Ukraine : Auchan, Decathlon, Bonduelle, La Redoute.. ces fleurons nordistes impactés par la guerre

En matière d'import/export, la région Hauts-de-France possède quelques dépendances fortes avec la Russie et l'Ukraine. La CCI a tiré une première analyse des liens économiques avec ces pays en guerre et a décidé la mise en place d'une task force, afin de venir en aide aux entreprises concernées. Zoom également sur les champions nordistes, fortement implantés dans les deux pays concernés par la guerre.

4 mn

Un magasin Auchan à Moscou, en Russie, en 2021.
Un magasin Auchan à Moscou, en Russie, en 2021. (Crédits : Reuters)

« Une crise en chasse une autre », a constaté Philippe Hourdain, à la tête de la CCI Hauts-de-France. Après le Brexit, la crise sanitaire de la Covid-19, voici la guerre entre l'Ukraine et la Russie qui pourrait avoir des répercussions économiques pour des centaines d'entreprises dans la région.

Le service études de la Chambre de commerce a en effet identifié 169 entreprises des Hauts-de-France accompagnées par la Team France Export, présentes en Russie. Elles ne sont que 42 vers l'Ukraine. Ces premiers chiffres ont été replacés dans un contexte de quelques dépendances économiques relativement fortes des Hauts-de-France avec l'Ukraine et la Russie. « La Russie est le 11ème exportateur, et 13ème pays importateur pour la région Hauts-de-France », a rapporté Grégory Stanislawski, directeur des études de la CCI.

Parmi le top 3 des produits exportés par le Nord de la France vers l'Ukraine, selon les chiffres des douanes françaises, on trouve des produits chimiques, des parfums et des cosmétiques (81 millions d'euros en 2020) mais aussi du caoutchouc plastique et produits minéraux divers (16 millions) et enfin des machines industrielles, agricoles diverses (13 millions). A contrario, les Hauts-de-France importent pour 96 millions d'euros de produits agroalimentaires, 11 millions de textile, habillement, cuir et chaussures mais aussi 10 millions de produits métallurgiques et métalliques.

Quelques dépendances fortes

Concernant la Russie, les mêmes produits sont exportés mais à des échelles bien plus importantes : 328 millions d'euros pour les produits chimiques, parfums et cosmétiques ; 80 millions pour le caoutchouc, plastique et les produits minéraux divers ; 71 millions d'euros pour les machines industrielles et agricoles.

Les Hauts-de-France importent également de ces pays en guerre des hydrocarbures naturels (pour un peu plus d'un milliard d'euros), des produits pétroliers (509 millions d'euros) et des produits métalliques et métallurgiques (153 millions d'euros). En clair, la Russie pèse pour 24% des importations régionales de produits pétroliers, pour 40% des hydrocarbures et pour 28% de houille !

Du côté du Port de Dunkerque, Nord Céréales n'importe pas de produits provenant de ces zones en guerre mais « nous exportons chez les mêmes clients que l'Ukraine et la Russie », a fait savoir Joël Ratel, directeur de Nord Céréales. La question reste entière pour la production d'acier Arcelor Mittal à Dunkerque qui n'a pas communiqué sur le sujet.

Task Force en aide aux entreprises

Pour rester proactive sur la question, la CCI des Hauts-de-France est en train de constituer une « task force », qui avait déjà été mise en place lors du Brexit et la Covid-19, mobilise l'ensemble des acteurs économiques dont les services préfectoraux et le conseil régional.

« Nous allons identifier via une vaste campagne d'appels téléphoniques, les entreprises concernées. Le service études va mettre en place une veille dédiée, analysant notamment les conséquences indirectes », a annoncé Philippe Hourdain. « Nous ferons remonter ainsi au niveau national, autant que possible les difficultés rencontrées, afin de mieux adapter les dispositifs ». Le Medef Lille a également déclenché un dispositif de soutien aux entreprises, en partenariat avec la CCI Grand Lille.

Entreprises nordistes concernées

Parmi les groupes nordistes implantés en Russie, on pense tout de suite à la grande distribution, à commencer par Auchan. Présent en Russie depuis 2002, ce pays représente le troisième marché d'Auchan Retail, avec 311 magasins sous différentes enseignes employant 41.000 collaborateurs. Lors de l'attaque du 23 février, 80% des magasins étaient restés ouverts. En Ukraine, Auchan compte 26 magasins et 6.000 salariés.

Autres enseignes du groupe Mulliez, Leroy Merlin et Décathlon sont également présents en Russie. Leroy Merlin est arrivé depuis 2004 et compte aujourd'hui 112 magasins pour un chiffre d'affaires de 5 milliards d'euros en 2020. L'enseigne de bricolage ne compte que six magasins en Ukraine. Décathlon, leader mondial des articles de sport, est implanté en Russie depuis 2006, avec près de 60 points de vente (contre 5 points de vente et un site de production de skis et de chaussures de montagne en Ukraine).

La Redoute (groupe Galeries Lafayette) est installée elle aussi en Russie depuis 2006, annonçant sur son site simplement délais de livraison rallongés à environ trois semaines. Le géant de l'agroalimentaire Bonduelle, lui, possède trois sites de production en Russie, deux sur la conserve et un sur le surgelé, avec une antenne commerciale à Kiev en Ukraine.

Problème des transports sur place

Si aucune de ces enseignes ne communique pour l'instant, « sur place, les transports sont un gros problème car les hommes sont pour la plupart réquisitionnés pour combattre », souligne Étienne Mourmant, consul honoraire d'Ukraine et dirigeant de l'entreprise de textile Centraco située à Comines dans le Nord, possédant une usine de confection de tissu en Ukraine.

Face à la situation critique, la Chambre de commerce compte également mettre en place une campagne de crowdfunding pour permettre aux entreprises « d'exprimer leur solidarité par des dons ». Elle entend recenser les propositions, en mettant à disposition des entrepôts et en faisant jouer le réseau de professionnels de la logistique et du transport pour assurer l'approvisionnement.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.