Lafarge voit son bénéfice net plonger de 80%

 |   |  230  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le numéro un mondial du ciment a annoncé ce vendredi dégager un bénéfice net trimestriel de 57 millions d'euros, en chute de 80% par rapport à la même période l'année précédente. Lafarge maintient toutefois ses objectifs financiers pour 2012.

Lafarge a maintenu vendredi ses objectifs financiers pour 2012 en dépit d'un deuxième trimestre plombé par la crise et la récession en Grèce et les charges de restructuration. Le numéro un mondial du ciment indique dans un communiqué avoir dégagé sur le trimestre un bénéfice net de 57 millions d'euros, en chute de 80% par rapport à l'an dernier. Ses comptes trimestriels intègrent une charge de 200 millions d'euros liée à des dépréciations d'actifs en Grèce et une charge de restructuration de 54 millions d'euros. Hors dépréciations et impact de la restructuration, Lafarge précise que son résultat net ressort stable à 294 millions d'euros.

Programme d'économies et de réduction de la dette

Engagé dans un programme d'économies et de réduction de sa dette, le groupe fait également savoir qu'au cours du deuxième trimestre, ses coûts ont été réduits de 100 millions d'euros, portant à 170 millions d'euros la baisse des charges sur les six premiers mois de l'année. "Nous réduirons nos coûts d'au moins 400 millions d'euros en 2012", dit Bruno Lafont, PDG de Lafarge, l'objectif étant de libérer 1,3 milliard d'euros d'économies d'ici 2015. A la Bourse de Paris, l'action Lafarge recule de 0,43% à 36,01 euros à 09h44, sous-performant l'indice CAC 40 (+0,27%). Le titre a néanmoins gagné plus de 32% de sa valeur depuis le début de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/10/2013 à 18:24 :
Lafarge plus gros pollueur du CAC40, et partenaire du WWF, quel cinéma.
a écrit le 27/07/2012 à 17:11 :
Lafarge ne cesse de patiner pour rattrapper l'erreur originelle faite par son PDG à sa prise de fonction : l'achat du reste de la branche américaine faite sans réflexion à la veille de l'écroulement du marché de l'immobilier. Le cimentier s'est vu plongé par la suite dans le calvaire de la baisse du pouvoir d'achat et des restructurations pays par pays. L'achat prématurée de son teneur de bougie égyptien pour satisfaire les marchés n'a fait que ponctionner son cash. Il faut donc maintenant payer les erreurs. La société et son dirigeant seraient plus heureux de faire amende honorable sérieusement et de fixer un calendrier pertinent d'évolution.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :