Les dirigeants de Pier Import retenus en otage par leurs salariés ont été libérés

La PDG et le gérant de l'entreprise Pier Import placée en redressement judiciaire ont été relâchés dans la matinée après avoir été retenus une nuit par les salariés. Ces derniers demandaient de meilleures conditions de licenciement et une révision du calcul des indemnités.

2 mn

La dirigeante de Pier Import, Sonia Ben Behe, et son gérant, Gérard Démaret, ont été relâchés ce mardi matin après avoir été retenus dans la nuit de lundi à mardi au siège de l'entreprise à Villepinte (Seine-Saint-Denis) par des salariés mécontents. Ils n'ont fait aucune déclaration.

Les salariés de la société placée en redressement judiciaire le 2 septembre demandaient de meilleures conditions de licenciement et une révision du calcul des indemnités. "Pour l'instant, on ne peut pas être satisfait, car il n'y a pas d'avancée notoire sur les conditions de licenciement", a indiqué ce matin à la presse Yann Boivent (CGT, majoritaire).

"La seule avancée, c'est l'assurance de rencontrer Claude Ben Behe [le président du conseil d'administration de Forfinance, actionnaire de référence de Pier Import , Ndlr] mercredi après-midi. On espère que Forfinance mettra de l'argent pour des conditions de licenciement décentes", a-t-il également dit.

150 licenciements prévus

Les indemnités de licenciements sont calculées sur la base de deux-dixièmes de mois par année d'ancienneté. L'objectif des salariés est d'obtenir cinq-dixièmes. "Les demandes supra-légales sont en cours de négociation; personne ne sera floué dans ses droits", avait assuré Sonia Ben Behe.

Un comité d'entreprise (CE) s'était tenu lundi de 15 heures jusqu'à tard dans la nuit, au siège de la chaîne française de décoration et d'ameublement, mais sans aboutir à un accord. A la fin du CE, les deux dirigeants présents avaient été retenus, selon la CGT, par une cinquantaine de salariés, travaillant pour des magasins de toute la France.

Suite au placement en redressement judiciaire de l'entreprise, le tribunal de commerce de Bobigny (Seine-Saint-Denis) a demandé la cession de 20 magasins et la fermeture des 25 autres, ce qui devrait entraîner 140 licenciements. S'y ajoutera la disparition de dix postes au siège.

 

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 05/02/2010 à 17:08
Signaler
pour vous signaler l ouverture d'un blog sur les entreprises et personnes concernées.il est en cours de construction http://lekorbo.skyrock.com/

à écrit le 03/02/2010 à 8:46
Signaler
Un petit historique... M. Démaret père, comme vous l'appelez, a commencé comme directeur adjoint stagiaire d'un magasin en région parisienne et pour arriver où il en est, il a gravi tout les échelons. Les problèmes de fins de mois difficiles, tout l...

à écrit le 02/02/2010 à 15:34
Signaler
Je comprends émotionnellement la réaction de Guillaume Démaret, mais vu la situation professionnelle de son papa, j'imagine qu'il n'a pas connu des fins de mois difficiles. Prétendre que les salariés viennent faire acte de présence pour toucher leurs...

à écrit le 02/02/2010 à 12:44
Signaler
Je m'adresse à l'ancien. Ce que vous ne savez sûrement pas, c'est qu'il y a des gens, et notamment Gérard Démaret, qui se sont défoncé pour mettre sur pied un plan de continuation viable mais que c'est le tribunal de commerce qui a décidé la fermetu...

à écrit le 02/02/2010 à 11:13
Signaler
et ne parlons pas des heures sups...Dimanche...etc non payé !!!!

à écrit le 02/02/2010 à 10:07
Signaler
le devenir des actionnaires?

à écrit le 02/02/2010 à 7:58
Signaler
Quelles que soient les circonstances cela reste une vilenie.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.