Vallourec proche de céder à Ascométal son aciérie de Saint-Saulve (Nord)

 |   |  186  mots
Le 5 mai, le gouvernement avait promis de veiller à ce que Vallourec trouve une solution pour assurer la pérennité de ce site industriel qui emploie 350 personnes, en trouvant des alternatives afin de réduire le nombre de postes supprimés.
Le 5 mai, le gouvernement avait promis de veiller à ce que Vallourec trouve une solution pour "assurer la pérennité de ce site industriel" qui emploie 350 personnes, en trouvant des alternatives afin de "réduire le nombre de postes supprimés". (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Le leader mondial des tubes sans soudure pour l'industrie pétrolière est en discussion avec le groupe français Ascometal pour une reprise partielle de son aciérie de Saint-Saulve (Nord). Cela pourrait aboutir à la création d'une coentreprise. L'aciérie est actuellement détenue à 20% par Vallourec et 80% par les Allemands ThyssenKrupp et Salzgitte

Après avoir annoncé un nouveau plan d'économie drastique, fin avril, Vallourec est sur le point de céder une partie d'une de ses deux aciéries européennes, celle qui est située à Saint-Saulve dans le Nord, et qui est également un de ses cinq sites de production français.

Le Français Ascometal, spécialisé dans la production d'aciers spéciaux, est en négociation pour une reprise partielle du site, croit savoir le journal Les Echos, qui s'appuie sur une source proche du dossier. "Pour l'instant, il existe des discussions à un niveau technique pour voir si le site de Saint-Saulve peut alimenter l'usine Ascometal de Fos-sur-Mer", indique-t-elle.

Projet de coentreprise

Le projet consisterait à créer une coentreprise dans laquelle serait logée la partie amont de l'usine, c'est-à-dire l'aciérie, détenue à 20% par Vallourec et 80% par les Allemands ThyssenKrupp et Salzgitte.

Le 5 mai, le gouvernement avait promis de veiller à ce que Vallourec trouve une solution pour "assurer la pérennité de ce site industriel" qui emploie 350 personnes, en trouvant des alternatives afin de "réduire le nombre de postes supprimés".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :