LTDE

Enedis et La Poste s'associent pour de nouveaux services connectés à la maison

 |   |  69  mots
Enedis et La Poste s'associent pour de nouveaux services connectés à la maison
Enedis et La Poste s'associent pour de nouveaux services connectés à la maison (Crédits : Enedis - Chamussy Laurent)
Le partenariat entre le gestionnaire du réseau de distribution d’électricité et le Hub Numérique du groupe La Poste doit permettre d’apporter de nouveaux services aux foyers équipés d’un compteur Linky.

Présent au CES de Las Vegas, où il accompagnait cinq start-up et une PME innovantes, Enedis en a profité pour annoncer un partenariat avec le Hub Numérique du groupe La Poste.

Les clients équipés d'un compteur connecté Linky pourront ainsi, dans le cadre d'une expérimentation, bénéficier de nouveaux services smarthome.

Chantal Genermont, directrice du numérique chez Enedis, en détaille les contours :

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2018 à 14:18 :
Certes on peut souligner le volontarisme, mais… je me demande si Enedis et la Poste sont les bons supports pour engager la révolution numérique ? Deux mastodontes côte à côte sont ils plus rapides et surtout plus agiles ?

A la limite on aurait pu faire ce rapprochement il y a quelques décennies, pour fusionner les effectifs de distribution de courrier et de releveurs de compteurs. Mais maintenant, quel est l’intérêt et quelles sont les économies d’échelle possibles ?

Cela peut éventuellement constituer un prétexte pour reformer des institutions parfois dépassées par la mise en concurrence et par les impératifs de qualité qu’implique « l’orientation client ».

Des défauts de l’un et de l’autre et du concept du client malgré lui ?
Si la valeur ajoutée n’est pas clairement définie ou si les produits et services ne correspondent pas aux besoins, les deux entités auront beau dépenser des milliards en stratégies diverses et en communication, le retour sur investissement sera négligeable, voire parfois contreproductif.
Si l’on analyse les déboires de Linky, outil théoriquement utile à tous, opérateurs comme usagers, mais victime d’un lancement hasardeux, ce fut dans le genre «c’est nous qu’on commande et le client se pliera» ? Ce qui est représentatif d’un état d’esprit peu à l’écoute des besoins et des critiques, qu’elles soient justifiées ou pas, car face au sentiment « de cachoteries » et de pseudo « informations dérobées », il aurait suffi dés le départ de rendre tout cela accessible au client lui-même et de jouer la transparence.
On pourrait aussi trouver des exemples similaires à la Poste, qui a longtemps agi comme si les mails, la vente en ligne et les points relais et les transporteurs privés n’existaient pas. Idem pour la Banque Postale dont certains services d’accueil téléphonique sont difficilement accessibles, ce qui est d’ailleurs le cas pour de nombreuses plateformes téléphoniques institutionnelles, à croire qu’ils ne veulent parler aux usagers que quand ils en ont envie. Cela s’améliore pour certains, mais pour d’autres cela me fait parfois penser au sketch de Coluche : « dites nous de quoi vous avez besoin et vous expliquera comment vous en passer ».

La mise en concurrence renvoie surtout aux questionnements fondamentaux entre offre et demande. Sachant que l’offre ou la demande ne se suffisent plus à elles-mêmes et qu’elles évoluent en permanence pour satisfaire au mieux les clients.
Alors quelle est la logique et quelle sera la valeur ajoutée de ces services communs, quelles seront leur capacités d’adaptation ?
J’espère au moins que sur les fondamentaux (leur cœur de métier), les deux groupes savent où ils vont.
a écrit le 17/01/2018 à 8:45 :
ATTENTION : augmentation des tarifs en vue !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :