La nationalisation d'Areva TA coûtera au moins 253 millions d'euros à l'Etat

 |   |  219  mots
Areva TA est spécialisée dans la conception et la maintenance des réacteurs nucléaires de bâtiments militaires français, dont le porte-avions Charles-de-Gaulle, les sous-marins nucléaires d'attaque (SNA) et les lanceurs d'engins (SNLE) français.
Areva TA est spécialisée dans la conception et la maintenance des réacteurs nucléaires de bâtiments militaires français, dont le porte-avions Charles-de-Gaulle, les sous-marins nucléaires d'attaque (SNA) et les lanceurs d'engins (SNLE) français. (Crédits : Reuters)
Le rachat de cette activité considérée comme stratégique par l'Etat français avait été acté en décembre. Comme prévu, l'Agence des participations de l'Etat (APE) prendra une part majoritaire de 50,32%.

La nationalisation d'Areva TA, qui produit les systèmes de propulsion nucléaires de la marine française, a été autorisée par un arrêté paru mardi au Journal officiel, pour un montant compris entre 253,6 et 281,3 millions d'euros.

Areva TA est spécialisée dans la conception et la maintenance des réacteurs nucléaires de bâtiments militaires français, dont le porte-avions Charles-de-Gaulle, les sous-marins nucléaires d'attaque (SNA) et les lanceurs d'engins (SNLE) français.

Le rachat de cette activité considérée comme stratégique par l'Etat français avait été acté en décembre. Comme prévu, l'Agence des participations de l'Etat (APE) prendra une part majoritaire de 50,32%.

DCNS va monter au capial

Par ailleurs, le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) entrera aussi au capital à hauteur de 20,32%, mais ne déboursera pour cela que 4,5 millions d'euros, selon un second arrêté publié au Journal officiel. Les 30% restants seront partagés entre le constructeur naval DCNS qui montera de 6,5% à 20% du capital, et l'électricien EDF qui conservera environ 10%.

La société était jusqu'à présent détenue à 83,5% par le groupe Areva (lui-même contrôlé par l'Etat), dont les graves difficultés financières ont entraîné la restructuration et le recentrage sur les activités du cycle du combustible nucléaire.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/03/2017 à 18:38 :
Comment si Areva est la propriété de l'état à 85% , pourquoi doit ons nationaliser Areva TA, car il est prévu de vendre le reste.. Dans tous les cas, ils y a encore des explications à donner, qui a définis le prix dû rachats, car l'état semble propriétaire de tous.... Il n'y a t y pas de transfert d'argent publique à une entreprise d'état en difficulté... Car certe , la construction des SNLE est une priorité, tous comme me maintient du savoir faire sur notre pays, mais il me semble qu'il y avez le même probleme avec la construction les turbines ... ( OPA sur Alstom par GEneral Electrique)...
a écrit le 28/03/2017 à 17:11 :
Malheureusement AREVA TA est seulement une petite partie du problème pour l'Etat .
a écrit le 28/03/2017 à 13:13 :
Tiens étrange pas de messes néolibérales, ni de prêche ni d'inquisiteurs néolibéraux alors que pourtant on parle de nationalisation...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :