"Cherche maison de retraite... à domicile"

 |  | 508 mots
Lecture 3 min.
Piscine d'une des 36 résidences services gérées par Domitys en France. / DR
Piscine d'une des 36 résidences services gérées par Domitys en France. / DR (Crédits : DR)
On va bientôt pouvoir vieillir chez soi en toute sécurité avec autant de services qu'en maison de retraite.

GDP Vendôme (822 millions d'euros de chiffre d'affaires) lance un nouveau concept baptisé « l'Ehpad à domicile ». Avec ses appartements équipés pour accueillir des personnes en perte d'autonomie, le gestionnaire propose un hébergement à la fois individualisé et adapté.

« Ce sont des appartements haut de gamme très domotisés, avec des portes coulissantes électriques, des cuisines dont les éléments se déplacent, etc., explique Jean-François Gobertier, président fondateur. L'ensemble possède un restaurant et une maison de santé. Les résidents sont chez eux, mais ils ont accès au confort et à la sécurité d'une maison médicalisée. »

Deux de ces résidences ouvriront cette année, près d'Annecy et à Grenoble. Les prix : de 5.000 à 7.700 euros le mètre carré, soit deux fois plus élevés que ceux du marché classique, mais les appartements sont livrés tout équipés.

Depuis sept ans, le marché de l'hébergement pour le troisième âge a beaucoup évolué. Si les structures classiques continuent d'accueillir de nombreux retraités dépendants, des formules intermédiaires sont apparues pour ceux qui n'ont pas encore besoin d'un établissement médicalisé (Ehpad) et ne veulent pas entendre parler de maison de retraite.

C'est le cas des résidences services, ensembles immobiliers proposant différentes prestations (animations, restauration, salle de sport, téléassistance, suivi médical, etc.). Les appartements sont loués aux résidents et les services facturés suivant les formules choisies (entre 400 et 900 euros par mois). Après les premiers ensembles aux coûts déraisonnables, le marché s'est assaini. Domitys (47 millions d'euros de chiffre d'affaires) gère 36 résidences services en France, aux prestations plutôt haut de gamme.

« Comme nos résidences sont proches des centres-villes, leurs activités sont en concurrence avec celles de l'extérieur, contrairement aux Ehpad dont les résidents sortent très peu, souligne Jean-Philippe Carboni, directeur commercial. Cela impose une grande qualité de service car les résidents comparent beaucoup et sont exigeants. »

L'âge moyen d'entrée est de 80 ans et les appartements sont conçus pour s'adapter à l'évolution de l'état de santé.

Dispositif classique, les maisons de retraite médicalisées continuent de prospérer. L'âge moyen d'entrée est autour de 86 ans. Les résidents sont dépendants.

On compte aujourd'hui 550.000 places en Ehpad et le chiffre d'affaires des leaders du secteur ne cesse de progresser. Les maisons de retraite privées sont plus haut de gamme que les associatives, tout comme leurs prix : autour de 80 euros par jour, soit 2 400 euros par mois.

« Dans le même type d'établissement en Allemagne, ce tarif est deux fois moins cher, note Yann Coléou, DG du groupe Korian. Cela s'explique du fait que la dépendance y est mieux prise en charge et que les charges sociales sur les salaires sont moins importantes. »

Le secteur est toujours en phase de concentration. Poids lourd du marché, Korian vient de fusionner avec Medica.

Le nouveau groupe pesait 2,2 milliards d'euros de CA en 2013, avec 40.000 salariés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :