HMV, le Virgin britannique, placé en redressement judiciaire

L'enseigne, spécialisée dans les CD et DVD, pourrait être reprise par un fonds d'investissements. Ce réseau compte 239 magasins et 4350 salariés.

1 mn

Copyright Reuters

L?heure des grandes enseignes de produits culturels a-t-elle sonné? Après Virgin Megastore en France, c?est au tour de son homologue britannique, HMV, d'être placé en redressement judiciaire. "Le conseil d'administration a le regret d'annoncer qu'il n'a pu parvenir à une position lui permettant de poursuivre l'exploitation en dehors d'une protection judiciaire", explique la société dans un communiqué. Le cabinet Deloitte a été chargé d'administrer l'entreprise HMV le temps de retrouver un repreneur.

Apollo Global Management aurait déjà manifesté son intérêt. Le fonds d?investissement a en effet annoncé son intention de racheter la dette de l?enseigne pour ensuite en prendre le contrôle. HMV ne vaut plus que 7,5 millions de livres en Bourse.

Le réseau de 239 magasins spécialisés dans la distribution de CD et DVD subit les effets d?une conjoncture économique difficile. En 2011, HMV avait tenté de se recentrer en se séparant de sa division librairie. La marque, créée en 1921 par le célèbre chef d?orchestre Edward Elgar, s?est également laissée débordée par l?arrivée des marchands en ligne. De la même manière que la chaîne britannique de magasins Virgin, tombée en 2008, et dont il a repris la plupart des meilleures adresses dont celle d?Oxford Street, au centre de Londres.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 15/01/2013 à 11:19
Signaler
ces entreprises n'ont pas vu venir la revolution Amazon qui change la donne. Aux usa la chaine Borders a deja disparu voila quelques annees. Une enseigne qui semble elle s'etre adaptee et faire de la resistance c'est Cultura (famille Mulliez). Ils on...

le 15/01/2013 à 13:04
Signaler
Waterstone vend uniquement des livres, ce qui n'est pas le même business. Aux UK les Kindle et autres liseuses fonctionnent bien mais le livre physique a encore du succès. Assez paradoxalement, les prix des livres numériques sont souvent plus élevés ...

le 15/01/2013 à 13:57
Signaler
Cela s'explique à cause du "plaisir du papier" qui procure un confort "d'utilisation" et un affecte difficilement transcriptible avec le numérique, on achète des livres aussi bien pour leurs contenus que pour le plaisir d'avoir une bibliothèque bien ...

à écrit le 15/01/2013 à 10:35
Signaler
Pourquoi se compliquer la vie alors que tout est disponible sur Internet. De plus il y a désormais les films à la demande depuis son domicile. inutile de stocker des DVD que l'on regarde une fois voire 2 mais jamais plus. Ce type d'enseigne Oxford St...

le 15/01/2013 à 11:10
Signaler
Il est clair que dans le domaine du culturel livres/CD/DVD/Jeux, ces enseignes physiques n'apportent rien. Ils doivent aller vers d'autres secteurs, s'associer au web ou disparaître.

le 16/01/2013 à 17:45
Signaler
Bizarre comme titre. Doit-on rappeler que Virgin était britannique à l'origine??? Même si en GB les Virgin Megastores ont fermé il y 4 ou 5 ans déjà. Ce sont quand même des symboles emblématiques du business du disque britannique (et d'une certaine é...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.