Alzheimer : pourquoi les laboratoires ne trouvent-ils pas le remède miracle ?

Les traitements actuels contre la maladie d'Alzheimer s'attaquent uniquement aux symptômes. Les laboratoires pharmaceutiques ont connu une série d'échecs sur le développement de traitements plus efficaces, à cause notamment de leurs difficultés à diagnostiquer correctement et suffisamment tôt la maladie. Plusieurs molécules innovantes devraient voir le jour dans les années à venir.
Jean-Yves Paillé
900.000 personnes sont atteintes de maladie d'Alzheimer en France.
900.000 personnes sont atteintes de maladie d'Alzheimer en France. (Crédits : Reuters)

Avec le vieillissement de la population notamment dans les pays développés, la maladie d'Alzheimer représente un important marché à conquérir pour les laboratoires pharmaceutiques. D'autant plus que cette maladie implique des coûts énormes (19 milliards d'euros par an rien qu'en France) induits par la prise en charge des malades : elle représente un enjeu majeur de santé publique. Les autorité publiques de plusieurs pays commencent d'ailleurs à s'associer aux gouvernement dans la recherche contre la maladie.

"C'est un marché typiquement prioritaire pour les laboratoires en raison notamment du potentiel représenté par l'aire thérapeutique. Les besoins non satisfaits sont gigantesques, explique Arnaud Laferté, expert EY Sciences du vivant.

Pourtant, il n'existe aucun traitement capable de ralentir ou de stopper la maladie. Actuellement, les molécules sur le marché se focalisent sur les symptômes de celle-ci et visent à ralentir l'évolution des troubles. Leur efficacité est jugée modérée.

Des "surdiagnostics"

Pourquoi un tel manque de traitements efficaces alors "qu'il y a eu énormément d'avancées dans les connaissances scientifiques sur la maladie", selon Marie Sarazin, professeur de Neurologie à l'Université Paris Descartes et responsable de l'Unité de Neurologie du centre hospitalier de Saint-Anne ?

Pour le comprendre, il faut se penser sur la principale stratégie thérapeutique des laboratoires pharmaceutiques. Elle réside dans l'immunothérapie et consiste à développer des anticorps monoclonaux qui s'attaquent aux protéines amyloïde. Celles-ci sont un des facteurs responsables de la maladie d'Alzheimer, d'après les publications scientifiques. Elles entraînent les pertes de mémoire, en s'accumulant dans le cerveau et en s'attaquant aux neurones.

Cette stratégie a jusqu'à aujourd'hui connu une série d'échecs.

"il n'y a pas eu les effets escomptés, car on n'a pas bien ciblé les patients et choisi de donner des traitements au plus grand nombre", selon Marie Sarazin.

En clair, elle explique qu'à cause de "surdiagnostics" des personnes choisies lors de certains essais cliniques avaient des problèmes de mémoire mais probablement dus à d'autres mécanismes qu'Alzheimer, ce qui a mis en échec les études cliniques. "Aujourd'hui, la certitude des diagnostics a été améliorée dans les essais thérapeutiques grâce  à une approche clinique mêlée à une approche biologique", précise-t-elle.

Diagnostiquer tôt pour mieux traiter

Autre problème pour garantir l'efficacité des cliniques, à quel stade de la maladie peut-on donner les traitements ? Celle-ci peut exister sans s'exprimer 10-15 ans avant l'apparition des symptômes, comme le rappelle l'Inserm. Or les chercheurs s'entendent sur un point: plus la maladie est diagnostiquée tôt, mieux elle sera soignée. Et le mieux serait avant l'apparition des symptômes.

"On utilise seulement aujourd'hui l'imagerie avec des techniques in vivo pour diagnostiquer le patient. Avant, le diagnostic définitif intervenait post-mortem, rappelle Arnaud Laferté.

Une stratégie de recherche défaillante ?

Enfin, pour Marie Sarazin, une autre raison peut expliquer le retard des laboratoires pharmaceutiques malgré leurs investissements conséquents, un suivisme dans les stratégies thérapeutiques :

"Pfizer s'est lancé sur la piste de de l'amyloïde, les autres laboratoires pharmaceutiques ont suivi le même chemin préférant ne pas rater le train en marche et quitte à couler."

Face aux échecs, certains laboratoires ont abandonné ou ralenti les recherches. Des voix de scientifiques et d'associations se sont élevées pour déplorer ce changement de stratégie. Il faut dire que les laboratoires pharmaceutiques, qui jugent les recherches coûteuses,ont arrêté le développement de 123 de leurs molécules développées pour traiter la maladie d'Alzheimer entre 1998 et 2014, faute de résultats positifs ou d'approbation des autorités de régulation.

D'autres big pharmas se sont lancées dans le domaine thérapeutique, mais très tardivement. C'est le cas de Novartis. Le géant suisse s'est associé avec la biotech Amgen, pour développer des molécules d'une nouvelle génération visant à prévenir le développant des amyloïdes.

Des traitements innovants prévus pour 2017

Actuellement, plusieurs laboratoires pharmaceutiques ont un ou plusieurs traitements en phase III. Mais, selon les analystes, deux sociétés pharmaceutiques sortent du lot et présentent les molécules plus prometteuses en ce qui concerne l'apport thyérapeutique au patient: Biogen et Eli Lilly. Ce dernier travaille sur le Solanezumab, une molécule en phase III (dernière phase avant un potentiel lancement sur le marché), visant à ralentir la progression de la maladie, en s'attaquant aux protéines amyloïde.

Biogen qui planche également sur cette stratégie thérapeutique est également en phase III avec l'Aducanumab. Cet traitement a permis de ralentir le déclin cognitif des patients atteint d'Alzheimer avec des troubles cognitifs léger et modéré. Il a obtenu de la FDA début septembre un statut de "Fast-Track", qui permet à un traitement d'être proposé plus rapidement aux patients.  Les deux traitements pourraient être validés par les autorités de régulation américaine l'année prochaine.

Mais, alors qu'une phase III signifie de très fortes chance pour un traitement d'arriver sur le marché, un récent échec a montré que pour la maladie d'Alzheimer, parvenir à ce stade n'était pas synonyme de réussite.. Le 23 septembre, le laboratoire danois Lundbeck a annoncé l'échec de son traitement expérimental très attendu de la maladie d'Alzheimer d'un essai de phase III.

Un marché boosté par les nouveaux traitements

Malgré cet échec retentissant, l'arrivée de traitements innovants vers 2017-2021 "semble crédible au vu de la quantité d'essais cliniques en cours", assure Arnaud Laferté. Et cela devrait booster le marché.

"Les traitements médicamenteux représentent 90 millions de dollars de revenus aujourd'hui en France (où 900.000 personnes sont atteintes d'Alzheimer). Dans 10 ans cela pourrait grimper à 350 millions dollars, avec une croissance portée par ces nouveaux traitements. Les cinq principaux marchés européens, le Japon et les Etats-Unis représentent 3 milliards de dollars en 2015. Le marché grimperait à 12,5 milliards de dollars sur les dix ans à venir", précise-t-il.

Des traitements curatifs un jour ?

Pour l'instant, difficile de voir un horizon où la maladie d'Alzheimer pourrait être guérie. A l'avenir, l'objectif sera de traiter la maladie le plus précocement possible.

"A un stade prodomal, voire pré-clinique: on pourrait détecter la maladie avec des biomarqueurs et des techniques d'imagerie. Il n'y a pas encore de tests diagnostiques utilisés à ce stade-là", suggère Arnaud Laferté.

L'amélioration des diagnostics et le développement des immunothérapies pourrait amener dans les années à venir à l'émergence d'une médecine de précision, à l'instar de ce qui se développe en oncologie. L'objectif: comprendre les spécificités de la maladie d'Alzheimer et du stade de la maladie de chaque patient pour lui apporter le traitement personnalisé le plus efficace.

Dans l'article scientifique "vers la médecine de précision dans la maladie d'Alzheimer", la professeure en neurologie Christiane Reitz explique que pour y arriver, il faudra parvenir à mieux identifier les mécanismes développant la maladie chez chaque patient. "Cela exigera des efforts supplémentaires et combinés de la part des biologistes, médecins, développeurs de technologies, scientifiques spécialisés dans les données et groupes de patients notamment", ajoute-t-elle dans l'article.

Jean-Yves Paillé

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 27/09/2016 à 12:08
Signaler
La réponse est assez simple. C'est parce qu'on oublie en route ce qu'on cherche !

à écrit le 27/09/2016 à 9:10
Signaler
Alzheimer : pourquoi ne cherche-t'on pas la cause (ie ce qui provoque les chgts de métabolisme) ?

à écrit le 27/09/2016 à 9:09
Signaler
Alzheimer : pourquoi ne cherche-t'on pas la cause ?

à écrit le 27/09/2016 à 9:09
Signaler
Alzheimer : pourquoi ne cherche-t'on pas la cause ?

à écrit le 27/09/2016 à 8:55
Signaler
"Dans 10 ans cela pourrait grimper à 350 millions dollars, avec une croissance portée par ces nouveaux traitements. " Ou le cynisme capitaliste. L'intérêt prioritaire n'étant pas de soigner les gens mais bel et bien d'engranger des profits.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.