Le Vietnam, nouvel eldorado pour les entreprises françaises

 |   |  970  mots
(Crédits : Reuters/Thomas Peter)
La ratification attendue cette année de l'accord de libre-échange entre le Vietnam et l'Union européenne semble offrir de belles perspectives aux entreprises hexagonales.

Si la France était l'année dernière le cinquième partenaire commercial européen du Vietnam (après l'Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et l'Italie), ce classement pourrait évoluer dès 2020. La signature et l'application prochaine de l'accord de libre-échange entre le Vietnam et l'Union européenne (Europe Vietnam Free Trade Agreement ou EVFTA) bénéficiera largement à l'Hexagone, compte tenu de la proximité entre les deux pays via l'espace francophone. Une coopération confirmée par la visite officielle en France, début avril, de Nguyen Thi Kim Ngan, la présidente du Parlement vietnamien, à l'invitation de Richard Ferrand, président de l'Assemblée nationale.

En 2017, les échanges entre la France et le Vietnam s'étaient déjà renforcés, à 6,7 milliards d'euros, soit une hausse de 13 % par rapport à 2016. En dix ans, la valeur des échanges commerciaux entre les deux pays a été multipliée par quatre. Les exportations françaises au Vietnam ont doublé en cinq ans, pour atteindre 1,6 milliard d'euros en 2017.

Ce processus de rapprochement commercial a connu un brusque coup d'accélérateur en 2018, avec les déplacements conjoints des plus hautes autorités des deux pays. En mars de...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2019 à 9:49 :
Nous n'avons toujours pas retenu la leçon du dumping social chinois qui génère une précarisation généralisée des travailleurs occidentaux et une baisse de pouvoir d'achat et donc de croissance, on voit bien qu'en UE seul l'intérêt des actionnaires milliardaires est défendu.

Vite un frexit.
a écrit le 30/03/2019 à 9:44 :
Attention aux reveurs. Pour etre patron dans sa propre entreprise, il faut au prealable un prete-nom.
A savoir quelqu'un natif du Vietnam. Il sera partenaire a 50% de votre business.
Cerise sur le gateau, vous ne pourrez rien acquerir en votre nom. Tout doit rester viet.
Vous etes prevenus.
Réponse de le 29/04/2019 à 11:55 :
Ce dont vous parlez ça s'appelle une "joint venture" mais le système que vous décrivez remonte au début des années 90, d'ailleurs rien que les mots que vous utilisez le montre et cela doit faire bien longtemps que vous n’êtes plus allé au VN, tout cela a changé, les nouvelles lois sur les investissements autorisent même les investissement a 100 % dans les entreprises d'état sauf dans certains domaines stratégiques, comme quasiment partout dans le monde....
Cela étant, certes ce n'est pas comme en France ou c'est devenu le grand n'importe quoi dans tous les domaines, le VN est réellement un état de droit avec des lois qui sont appliquées et vraiment appliquées et le pays se dirige tout droit ver la haute technologie

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :