Dieselgate : Suzuki, Mazda et Yamaha rattrapés par des tests falsifiés

 |   |  486  mots
Suzuki a fait état de 6.401 véhicules concernés par des irrégularités dans leurs émissions de polluants.
Suzuki a fait état de 6.401 véhicules concernés par des irrégularités dans leurs émissions de polluants. (Crédits : © Mike Blake / Reuters)
De nouvelles annonces de falsification des contrôles d'émissions des véhicules viennent allonger la liste des fraudes. L'industrie japonaise est encore touchée : Mazda, Suzuku et Yamaha sont passés aux aveux.

Le Dieselgate est loin d'être oublié. Mazda Motor, Suzuki Motor et le constructeur de motos Yamaha Motor ont été pris à leur tour jeudi dans le scandale des falsifications de niveaux de consommation et d'émissions polluantes qui ébranle l'industrie automobile japonaise.

Le gouvernement a ordonné à l'ensemble des 23 constructeurs d'automobiles et de deux-roues d'effectuer des vérifications après la découverte de falsifications de tests chez Subaru et Nissan l'an dernier.

Suzuki, Mazda et Yamaha ont certifié des véhicules même dans des cas où leurs niveaux de consommation ou d'émissions polluantes avaient été testés dans des conditions non valables par des "méthodes inappropriées", a précisé le ministère des Transports dans un communiqué.

Le ministère a dit avoir examiné des tests effectués à différentes périodes, remontant jusqu'à 2012 dans le cas de Suzuki.

Suzuki, le quatrième constructeur nippon, a reconnu que sur un échantillon de 12.819 voitures testées depuis juin 2012, environ 50% avaient été incorrectement certifiées.

« J'exprime des excuses profondes et je conduirai les efforts pour empêcher que cela ne se reproduise », a déclaré le directeur général Toshihiro Suzuki lors d'une conférence de presse.

Le groupe a dit toutefois ne pas avoir relevé de problème particulier avec les niveaux actuels d'émissions et de consommation et il ne prévoit donc pas de rappel.

Le ministère a précisé que ses inspections similaires chez Mazda avaient révélé un taux de falsifications de 3,8%, et de 2,1% pour le constructeur de motos Yamaha. Les deux groupes ont également prévu de présenter leurs excuses.

A la Bourse de Tokyo, Suzuki a chuté de 6,04% à 6.944 yens jeudi, Yamaha a lâché 4,63% à 2.820 yens et Mazda 1,30% à 1.327.

La liste des fraudeurs s'allonge

La liste qui s'allonge des constructeurs impliqués dans cette affaire ternit l'image de l'industrie manufacturière japonaise, réputée pour sa production de qualité.

Le gouvernement japonais a promis de "prendre si nécessaire des mesures sévères" après l'examen des rapports rendus par les compagnies: si certaines n'ont pas encore publié les résultats des contrôles, la plupart n'a pas constaté d'irrégularités.

En juillet, Nissan, partenaire du français Renault et du japonais Mitsubishi, a admis de nouvelles failles de contrôle des performances d'émissions de gaz d'échappement et des tests d'économie de carburant pour 19 de ses modèles au Japon, et des fournisseurs de matériaux comme Kobe Steel, Mitsubishi Materials ou Toray Industries avaient reconnu des manquements l'an dernier.

Au-delà, c'est toute l'industrie automobile mondiale qui subit le contrecoup du Dieselgate, le scandale déclenché en 2015 quand Volkswagen a reconnu avoir installé un logiciel secret dans des modèles diesel pour contourner des tests d'émissions polluantes aux États-Unis.

Le constructeur allemand avait alors reconnu que jusqu'à 11 millions de véhicules dans le monde pourraient être concernés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/08/2018 à 16:07 :
La France est soi disant la championne du diesel: j'ai la chance de voyager pas mal dans le monde et de circuler dans de nombreux pays: qu'y vois je? Essentiellement des véhicules diesel. Dans de nombreux pays, le diesel est moins cher que l'essence qui n'est pas toujours trouvable dans les stations. Un gag aussi: chez nous, le SUV et le 4X4 sont au top des ventes. Je reviens d'Afrique Australe (Namibie, Botswana) où le réseau routier est principalement constitué de pistes: la mode est aux coupés allemands (Mercédès, BMW)!!! Très peu de SUV et de 4X4. Quant aux fabrications françaises, n'en parlons pas: pas une rencontrée en 4700 km!!!
a écrit le 10/08/2018 à 10:03 :
Il est de plus en plus évident que tout le monde s’en contrefout de la pollution il faut passer ses vacances sur la côte d’azur pour se rendre compte que le vélo est encore loin d’être la norme.
a écrit le 10/08/2018 à 8:44 :
Les américains ont balancé les allemands qui en bons allemands ont balancé tout le monde. C'est quand même d'abord et avant le tout le signe de l'échec cuisant du diesel.

On peut quand même se demander à quoi servent les institutions privées de contrôle si ce n'est à se faire acheter hein... Sans cette corruption généralisée il est évident que les voitures neuves couteraient bien moins cher.

ET VW et ses 11 millions de véhicules illégaux ? Ben tout va très bien pour eux ma foi...
a écrit le 09/08/2018 à 18:29 :
La liste des fraudeurs "avérés" s'allonge, ce qui renvoie à la seule question qui vaille.

A quoi servent des normes intenables si ce n'est à permettre aux autorités de pouvoir prétendre qu'ils "font quelque chose"..?

D'autant plus que ce n'est qu'au bout de plusieurs années, par hasard et grâce du sens du devoir et de la ténacité des agent du contrôle technique de Californie (l'organisme que Trump veut fermer), que le pot aux roses a été découvert.

Ce qui illustre la faillite du système des normes automobiles et des contrôles sur l'ensemble de la planète.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :