Trois Français sur quatre préfèrent encore les magasins physiques

 |   |  251  mots
Fotolia
Fotolia (Crédits : <small>DR</small>)
Preuve que le magasin "traditionnel" a encore de beaux jours devant lui, une grande majorité des Français préfère toujours ce mode d'achat à Internet, selon un sondage Ipsos.

Quitte à passer à la caisse, les Français choisissent encore le faire dans un magasin "physique". Ils sont 72% à déclarer préférer ce mode d'achat plutôt qu'internet, selon un sondage Ipsos publié ce lundi. Surtout, il sont 95% à déclarer acheter systématiquement ou très souvent en magasin, surtout dans l'alimentation (89%) ou les vêtements (60%). Les produits culturels en revanche ne sont achetés systématiquement ou souvent en boutique que par 40% des sondés.

Attachement au contact humain

Premier attrait des points de vente physique: le contact. Humain d'abord, puisque plus de 9 Français sur 10 citent cet aspect pour justifier leur préférence à l'égard des magasins physiques. Il louent en outre en très large majorité (92%) le côté "vivant" des magasins "traditionnels" et la qualité de l'accueil (88%). Les consommateurs affichent en outre leur attachement au contact avec les objets qu'ils s'apprêtent à acheter. Cet élément est cité par 78% des personnes interrogées.

"Les Français craignent de vivre dans un monde déshumanisé et désincarné"

"Les Français craignent de vivre dans un monde déshumanisé et désincarné", commente Ipsos dans son étude.  "Ils cherchent à être de plus en plus accompagnés dans leurs actes d'achat, surtout lorsque le prix est conséquent" et ils "restent très attachés aux expériences de la vie réelle, plus intenses, plus surprenantes, plus humaines", ajoute l'institut d'études.

 Et si vous souhaitez créer votre site internet, comparez les prix des prestataires informatiques

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/04/2013 à 20:37 :
Vous ne parlez pas de l'asymétrie entre ceux qui vendent des biens, physiques ou non en «exportant» une bonne part des bénéfices par «optimisation fiscale» et ceux qui le peuvent moins.
Et des consommateurs complices pour une poignée de centimes.
a écrit le 29/04/2013 à 14:22 :
Il est faux de croire que sur internet tout est moins cher à la méthode des grandes surfaces en bout de rayon petit prix mais au fond ? c'est comme dans la vraie vie il faut comparé
a écrit le 29/04/2013 à 12:16 :
Bien sur les français préfèrent les magasins physiques...pour demander conseil aux vendeurs, voir les produits en vrai, et ils commandent après sur internet !!!
Faites une enquête sur le commerce de proximité, les gens vous répondront qu'ils préfèrent les petits commerces, près de chez eux, et qu'ils ne comprennent pas pourquoi les pouvoirs publics ne font rien pour les protéger. Mais si vous leur demandez ou ils font leurs courses, ils vous répondront: dans les grandes surfaces !
Je sais, on va me rétorquer que c'est une question de prix. Je ne dis pas que c'est bien ou pas bien, mais c'est la réalité et il faut en tenir compte. J'ai été commerçant jusqu'en 2009, et j'ai jeté l'éponge. Les consommateurs me demandaient des conseils, des essais, des présentations, et je ne les revoyaient que lorsqu'ils avaient des soucis avec le produit acheté sur internet ! Quand je leur demandais pourquoi il achetaient sur le web, ils me répondaient :c'est moins cher. Et le service alors ! Ben.. on vient chez vous et pis pour les biens culturels y a pas de service. J'ai le cas d'un ami libraire en bas d'un immeuble. Un jour le facteur lui demande de prendre un colis envoyé par Amazon pour un de ses voisins ! Le prix des livres est le même partout et le voisin a préféré commander un livre chez Amazon plutôt que chez le libraire en bas de chez lui au même prix !
Le problème c'est qu'il faut comparer ce qui est comparable. Le net moins cher sans service avec des hotines impersonnelles et des arrachages de cheveux, et le commerce physique avec une personne qui est face à vous et qui doit vous répondre et trouver une solutions.
Moi je dis que nous sommes en phase de vaccination. Quand le consommateur aura bien pris la mesure de ce qu'est le commerce par internet, il ne dira plus que c'est la panacée. Il y a actuellement une certaine forme de valorisation à dire " j'ai fait une super affaire, j'ai acheté sur internet..." (sous-entendu " les autres sont des imbéciles"). Le dieu internet à toujours raison, et je préfère croire ce qui est dit sur la toile plutôt que ce que me dit le vendeur en face de moi. Il doit surement me raconter des histoires! ( c'est un peu comme celui qui préfère prendre la route indiqué par le GPS même s'il sait qu'elle n'est pas la bonne). Ce qui fait l?intérêt d'internet c'est le prix, mais quand tout les magasins seront aux mêmes prix, il faudra à nouveau se différencier et là, les gros sites internet ouvriront à nouveau des points de vente, mais beaucoup de petits commerçant y auront laisser des plumes.
Cela va faire comme dans la grande distribution ou les grandes surfaces se valorisaient en faisant des prix moins chers que les petits commerçants. Maintenant qu'ils disparaissent, ils n'ont plus de faire valoir et ils se trouvent concurrencés par internet.
L'arroseur arrosé.
Ainsi va la vie !
Réponse de le 29/04/2013 à 13:01 :
Bien vu, Nabilo, de noter que cette "étude" ne fait pas de différence entre commerçants et grandes surfaces. Et là, la marge est grande (dans tous les sens du terme). Par contre, j'attire juste votre attention sur le fait que la grande distrib est en train de baisser NETTEMENT en qualité, et ça commence à se voir comme le nez au milieu de la figure... Soit, je ne serais pas étonné que les commerçants reprennent du chiffre. Les gens ne sont pas tous idiots. Il existe des sommateurs.
Réponse de le 29/04/2013 à 13:17 :
Nabilo, le point d'équilibre n'est pas encore trouvé. Je pense qu'il ne viendra pas du consommateur, mais des firmes qui ont besoin d'écouler leur marchandise. Pour certains articles (en particulier à l'électroménager), le client a besoin de voir ce qu'il va acheter. Les boutiques sont capables de rendre ce service aux firmes. Elles ont donc intérêt à les aider ! Par exemple, en leur faisant des ristournes plus importantes... Bien sûr, ça ne se fera pas du jour au lendemain !
Réponse de le 29/04/2013 à 14:07 :
@Nabilo

J'achète sur internet sans scrupule car c'est bien souvent moins cher que les magasins physiques cependant vous semblez ignorer le harcellement et les conseils intéressés de la part de nombre de vendeurs en boutique pour maximiser leurs primes ou commissions. Contrairement à ce que vous prétendez, je ne demande pas des conseils en boutique pour acheter sur internet mais j'achète un produit correspondant à mes besoins en consommateur averti par l'accès à une information riche disponible sur la toile.
Réponse de le 29/04/2013 à 14:35 :
Mais nous sommes d'accord, vous faites parti de ces consommateurs qui savent ce qu'ils veulent et n'ont pas besoin de conseils. Dans ce cas il est bien évident que vous devez acheter sur internet. Mais croyez moi par expérience, ce n'est pas la majorité des cas.Mes propos visent uniquement les consommateurs qui veulent le beurre, l'argent du beurre et la crémière !
Réponse de le 29/04/2013 à 16:45 :
Le prix n est pas la seule raison d acheter sur internet. Jeune maman, apres une journee de travail, je suis bien contente de trouver mes courses (couches, pack de lait, lessive, qqs conserves...) livrees a domicile tard le soir, sans avoir eu besoin de me deplacer et a une heure ou bien des commerces sont fermes (ce qui est normal). Le prix est identique a celui propose en magasin, voire plus cher car je dois payer la livraison mais cela m evite de tout porter, de perdre du temps pour y aller (ma liste de "basiques recurrents" est enregistree sur le site, faire les courses pour ces produits me prend 10minutes)
Cela ne m empeche pas d aller dans les commerces de quartier pour completer.
Je ne fais pas mes courses online pour de bonnes affaires mais par praticite et j en suis bien contente
Réponse de le 29/04/2013 à 17:43 :
@Michel > Comment faites vous pour tester la qualité de l'image de votre future TV sur Internet ?

Je rajoute une chose sur les avis/tests sur Internet : C'est le même combat qu'en magasin ! Les avis sont de provenance inconnue et les tests sont achetés par les fabricants. Ne reste que les obscurs forums où l'on trouve à boire et à manger car, je le rappelle, la majorité des posts concernent des clients mécontents de leur achat..
a écrit le 29/04/2013 à 11:11 :
D'accord mais certaines activités sont quand même laminées par internet : livres,disques,voyages .... par ailleurs les ventes sur internet augmentent régulièrement de 15 à 20% par an ce qui fait autant de moins dans les boutiques .Les deux ne sont pas incompatibles comme les "drives" pour la grande distribution ,et l'article aurait pu préciser que le comportement n'est pas le meme suivant les générations .exemple ,les jeunes commandent chaussures et vétements sur internet ...La survie du commerce en boutique passera par une présence sur internet .
Réponse de le 29/04/2013 à 17:50 :
Il n'y a que deux secteurs qui à mon avis pourront résister à la concurrence structurelle d'un commerce sur internet, ce sont l'habillement et l'alimentation. Le premier du fait qu'il n'existe aucun organisme international en charge de la normalisation des mensurations, si bien que le consommateur doit obligatoirement essayer avant d'acheter un produit fabriqué dans une usine à mobilité géographique où la main d'oeuvre est la moins chère (Chine, Bangladesh, etc). Le second du fait que malgré les initiatives de "Drive", le consommateur ne pourra jamais bénéficier des promotions régulières (cf. DLC) d'une enseigne physique en échange d'une adaptation de son régime alimentaire, ce qui génère un double bénéfice. Pour les produits dits "culturels" la dématérialisation est inévitable puisque ce sont des oeuvres de l'esprit.
Réponse de le 29/04/2013 à 20:01 :
@Michel: faux: on peut essayer les vêtements dans un magasin et les commander ensuite en ligne. Quant à la taille, compte tenu que tout ou presque vient de Chine, les mensurations sont de toute évidence normalisée. D'autre part, on a vu avec la viande de cheval que la plaque tournante était les Pays-Bas où ils ne voyaient même pas la marchandise. Donc pourquoi la plaque tournante ne se situerait-elle pas demain en Chine ?? Au Canada, de nombreux produits alimentaires viennent de Chine, dont des produits frais tels que l'ail :-)
a écrit le 29/04/2013 à 10:23 :
"Les Français craignent de vivre dans un monde déshumanisé et désincarné" : Trop tard.
Réponse de le 29/04/2013 à 10:42 :
Pourquoi trop tard? La machine ne devrait pas gagner ou aurions nous baissé les bras

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :