Le Nobel de chimie récompense une amélioration bien vue du microscope optique

 |   |  361  mots
Eric Betzig travaille au Howard Hughes Medical Institute à Ashburn, aux États-Unis, tandis que William Moerner enseigne à l'Université de Stanford. Stefan Hell est directeur de l'Institut Max-Planck de chimie biophysique à Göttingen, en Allemagne.
Eric Betzig travaille au Howard Hughes Medical Institute à Ashburn, aux États-Unis, tandis que William Moerner enseigne à l'Université de Stanford. Stefan Hell est directeur de l'Institut Max-Planck de chimie biophysique à Göttingen, en Allemagne. (Crédits : Reuters)
Le prix a été attribué mercredi 8 octobre aux Américains Eric Betzig et William Moerner et à l'Allemand Stefan Hell pour le développement de la microscopie par fluorescence à très haute résolution.

Leur capacité à voir ce que personne d'autre ne pouvait voir a été récompensée. Les trois chercheurs Américains Eric Betzig et William Moerner, ainsi que l'Allemand Stefan Hell ont reçu le prix Nobel de la chimie, mercredi 8 octobre.

Grâce à leurs recherches sur la fluorescence des molécules, les scientifiques peuvent désormais observer les interactions entre des molécules individuelles à l'intérieur d'une cellule, observer l'accumulation de protéines reliées à des maladies et suivre le processus de division cellulaire à l'échelle du nanomètre (un nanomètre équivaut à un millionième de millimètre).

La "microscopie optique" entre dans la "nanodimension"

"Leur travail novateur a fait entrer la microscopie optique dans la nanodimension", il permet de "visualiser les déplacements de molécules dans des cellules vivantes", s'est enthousiasmée l'Académie royale des sciences de Suède.

Les travaux d'Eric Betzig, William Moerner et Stefan Hell ont ainsi permis de franchir une étape capitale pour la compréhension du fonctionnement des cellules vivantes en permettant l'étude des plus petites structures, qui en étaient jusqu'alors exclues.

Les trois chercheurs ont contourné une limitation scientifique énoncée par le microscopiste Ernst Abbe en 1873 et longtemps tenue pour acquise. Elle déterminait qu'un microscope optique ne pouvait pas obtenir une résolution supérieure à 0,2 micromètre (un micromètre équivaut à un millième de millimètre).

Médecine, économie, chimie, paix... les autres Prix Nobel

Lundi 6 octobre, le Prix Nobel de médecine a récompensé un Américano-Britannique, John O'Keefe, et un couple de Norvégiens, May-Britt et Edvard Moser, pour leur recherches sur le "GPS interne" du cerveau.

Mardi 7 octobre les Japonais Isamu Akasaki et Hiroshi Amano et l'Américain d'origine japonaise Shuji Nakamura ont reçu le Prix Nobel de physique pour avoir inventé la diode électroluminescente (LED) bleue, le chainon manquant qui a permis la création d'une nouvelle source lumineuse blanche très économe en énergie.

Les autres prix Nobel seront décernés dans le courant de la semaine: jeudi 9 octobre pour celui de littérature, vendredi 10 octobre pour le Nobel de la paix, et lundi 13 octobre pour celui d'économie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/10/2014 à 11:10 :
ce temps, la France se coltine des prix Nobel de littérature.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :