L'Etat bientôt actionnaire à 100% d'Areva SA

 |   |  264  mots
L'arrêté autorise d'autre part l'Etat a céder au CEA 5,4% du capital de New Areva Holding, contre un paiement par le CEA d'une contrepartie en actions Areva SA. Au terme de l'opération, l'Etat détiendra 50,2% du capital de New Areva Holding.
L'arrêté autorise d'autre part l'Etat a céder au CEA 5,4% du capital de New Areva Holding, contre un paiement par le CEA d'une contrepartie en actions Areva SA. Au terme de l'opération, l'Etat détiendra 50,2% du capital de New Areva Holding. (Crédits : CHARLES PLATIAU)
Un arrêté autorise la cession d'actions entre le Commissariat à l'énergie atomique et l'Etat qui détendra ainsi 92,2% d'Areva SA. L'Etat possédera bientôt la totalité du capital de l'entité qu'il compte retirer de la cotation à la Bourse de Paris.

Le Journal officiel a publié dimanche un arrêté autorisant la cession d'actions entre le CEA (Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives) et l'Etat, dans le capital des sociétés de la filière nucléaire français Areva SA et New Areva Holding.

L'arrêté du ministère de l'Economie et des Finances autorise d'une part la cession à l'Etat par le CEA de deux blocs d'actions pour 10,1% et 15,1% du capital d'Areva SA.

A l'issue de ces cessions, le CEA ne détiendra plus de titres Areva SA tandis que l'Etat en détiendra une participation minimale de 92,2%, précise le texte.

L'arrêté autorise d'autre part l'Etat a céder au CEA 5,4% du capital de New Areva Holding, contre un paiement par le CEA d'une contrepartie en actions Areva SA. Au terme de l'opération, l'Etat détiendra 50,2% du capital de New Areva Holding.

Le groupe Areva éclaté en trois entités

La restructuration de la filière nucléaire française a conduit à la création de plusieurs entités: New Areva, recentrée sur le cycle du combustible et contrôlée majoritairement par l'Etat, New NP, la branche réacteurs qui va passer sous le contrôle d'EDF, et Areva SA,  qui ne conserve que quelques activités dont principalement le chantier du réacteur nucléaire Olkiluoto 3 (OL3) en Finlande.

L'Etat détiendra bientôt la totalité du capital d'Areva SA, via une procédure de retrait obligatoire, et a prévu de retirer la société de la cotation à la Bourse de Paris.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/08/2017 à 14:47 :
En résumé, nous contribuables allons éponger la dette d'Areva. Socialisation des pertes donc, comme d'habitude. Pendant ce temps les ex dirigeants du groupe, forcement compétents et efficaces, vont sévir sous d'autres cieux (ex: notre actuel premier ministre)
Réponse de le 24/01/2018 à 18:20 :
c'est anne lauvergeon qui a mis areva en péril . et non les employés
a écrit le 22/08/2017 à 0:17 :
mais Areva n'était pas notre seul pépite dont se sont gargarisés tous les ministres chargé de l'économie. Souvenons nous l'aventure exaltante de Wanadoo.
Une pépite elle aussi.

Mais rassurons nous dans 5 mois, l'état décidera d'ouvrir 15% de ce futur "airbus du nucléaire" au privé. Un bon conseil : passez votre chemin.
a écrit le 21/08/2017 à 19:55 :
Ben oui, comme d'habitude, en période faste on empoche les bénéfices et quand cela va mal, on balance le bébé au contribuable pour éponger les pertes :-)
a écrit le 20/08/2017 à 21:00 :
Non seulement l'Etat rachète ses boulets politico/économiques .... mais en plus, il les fait perdurer ...! question naïve : sur le compte de qui ...?
Réponse de le 20/08/2017 à 23:03 :
"les besoins d'Areva sont supérieurs à l'intégralité des économies que le ministre des Comptes publics doit trouver en 2017 pour nous ramener sous les 3% de déficit public par rapport au PIB". Bruno Le Maire.
De plus, ce beau plan de refinancement est suspendu à l'avis de l'ASN fin septembre sur l'acier de la cuve de l'EPR de Flamanville. Un risque d'explosion nucléaire !
Réponse de le 21/08/2017 à 4:30 :
Mais sur votre compte. L'etat c'est vous, chaques citoyens, vous pouvez preparer votre porte monnaies pour continuer a payer la gabegie de vos enarques.
Réponse de le 21/08/2017 à 8:28 :
qui ne dit rien consent. notre lâcheté a un prix, à nous de choisir
a écrit le 20/08/2017 à 20:00 :
En juillet 2017, l'État lance le processus d'injection de 4,5 milliards d'euros dans le capital d'Areva, en deux temps : 2 milliards sont injectés dans le capital d'AREVA SA, structure où restent logés les actifs les plus risqués du groupe, puis 2,5 milliards dans celui d'Areva Newco, recentré sur le cycle du combustible...
C'est l'Etat qui est maintenant gestionnaire, attendons nous au pire avec moult exemples...
Les contribuables ne sont ils pas les dindons de la farce ?
a écrit le 20/08/2017 à 19:05 :
Les plus recentes et pas dernieres consequences de la consanguinite entre le milieu nucleaires et l'Etat.
Prenez les montants injectes dans Areva, EDF, Areva et ses rejetons et vous en installez des eoliennes et des panneaux solaires, qui produisent deja un kWh a prix de revient inferieur.
On n'a pas fini de porter le secteur nucléaire moribond a bout de bras.
a écrit le 20/08/2017 à 18:43 :
Maintenant qu'ils sont fonctionnaires et que leur gestion va coûter des milliards au contribuable, on leur supprime 13e mois, primes, avantages en nature et co ?
J'ai l'impression que cette affaire a finir comme Dexia avec des managers payés à prix d'or et irresponsables (que la boite gagne ou fasse faillite, ils empoche toujours leur bonus...)
Le prochain sur la liste, EDF, mais cela attendra encore quelques années
a écrit le 20/08/2017 à 18:20 :
Les entreprises privées ont fait leur beurre. C'est donc le moment de nationaliser pour que le contribuable couvre les pertes :-)
Réponse de le 20/08/2017 à 19:02 :
C'est justement parce qu'Areva a ete dirigée par des enraques et fut trop publique que ses dirigeants dont Anne Lauvergeon se sont crus autorisés à claquer les caisses de l'entreprise.
Votre commentaire est donc inepte.
Réponse de le 22/08/2017 à 0:28 :
@Steph: toutes les entreprises importantes en France sont dirigées par des énarques, que ces entreprises soient publiques ou privées. Le système est verrouillé et c'est un problème en effet. Mon commentaire vis à souligner que quand cela va bien, ils empochent les bénéfices et quand cela va mal, on privatise pour que ce soit le contribuable qui essuie les pertes :-)
a écrit le 20/08/2017 à 16:29 :
là où passe Lauvergeon le nucléaire trépasse et le contribuable allonge .
a écrit le 20/08/2017 à 13:51 :
C est bien compliqué leurs histoire.
Magouille et compagnies pour changer un peu
a écrit le 20/08/2017 à 13:51 :
C est bien compliqué leurs histoire.
Magouille et compagnies pour changer un peu
a écrit le 20/08/2017 à 13:50 :
C est bien compliqué leurs histoire.
Magouille et compagnies pour changer un peu
a écrit le 20/08/2017 à 13:50 :
C est bien compliqué leurs histoire.
Magouille et compagnies pour changer un peu
a écrit le 20/08/2017 à 13:50 :
C est bien compliqué leurs histoire.
Magouille et compagnies pour changer un peu
a écrit le 20/08/2017 à 13:50 :
C est bien compliqué leurs histoire.
Magouille et compagnies pour changer un peu
a écrit le 20/08/2017 à 13:50 :
C est bien compliqué leurs histoire.
Magouille et compagnies pour changer un peu
a écrit le 20/08/2017 à 13:50 :
C est bien compliqué leurs histoire.
Magouille et compagnies pour changer un peu
a écrit le 20/08/2017 à 13:50 :
C est bien compliqué leurs histoire.
Magouille et compagnies pour changer un peu
a écrit le 20/08/2017 à 13:50 :
C est bien compliqué leurs histoire.
Magouille et compagnies pour changer un peu
a écrit le 20/08/2017 à 12:36 :
Et la responsabilité d'Anne Lauvergeon et de son mari, on en parle quand ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :