LTDE

A Saint-Nazaire, un espace pour découvrir l’éolien en mer

 |   |  396  mots
(Crédits : Pixabay)
Le premier centre grand public dédié à la découverte de l’éolien marin ouvrira ses portes ce samedi à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), qui accueillera dans les prochaines années un parc en mer de 80 éoliennes.

Le département de Loire-Atlantique, qui s'est engagé à réduire par trois sa consommation énergétique et par quatre ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050, accueille « le premier équipement touristique grand public de découverte de l'éolien en mer, dans la diversité de ses dimensions technologique, environnementale et économique », précise le communiqué accompagnant l'inauguration d'EOL Centre éolien Saint-Nazaire, prévue ce vendredi.

L'endroit va proposer au grand public de découvrir l'éolien en mer et son potentiel au travers d'un « voyage immersif et souvent ludique, dans une aventure technologique et humaine », qui fera appel « aux cinq sens ». La découverte se scindera en différentes séquences, de l'utilisation du vent par l'Homme dans l'histoire au fonctionnement d'un parc éolien en mer.

Le choix de Saint-Nazaire ne doit rien au hasard : son territoire devrait accueillir, à partir de 2021, le premier parc éolien en mer de France, à une douzaine de kilomètres des côtes, sur le site du Banc de Guérande. Ici, ce seront 80 mâts qui fourniront de quoi couvrir 20% de la consommation électrique de Loire-Atlantique (480 MW) lors de la mise en service, prévue en 2022.

Lire aussi : Quel potentiel pour l'éolien offshore ?

Une région leader de l'énergie maritime

EOL Centre éolien Saint-Nazaire s'étendra sur un espace 240 mètres carrés à l'intérieur de l'écluse fortifiée du port de la ville. La visite se fera en autonomie et durera environ 45 minutes. Elle se terminera sur le toit de la terrasse panoramique. Le public pourra alors admirer une vue à 360° sur la ville, le port et l'estuaire.

Le projet, dont les travaux ont débuté en octobre dernier, a été porté par la Communauté d'agglomération de la région nazairienne (Carene) et la Ville, aura nécessité un budget d'un peu plus de 500 000 euros (hors taxes).

Selon un communiqué récent de Ville, « le projet d'exposition trouve sa place dans un contexte de développement économique ambitieux, lié à la structuration de cette nouvelle filière industrielle, porteuse de savoir-faire technologique de pointe et participant à l'attractivité économique du territoire ».

Et pour cause : d'après les chiffres de l'Observatoire 2018 des énergies de la mer, ces dernières occupent 1 364 emplois en Pays de la Loire (de loin n°1 en France sur ce domaine). La région devrait concentrer le tiers de la puissance éolienne maritime de l'Hexagone en 2025.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :