Mobilité connectée : Acome déroule ses câbles

 |  | 605 mots
Lecture 3 min.
Avec sa double compétence dans l'automobile et les télécoms, Acome peut espérer tailler sa route dans la mobilité connecté
Avec sa double compétence dans l'automobile et les télécoms, Acome peut espérer tailler sa route dans la mobilité connecté (Crédits : Alessandro Bianchi)
Invisibles pour les yeux, ils sont pourtant les composants les plus couteux des nouvelles générations de véhicules électriques et connectés. Plusieurs kilomètres de fils et de câbles serpentent entre les organes de ces objets communicants que sont devenues nos voitures. Forte de sa double spécialité dans les télécoms et l’automobile, la coopérative normande Acome accélère sur ce marché en croissance.

Nos aînés, lorsqu'ils s'offraient une voiture, rêvaient à des jantes aluminium ou à des vitres teintées. Leurs descendants achètent des data center montés sur quatre roues dans lesquels les faisceaux électriques et électroniques pèsent plus lourd (et coûtent plus cher) que la carrosserie qui les abrite.
La Model S de Tesla renferme ainsi un écheveau complexe de trois kilomètres de câbles par où circulent l'énergie et la data... là où un véhicule thermique classique se contente d'un peu plus d'un kilomètre de faisceaux.

Au cœur du processus de transformation des constructeurs, cette rupture majeure ouvre aussi des perspectives engageantes à la plus grande coopérative de France. Spécialisée...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2021 à 19:31 :
Intéressé

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :