Bosch France inaugure son "campus" conçu pour créer une ambiance "startup"

 |   |  691  mots
Le campus de Bosch France est relié au siège social via une plateforme. Le projet a coûté 20 millions d'euros et le chantier a duré 14 mois.
Le campus de Bosch France est relié au siège social via une plateforme. Le projet a coûté 20 millions d'euros et le chantier a duré 14 mois. (Crédits : Bosch)
Le conglomérat industriel allemand inaugure un immeuble adjacent à son siège social à Saint-Ouen qui sera dédié à la R&D. Les nouveaux locaux doivent favoriser une ambiance détendue où les cloisons hiérarchiques et entre services ont été abattues. Bosch veut de nouveau séduire les jeunes talents, plus facilement attirés par les startups ou les géants de la Silicon Valley...

Un nouvel immeuble pour un nouveau management ? Bosch France a inauguré ce mardi 28 mars un nouveau bâtiment à son siège social de l'avenue Michelet à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). Près de 20 millions d'euros ont été investis pour construire cet immeuble de 5.000 m² qui hébergera notamment toutes les équipes R&D et d'ingénierie de la filiale française du conglomérat industriel allemand.

Nouveau management

Ce "campus" n'est pas seulement une extension immobilière de la société installée à Saint-Ouen depuis 1928, il s'agit de mettre en œuvre les nouvelles méthodes managériales promues par Volkmar Denner, Pdg de l'entreprise depuis 2012.

"Notre entreprise a plus de 131 ans d'histoire, mais nous sommes en train de vivre notre plus grande transformation car nous savons que les dix prochaines années seront déterminantes pour l'avenir de notre industrie", nous explique un porte-parole du groupe.

"Ce sont des mots que je n'avais jamais entendus"

Avec l'arrivée d'Internet et des startups qui "disruptent" à qui mieux mieux et à tout bout de champ, il était impossible pour une vielle maison comme Bosch de garder sa structure hiérarchique pyramidale.

"Créez-vous des espaces de liberté, n'ayez pas peur de l'échec", a lancé Volkmar Denner à ses équipes.

"Ce sont des mots que je n'avais jamais entendus", nous confie un cadre de Bosch France, avant de résumer la nouvelle maxime de la maison en citant Nelson Mandela : "Je n'échoue jamais, je gagne ou j'apprends."

Bosch siège social campus R&D

Heiko Carrie, patron de Bosch France, ne dit pas autre chose lorsqu'il lance à l'ensemble de ses salariés réunis à l'occasion de l'inauguration du bâtiment que Bosch veut transformer son rapport hiérarchique.

"Mélanger les équipes, confronter les idées, abattre les cloisons, promouvoir le travail collaboratif entre les individus", a théorisé Heiko Carrie. Cette méthode a même un nom : Inspiring Working Conditions.

Un agencement dédié

L'agencement intérieur du nouvel immeuble a été pensé selon cette nouvelle philosophie. Il n'y a plus de cloisons afin de faire rencontrer les services et les hommes. Même les bureaux de direction n'ont plus de portes. "Nous travaillons encore sur la notion de bruit, mais il faudra que les gens apprennent à parler moins fort", ironise Heiko Carrie évoquant son propre timbre de voix. Heureusement, quelques espaces fermés sont prévus pour les besoins d'une conférence téléphonique ou d'une réunion à deux. Mais pour rester dans l'esprit, ces espaces sont vitrés tels des aquariums. Enfin, des salles de pause sont également prévues à chaque étage avec des terrasses. Ambiance bistrot parisien avec tabourets et petites tables. "Ici, on ne vient pas seulement pour prendre le café, on y parle aussi boulot", assure un cadre-maison.

Ambiance détendue obligatoire donc pour les salariés mais également pour les managers qui devront aussi apprendre à travailler dans ce climat plus "startup". Pour Bosch, il fallait faire évoluer le management pour créer un climat favorable à l'émulsion d'idées.

"Nous avons remarqué que, lorsque nous faisions rencontrer des personnes de services différents, nous obtenions des résultats différents, ce qui nous amène à construire des idées plus innovantes", explique à La Tribune Uwe Raschke membre du directoire de Bosch venu spécialement pour inaugurer le campus. "Nous sommes en train de convertir tous nos établissements dans le monde entier, et les premiers résultats sont positifs", s'enthousiasme-t-il.

La fin des présentations Powerpoint interminables

"Ce management nous permet d'en finir avec les réunions powerpoint interminables, les gens sont moins assis, plus debout et nous proposons des prototypes à nos clients beaucoup plus rapidement", constate-il.

"Ce nouveau management est très bien accueilli par les salariés les plus jeunes", ajoute Uwe Raschke. "Les managers apprennent à mieux communiquer et à laisser plus de liberté, ils font moins de reporting, et moins de contrôles".

A travers cette nouvelle organisation, Bosch veut rajeunir son entreprise et enfin espérer attirer les jeunes ingénieurs qui, jusqu'ici, ne rêvaient que de travailler chez Google ou Apple...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2017 à 11:33 :
"moins de reporting , moins de contrôles" bravo !!! une vraie révolution copernicienne !!!
a écrit le 30/03/2017 à 8:36 :
Ben oui allez savoir pourquoi la silicon valley fait plus rêver les jeunes que "Bosch".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :