 à 14:42
Signaler
Faurecia vise les 23 milliards de dollars pour cette année. Calibrée pour entrer directement dans le Global Fortune 500, l'entreprise s'approche de plus en plus du momentum spin off que PSA qui en détient 57 % lui réserve de longue date. le construct...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.