EDF seul chef de file du nucléaire français

Par Dominique Pialot  |   |  894  mots
EDF devient le seul chef de file du nucléaire français (Crédits : Charles Platiau)
La finalisation de la reprise par l’électricien de l’activité réacteurs d’Areva marque une étape décisive dans la restructuration de la filière suite aux déboires d’Areva. Mais cela suffira-t-il à rendre le nucléaire français compétitif sur la scène internationale ?

Le deal avait été annoncé en juillet 2015 dans le cadre d'un plan de sauvetage d'Areva décidé par l'Etat. En 2014, l'entreprise naguère considérée comme le fleuron de l'industrie nucléaire française avait en effet terminé l'année avec une perte historique de près de 5 milliards d'euros.

Conformément à ce plan et suite aux décisions prises mi-octobre par les conseils d'administration des deux entreprises, EDF et Areva ont annoncé vendredi 22 décembre dans un communiqué commun avoir finalisé la reprise de l'activité réacteurs du groupe nucléaire par l'électricien en signant des « accords engageants définitifs ». Ces accords précisent les termes de la cession d'une participation conférant à EDF le contrôle exclusif de l'entité « New NP » filiale à 100% d'Areva NP, qui regroupera les activités industrielles, de conception et de fourniture de réacteurs nucléaires et d'équipements, d'assemblages combustible et de services à la base installée du Groupe Areva.

Une opération à 1,86 milliard pour EDF

EDF entre à hauteur de 75,5% au capital de New NP. Sur la base d'une valorisation ajustée de 2,47 milliards d'euros sans reprise de dette financière, l'électricien va débourser 1,86 milliard d'euros pour 100 % du capital. Ce montant est susceptible d'être ajusté en fonction des comptes définitifs établis à la date de réalisation de l'opération, prévue au 31 décembre 2017. Il pourra également faire l'objet d'un éventuel complément de prix plafonné à 245 millions d'euros, sur la base d'objectifs de performance mesurés postérieurement à la date de réalisation.

Initialement, la valorisation, calculée le prix de l'ex-Framatome dans les comptes d'Areva se montait à 2,7 milliards, mais elle a été révisée à la baisse suite aux difficultés rencontrées par Areva notamment dans son usine du Creusot.

L'entrée au capital de New NP de Mitsubishi Heavy Industries Ltd et Assystem, respectivement à hauteur de 19,5% et 5%, devrait intervenir concomitamment à la réalisation effective de la transaction entre EDF et Areva SA.

L'EPR finlandais exclus du périmètre

Le dénouement de l'opération fait précisément suite à l'avis positif émis par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) concernant la mise en service de la cuve du réacteur EPR de Flamanville 3 ainsi qu'aux conclusions satisfaisantes des audits qualité réalisés dans les usines du Creusot, de Saint- Marcel et de Jeumont, s'agissant des contrats repris par New NP, pour lesquels EDF reste garanti par Areva SA de tout risque résiduel résultant de ces audits.

Mais l'Etat continuera d'assumer directement certains risques. Ainsi, les contrats relatifs au projet d'EPR Olkiluoto 3 (dont le démarrage, maintes fois reporté, est prévu pour mai 2019) et les moyens nécessaires à l'achèvement du projet, ainsi que certains contrats relatifs à des pièces forgées dans l'usine du Creusot, resteront au sein d'AREVA NP, dont il a le contrôle.

 Augmentation de capital de NewCo prévue début 2018

La dernière étape consiste en une seconde augmentation de capital de l'autre entité, NewCo, recentrée sur le cycle du combustible : extraction, de enrichissement et retraitement des déchets nucléaires.

Alors que Bercy avait recapitalisé la structure financière à hauteur de 2,5 milliards d'euros l'été dernier, cette seconde opération prévue début 2018 est réservée aux investisseurs japonais MHI et JNFL, pour un montant total de 500 millions d'euros.

Il y a quelques jours, Areva avait communiqué sur l'intégration au carnet de commandes de NewCo des commandes relatives à la fourniture d'uranium et de services de conversion et d'enrichissement dans le cadre du projet Hinkley Point C (HPC), en attente depuis début 2017.

Cette entrée en carnet fait suite à la levée de l'ensemble des conditions résolutoires correspondantes des contrats concernés lors du second semestre de cette année. NewCo a donc confirmé son anticipation d'un cash-flow net des activités de l'entreprise compris entre - 1,5 milliard d'euros et - 1 milliard d'euro pour l'année 2017. "NewCo se fixe pour objectif de générer un cash-flow net des activités de l'entreprise positif dès l'exercice 2018, précise le communiqué. Un objectif qui reste à confirmer dans le cadre de la présentation des résultats 2017 le 29 mars prochain.

 Une intégration facteur de compétitivité ?

Jean-Bernard Lévy, Président Directeur-Général du Groupe EDF s'est pour sa part félicité  « de l'aboutissement de plus de deux années de travail pour mettre en œuvre la refondation de la filière nucléaire française, avec EDF en chef de file » , et d'une intégration qui «permettra à notre industrie d'être plus performante et efficace dans la réalisation de travaux majeurs comme le grand carénage du parc, et plus compétitive pour la construction de nouvelles centrales nucléaires alors que de nombreux pays prennent conscience du rôle majeur que le nucléaire civil peut jouer dans la décarbonation de la production d'électricité.»

Mais en dehors de ses propres projets d'EPR à Flamanville et Hinkley Point, EDF devra retrouver une compétitivité fragilisée par sa propre situation et écornée par les déboires rencontrés par Areva de ces dernières années, pour espérer tirer son épingle des appels d'offres prévus en Inde, en Afrique du Sud ou en Arabie Saoudite, notamment face à la concurrence russe, coréenne ou chinoise.