Mathilde Ramadier dénonce la "dictature du cool" des startups

 |   |  123  mots
Et si le monde merveilleux des startups n'était en réalité qu'une nouvelle forme de précarisation extrême des travailleurs ? Pour Mathilde Ramadier la question ne se pose plus.

Pourtant, lorsqu'elle pose ses valises à Berlin pour travailler dans une startup moderne et branchée de la « Silicon Allee », elle est très enthousiaste ! Ses employeurs lui remettent un 'Welcome kit', lui promettent l'aventure et lui accordent un statut de 'manager'. Très vite elle déchante : statuts précaires, 'novlangue' abrutissante, promesses non-tenues et tâches inintéressantes réalisées à la chaîne pour un salaire misérable. Une critique acerbe de cette nouvelle forme d'aliénation des salariés, voilà tout ce que Mathilde Ramadier ressortira de cette « dictature du cool ».

Elle compile ses expériences et livre son analyse sur cet univers dans un livre choc : « Bienvenue dans le nouveau monde : Comment j'ai survécu à la 'coolitude' des startups ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/03/2017 à 16:13 :
pour avoir travaillé dans ce type d'entreprise, je suis assez d'accord avec elle. Moi non plus, je n'ai pas aimé.
a écrit le 03/03/2017 à 8:34 :
Il ne s'agit pas d'une dictature puisque le choix de partir existe mais il est évidemment difficile d'apprécier sa liberté quand on n'en a jamais été privé ! J'ai été confrontée à ce genre de problème ici en France et j'ai agi. J'en ai parlé au président, on a changé les choses, on a amélioré le travail des employés. Cette dame a choisi de partir et d'écrire un livre. Pourquoi pas... Mais soyons clairs. La dictature est plus sournoise et bien plus difficile à combattre. Je suis arrivée en France en tant que réfugiée politique en 1983 et il m'a fallu 30 ans p/ pouvoir avoir le recul d'écrire mon histoire : http://livre.fnac.com/a10265493/Marina-Anca-Quand-la-chenille-devient-papillon
a écrit le 01/03/2017 à 16:04 :
Pas du tout d'accord avec Mathilde ! 1) travailler pour qulequ'un, même une jeune pousse, c'est toujours travailler pour quelqu'un qui défend ses propres intérêts, pas ceux des autres. 2) la véritable indépendance découle du lancement d'une entreprise à son nom. Mais je le sais, ce n'est pas facile et demande de l'estomac et beaucoup de travail, contrairement à l'assistanat ou au râle permanent (salaire tros faible, conditions trop pénibles, etc.) du travail chez les autres :-)
Réponse de le 03/03/2017 à 11:52 :
Je n'ai pas lu le livre, toutefois j'ai travaillé dans des start-ups en France et je me reconnais dans le témoignage ...
.
Au début, on vous vend du rêve, des responsabilités, une carrière avec des évolutions rapides, un poste avec du sens et un joli nom, un environnement de travail épanouissant avec des locaux et des collègues sympas.
.
On vous demande d'être impliqué (heures sup gratuites), autonome (débrouilles toi tout seul dans un coin) et de prendre des initiatives (sans remettre en cause les décisions ou l'organisation déjà établies).
.
Il faut toujours être cool même quand ça ne va pas : il ne faut pas faire de vague ... On vous change de postes, d'horaires et de missions du jour au lendemain au gré des besoins immédiats de l'entreprise ...
.
Les missions initiales pour lesquelles vous avez été recrutées sont rapidement oubliées (vos compétences initiales aussi) ... Si on a une difficulté, beaucoup de managers (avec peu voir sans expérience) ne peuvent pas vous aider, eux-même ont une ancienneté à peine plus grande que vous ...
.
Si vos résultats ne sont pas à la hauteur, on vous invite à prendre la porte sans analyse de la responsabilité de chacun (objectifs mal définis ou inatteignables, compétences initialement manquantes, organisation mal foutue) : vous aviez pourtant tout l'environnement nécessaire et des collègues sympa pour réussir et cet échec résulte donc uniquement de votre incompétence.
Réponse de le 03/03/2017 à 11:52 :
Je n'ai pas lu le livre, toutefois j'ai travaillé dans des start-ups en France et je me reconnais dans le témoignage ...
.
Au début, on vous vend du rêve, des responsabilités, une carrière avec des évolutions rapides, un poste avec du sens et un joli nom, un environnement de travail épanouissant avec des locaux et des collègues sympas.


On vous demande d'être impliqué (heures sup gratuites), autonome (débrouilles toi tout seul dans un coin) et de prendre des initiatives (sans remettre en cause les décisions ou l'organisation déjà établies).


Il faut toujours être cool même quand ça ne va pas : il ne faut pas faire de vague ... On vous change de postes, d'horaires et de missions du jour au lendemain au gré des besoins immédiats de l'entreprise ...


Les missions initiales pour lesquelles vous avez été recrutées sont rapidement oubliées (vos compétences initiales aussi) ... Si on a une difficulté, beaucoup de managers (avec peu voir sans expérience) ne peuvent pas vous aider, eux-même ont une ancienneté à peine plus grande que vous ...


Si vos résultats ne sont pas à la hauteur, on vous invite à prendre la porte sans analyse de la responsabilité de chacun (objectifs mal définis ou inatteignables, compétences initialement manquantes, organisation mal foutue) : vous aviez pourtant tout l'environnement nécessaire et des collègues sympa pour réussir et cet échec résulte donc uniquement de votre incompétence.
a écrit le 01/03/2017 à 11:10 :
Le numérique advenant sous l'hégémonie du néolibéralisme il était obligé en effet que cela devienne l'économie de la misère. Mais ça permet de cacher les vrais chiffres de la pauvreté et du chômage.

Je vois bien là arriver la critique des journalistes télé qui eux sont bien payés c'est un fait et devraient se demander pourquoi de temps en temps, internet c'est nul et-c... Non internet c'est formidable mais en néolibéralisme c'est vraiment moche mais comme tout le reste de notre économie si on prend ne serait ce que quelques temps pour en faire le bilan.

Il faut sortir de la pensée binaire, à l'heure où les ordinateurs sont en train de nous remplacer il faut se servir de ce qu'ils n'auront jamais, du moins pas tout de suite et de loin, de notre cerveau et de son incroyable capacité à analyser les phénomènes, grâce justement à sa pensée multiple bien plus efficace, bien plus riche, celle qui nous caractérise depuis des millénaires.

Penser binaire c'est se soumettre à la loi des ordinateurs qui en plus nous battront toujours sur ce terrain là.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :